Archives du blog

Immobilier : ce qui change en 2019 pour les investisseurs et acquéreurs @Koregraf

Source : Koregraf

Koregraf, plateforme exclusivement dédiée au financement participatif immobilier, fait le point sur les différents changements du secteur de l’immobilier en cette nouvelle année 2019 ! 

koregraf-Logo

– Bail mobilité et taxe d’habitation
Point marquant pour l’immobilier en 2019, la loi ELAN (Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique) contient quelques articles à destination des propriétaires bailleurs. Ces derniers peuvent déjà proposer des baux mobilité, leur permettant de louer d’un à dix mois leur bien meublé. Le contrat concerne uniquement les personnes seules en études supérieures, en formation professionnelle, en stage, en contrat d’apprentissage, en service civique ou encore en mutation temporaire.

– Une hausse des taux modérée en 2019
S’il y a bien une chose que les acquéreurs savent, c’est que les taux d’emprunt sont au plus bas depuis 1974. Une situation exceptionnelle qui pourrait bien prendre fin prochainement. En effet, la Fed (banque centrale des Etats-Unis) et la BCE ont toutes deux annoncé la remontée à venir de leurs taux directeurs. Une action qui pourrait entraîner une hausse de 0,5 point des taux de crédits immobiliers selon le courtier en crédits Capfi.

– Quand changer d’assurance-emprunteur ?
Les particuliers ayant souscrit un crédit immobilier peuvent, depuis janvier 2018 (amendement Bourquin), changer chaque année d’assurance pour leur prêt immobilier s’ils le souhaitent. La question se posait néanmoins de savoir quand il leur était possible d’effectuer ce changement (anniversaire du contrat, date d’émission de l’offre ?). Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) a finalement décidé, fin novembre 2018, que ce serait la date anniversaire de la signature de l’offre de prêt.

Le retour de l’encadrement des loyers
Lire la suite…

Lire également :

Quel type de crowdfunding choisir ? @Koregraf

   Source : Koregraf

Comment choisir dans quel type de crowdfunding investir ? En quelques années à peine, le financement participatif a gagné ses lettres de noblesse. Symbole de désintermédiation financière, il permet à chaque particulier d’investir dans un projet qui lui plait et de répondre à un besoin de financement. En France, pour la seule année 2017, les montants levés par les plateformes de crowdfunding ont dépassé les 300 millions d’euros.

En 2018, difficile de passer à côté du phénomène du financement participatif : depuis l’apparition des plateformes de crowdfunding, près de 4 millions de financeurs ont pris part à des projets de financement pour plus de 730 millions d’euros (montant total depuis 2015 selon le baromètre 2017 du crowdfunding en France – KPMG et FPF). Pour la seule année 2017, plus d’1,6 million de souscripteurs ont participé à 24 126 projets pour un total de 336 millions de fonds récoltés (contre 167 millions en 2015).

Les plateformes de financement participatif se multiplient d’année en année et proposent de financer des projets de natures très différentes (musique, agriculture, énergies renouvelables, viticulture, immobilier…). Parmi ces nombreux acteurs, on distinguera les plateformes généralistes des plateformes dédiées au financement d’un secteur spécifique telles que Koregraf (immobilier, financement des entreprises).

Il existe trois formes de crowdfunding : l’investissement direct en capital (ou obligations), le prêt ou le don. Le choix d’un projet d’investissement dépend ainsi de plusieurs facteurs : la plateforme, la nature du projet, le montage proposé et les risques, intrinsèques à tout placement proposant des rendements élevés.

…lire la suite …

Immobilier : dans quoi faut-il investir en 2018 ? @Koregraf

Source : Koregraf

Le marché de l’immobilier est en pleine mutation avec les multiples transformations en termes de fiscalité, de loi, d’innovations… Mais alors, en vue de ces multiples opportunités, dans quoi faut-il investir cette année ?

koregraf-Logo

1- Le financement participatif : l’innovation au service de l’immobilier

Dans la catégorie de la pierre-papier, un nouveau type de placement a fait une entrée remarquée depuis quelques années : le financement participatif immobilier, aussi appelé crowdfunding immobilier. Tout particulier peut devenir co-promoteur d’un futur projet immobilier. Des plateformes de financement participatif généralistes ou spécialisées telles que Koregraf ont ainsi émergé depuis 2013 afin de proposer différents programmes immobiliers, dans lesquels les particuliers investissent.

2- Les nouvelles formes de viager

Parmi les autres placements ayant connu une évolution figure également le viager. Peu apprécié des Français en raison de son fonctionnement (achat d’un bien à un prix inférieur et versement d’une rente à une personne âgée qui, dans la majorité des cas, continue de résider dans le bien), ce dispositif connait un léger regain d’intérêt avec le viager mutualisé comme par exemple avec la plateforme Livsty. Ce n’est pas un particulier qui achète, mais plusieurs investisseurs via un fonds d’investissement ou une société civile immobilière (SCI).

3- Les placements immobiliers en SCPI

Les épargnants souhaitant investir en immobilier peuvent également se tourner vers les SCPI (Société civile de placement immobilier) ou les OPCI, moins connus, dans lesquels il est possible d’investir en direct, via un contrat d’assurance-vie ou en contractant un crédit. L’achat de parts de SCPI permet d’investir dans un ou plusieurs biens immobiliers (résidentiel ou d’entreprise), sans avoir à gérer le patrimoine locatif, confié à une société de gestion. Les investisseurs touchent en retour une quote-part des loyers, proportionnelle à leurs droits détenus dans la SCPI.

4- Réaliser un investissement immobilier locatif

Cliquez ici pour en savoir davantage

Retrouvez aussi :

Comment choisir entre le crowdfunding immobilier et la SCPI ? @Koregraf

Source : Koregraf

Vous souhaitez investir mais vous ne savez pas quoi choisir entre le crowdfunding immobilier et la SCPI ? Koregraf vous informe des différences entre les deux pour vous aider à faire votre choix d’investissement.koregraf-Logo

SCPI, société civile de placement immobilier

La SCPI est un moyen qui permet d’investir dans l’immobilier, en particulier d’entreprise, mais il peut aussi s’agir de parkings ou de commerces.

Cette société est gérée par une foncière ou un fond d’investissement et ce n’est pas l’épargnant qui décide des opérations qui sont faites. Il n’est d’ailleurs pas forcément tenu au courant des choix opérés qui peuvent avoir lieu en France mais aussi à l’étranger. Le nombre des épargnants est important, souvent plusieurs centaines qui participent à beaucoup d’actifs.

Le crowdfunding immobilier

Ce mode d’investissement est régi par l’ordonnance du 30 mai 2014. Il s’agit de participer collectivement au financement d’une partie des fonds propres demandés par la banque dans le cadre d’un programme immobilier, en général neuf, mais il existe aussi des projets pour des rénovations. Le projet est clairement identifié, contrairement à la SCPI. Le nombre d’investisseurs est aussi limité puisque dès que la somme requise est atteinte, le projet est réputé financé. Il s’agit de participer au financement de la part qui n’est en général pas prise en charge par les banques : 10 à 15% du projet. Tout est clairement expliqué dans un contrat de réservation.

Des différences juridiques

Dans le cas d’une SCPI, l’investisseur achète des parts dans une SCPI. Lors d’une opération de crowdfunding immobilier, l’épargnant investit dans des obligations émises lors d’un emprunt obligatoire pour une SAS, qui a été créée uniquement pour le projet désigné.
Lire la suite…

A lire aussi :

Crowdfunding : quelle tendance dans le monde ? @Koregraf

Source : Koregraf

Le Crowdfunding se développe au fur et à mesure des années, aussi bien en France qu’en Europe. Mais qu’en est-il dans le monde entier ? Quelle est sa dynamique actuelle et à venir ?koregraf-Logo

Une Europe dynamique en matière de crowdfunding

En Europe, le dernier rapport consacré au financement participatif fait état d’un secteur en plein essor. Grâce au développement de réglementations propres à chaque pays comme c’est le cas en France, ce mode de financement pourrait devenir un véritable coup de pouce pour les entreprises tout en protégeant les investisseurs. D’après une étude de l’Université de Cambridge, 5,431 milliards d’euros ont été échangés en 2015 en Europe sur les plateformes spécialisées dont 4,412 milliards rien qu’au Royaume Uni.

Le Royaume-Uni fait justement partie avec la France, l’Espagne et l’Italie des pays européens les plus actifs dans le domaine du crowdfunding : ils disposent tous d’un cadre réglementaire dédié au financement participatif en equity, véritable aide au développement des plateformes.

Dans le monde, les États-Unis et l’Asie figurent comme des acteurs majeurs du financement participatif. Les investissements y représentaient respectivement 33,6 milliards et 94,6 milliards d’euros en 2015. Le magazine Forbes estime même que le marché international pourrait atteindre 1000 milliards de dollars en 2020.

Et le crowdfunding immobilier dans tout ça ?

Né aux États-Unis, le financement participatif immobilier est en pleine expansion en France et en Europe grâce à ses taux de rendement intéressants et son caractère innovant. Dans ce domaine, ce sont encore les Britanniques qui se montrent les plus actifs à l’échelle européenne, notamment parce qu’ils proposent plusieurs types d’investissements : la promotion et l’investissement locatif. Côté français, cette deuxième option n’entre pas dans le cadre légal actuellement en vigueur, ce qui explique le relatif retard de l’Hexagone.

Lire la suite…

A lire aussi :