Archives du blog

2e Sommet du Grand Paris : découvrez le programme @LaTribune @Aziliz31 #SommetGParis

Source : La Tribune events

Le mardi 25 juin prochain aura lieu la 2e édition du Sommet du Grand Paris, sur le toit de la Grande Arche de la Défense.
De nombreux  acteurs économiques, décideurs publics et élus politiques seront attendus à cet événement afin de présenter leurs solutions pour inscrire enfin le Grand Paris dans le XXIème siècle.

Voici un extrait du programme : 

8h30 – 8h45 : Ouverture
– Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Maire de Puteaux, Première vice-présidente de Paris-La Défense
– Jean-Christophe Tortora, Président de la Tribune

8h45 – 9h30 : Dialogue – Les attentes des parisiens sur la qualité de vie
– Jérôme Chartier, 1er Vice-président chargé de la Stratégie institutionnelle, du Grand Paris et des Relations internationales
– Philippe Laurent, Maire de Sceaux
– Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris
Modération : Philippe Mabille – Directeur de la rédaction de La Tribune

9h30 – 10h20 : Qualité de l’air, qualité de vie, même combat !
– Karima Delli, Député européenne et présidente de la Commission Transport et Tourisme du Parlement européen
Modération : Dominique Pialot – Rédactrice en chef adjointe énergie/climat/ville durable de La Tribune

10h20 – 11h15 : Quel modèle pour les mobilités de demain en Ile-de-France ?
– Stéphane Beaudet, Vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France, chargé des Transports et des Mobilités durables
– Clément Guillemot, Responsable du développement chez Via ID
– Edouard Hénaut, Directeur général France de Transdev

11h15 – 12h15 : A quoi ressemblera le Grand Paris en 2030 ?
– Dominique Alba, Directrice de l’APUR
– Cécile Maisonneuve, Présidente de La Fabrique de la Cité
– Eric Groven, Directeur Immobilier des Réseaux France Société Générale, Président de Sogeprom, et “Sponsor du Grand Paris”
– Catherine Lescure, Déléguée régionale Ile-de-France d’EDF
– Jean-Yves Pignal, Directeur Général Grands Projets et Innovations d’OGIC

Consulter la suite du programme…

Lire aussi :

#CES2019 : Le digital au service des personnes – Marc Brière répond à @LaTribune @ces @MarcBriere29 @Aziliz31 @cmarkea

    Source : LA TRIBUNE

Le CES accueille des entreprises du monde entier, Chine, Corée, Israël, … la France également est bien présente avec la French Tech ; le CES foisonne d’idées nouvelles.

> Découvrez l’interview de Marc BRIERE, Directeur Général d’Arkéa Capital Investissement

Interview JM Royo lors du #CES2019 @ces @LaTribune @Aziliz31 @cmarkea @royojm

     Source : La Tribune

Le CES Las Vegas s’est tenu du 8 au 11 janvier 2019. A cette occasion, les équipes de La Tribune étaient présentes pour une émission spéciale.

Retrouvez l’interview de Jean-Michel Royo, Membre du Directoire d’Arkéa Banque E&I :

#CES2019 : Bertrand Blanpain au micro de @LaTribune @Aziliz31 @Blanpain_B @cmarkea @ces

   Source : La Tribune

Une équipe représentant le Groupe Arkea  était présente à ce rendez-vous annuel en tant que visiteur. Bertrand Blanpain, Président d’Arkéa Banque E&I revient sur les enjeux des innovations qui impactent notre métier.

Quelles innovations auront, selon vous, les prochains impacts dans nos métiers ?
L’intelligence artificielle appliquée au comportement du client permet d’anticiper, exemple : le pôle innovation du groupe travaille à une application qui pourra prévenir les risques de surendettement des clients fragiles. Côté entreprises, on peut facilement imaginer les bénéfices d’un outil digital qui accélère l’attribution de crédit, avec un système qui permettrait de traiter en un temps record une masse de données, fournir un score quasi-immédiat et fluidifier la conclusion du contrat. On peut encore élargir le spectre, avec la révolution à venir de la smart-city ou « ville intelligente ». Ces nouvelles zones urbaines collectent une foule de données électroniques qui permettent de gérer efficacement les ressources et les actifs : Arkéa Banque E&I, acteur du financement du développement local, doit savoir comprendre, accompagner, voire encourager ces mutations de nos lieux de vie.

La France est assise sur un tas d’or #CES2019 @ces @LaTribune @Aziliz31

     Source : LA TRIBUNE

 Il faut miser sur les innovations digitales pour reconstruire la compétitivité de la France. Par Xavier Dalloz, expert en stratégie digitale.

L’ardente obligation est, désormais, de rompre avec le passé afin de construire l’avenir que nous voulons. Nous devons, pour cela, exploiter l’apport des innovations digitales dans un monde devenu massivement interconnecté, ce qui influence directement la production de valeur. Encore faut-il combattre une vision à la fois mécaniste et uniquement monétaire. La valeur financière, humaine, est toujours le fruit d’interactions pertinentes entre des objets, des idées, des personnes, des entreprises, des organisations…

L’objectif est de faire passer la création de valeur des équipements vers les services avec l’« Internet of Me », c’est-à-dire l’implication du citoyen consommateur avec comme conséquence : repenser les métiers des entreprises pour les transformer en des entreprises plateformes. Rappelons que toute interaction ne débouche sur une transaction (et donc sur une création de valeur pour les parties prenantes) que si trois conditions sont remplies. Il faut qu’il y ait : 1) émotion, car toute décision comporte une dimension affective ; 2) communication (je n’achète un produit ou un service que si je sais qu’il existe) ; 3) confiance (j’achète l’espoir d’être satisfait). Les trois mots : émotion, relation, confiance résument les grandes tendances des innovations digitales.

L’ère des réseaux interconnectés

Outre cette facilitation des interactions, les capacités de traitement de l’information progressent constamment, parallèlement à la miniaturisation des composants. Ces tendances, qui vont de pair avec la facilitation des communications, font que tous les objets deviennent capables de traiter des données, voire de capter et de communiquer entre eux et avec nous. Le monde ne peut plus se décrire que comme un ensemble de réseaux intriqués à tous les niveaux. Ce sont des réseaux de capacités différentes, certains se bornent à transmettre des mesures et des ordres comme notre système nerveux, d’autres véhiculent des flux de données avec de très hauts débits, à l’instar de notre système sanguin transportant les substances dont notre organisme a besoin pour vivre.

Cette décentralisation massive de tout nécessite de mesurer le PEC (Productivité des échanges collaboratifs). Cet indicateur va être au coeur de la nouvelle façon de faire du business. D’où une logique de communication entre pairs, entre égaux, opposée à l’organisation centralisée, pyramidale, qui est celle de la majorité des entreprises et des administrations. Un autre facteur important est celui qui facilite les communications, au point, parfois, d’entraîner une confusion des genres. Il tient dans le mot unimédia : tous les modes d’expression, tous les produits de l’esprit humain peuvent être traduits, stockés, transformés et transmis en langage numérique. Les frontières entre marchés et métiers s’estompent, du même coup, suscitant des concurrences nouvelles. Pour comprendre ces enjeux, des innovations digitales doivent être au coeur de la reconstruction de la compétitivité de la France.

IA, blockchain… ces innovations technologiques bientôt à la portée de tous

…lire la suite…