Archives du blog

Institut national du cancer : quelles sont les avancées majeures dans la lutte contre les cancers ? @Institut_cancer

Source : Institut du cancer

L’Institut National du Cancer a publié son rapport d’activité 2018. Dans ce rapport, retrouvez toutes les actions menées par l’Institut, les grandes avancées majeures dans la lutte contre les cancers, les résultats financiers, des témoignages, et bien d’autres encore… 

Institut National du Cancer

L’Institut national du cancer, dans son rapport d’activité 2018, illustre les points clés de son action dans l’ensemble des dimensions de la cancérologie : la prévention, le dépistage, l’épidémiologie, la qualité et sécurité des soins et des traitements, la continuité et la qualité de vie, l’innovation thérapeutique et la médecine de précision, le soutien et la structuration de la recherche, l’information des publics, les partenariats et les actions internationales, la structuration et le pilotage.

L’AMÉLIORATION CONTINUE DES POLITIQUES DE PRÉVENTION ET DE DÉPISTAGE DES CANCERS
Le tabac est le premier facteur de risque de cancers. Chaque année 45 000 décès par cancers sont attribuables à sa consommation. En 2018, les chiffres de la prévalence tabagique enregistrent une réduction de 1,6 millions de fumeurs quotidiens chez les 18-75 ans. Cette réduction s’est amorcée en moins de deux ans et atteint pour la première fois depuis l’an 2000 les adolescents et les personnes aux revenus les plus faibles passées de 38,8 % 2016 à 34 % en 2017.

2018 marque aussi la publication de l’arrêté qui entérine la généralisation du programme national de dépistage du cancer du col de l’utérus. Dans un objectif de réduction des inégalités d’accès aux dépistages, la ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé la prise en charge à 100 %, sans avance de frais, de l’analyse du test de dépistage pour les femmes qui n’ont pas réalisé de dépistage depuis plus de trois ans, soit 40 % des femmes de 25 à 65 ans concernées par ce dépistage. Ceci pour réduire l’incidence de ce cancer (3 000 cas par an) et le nombre de décès qu’il induit (1 100 par an) de 30 % en 10 ans.

RENFORCER LA QUALITÉ, LA SÉCURITÉ ET LA PERTINENCE DES SOINS POUR L’ENSEMBLE DES PATIENTS
Fin 2018, des propositions pour renforcer la qualité et la sécurité des soins ont été remises à la ministre des Solidarités et de la Santé. Prévus par l’ordonnance de janvier 2018, ces projets s’inscrivent dans la Stratégie nationale de santé 2018-2022 et dans la Stratégie de transformation du système de santé.

Lire la suite

Paris-Saclay : début de la construction du futur Institut de Recherche de Servier @ParisSaclay @Servier

Source : Epa Paris-Saclay

Servier, laboratoire pharmaceutique international indépendant, a posé la 1ère pierre de son futur Institut de Recherche implanté au sein du cluster Paris-Saclay. D’ici 2022, l’ensemble des activités de recherche du Groupe seront basées en France.

Paris-Saclay, un des 8 premiers clusters mondiaux de l’innovation
Le projet d’excellence porté par le cluster Paris-Saclay s’inscrit parfaitement dans la politique d’innovation ouverte du groupe Servier, à travers une stratégie de partenariats dynamique. Avec ce nouvel Institut de Recherche, le groupe Servier s’installe au plus près d’organismes scientifiques de pointe en matière d’innovation. Paris-Saclay se situe parmi les 8 premiers clusters mondiaux de l’innovation et regroupe 40 % des activités de R&D industrielle de la région parisienne.

L’écosystème de recherche cultivé au sein de Paris-Saclay est un avantage considérable pour développer de nouvelles solutions thérapeutiques. Le groupe Servier pourra s’appuyer notamment sur les expertises de CentraleSupélec, du Centre d’Etude Atomique, du Centre National de Recherche Scientifique, de l’Université Paris-Sud et de l’Ecole Normale Supérieure, qui sont déjà pour certains partenaires du Groupe depuis plusieurs années.

En savoir plus…

Lire aussi :

Trophées de l’Inrap 2019 : qui sont les 4 lauréats ? @Inrap

Source : Inrap

A l’occasion de la 2e soirée annuelle de l’INRAP qui s’est tenue le 4 juin dernier, l’Institut et ses 4 mécènes (Groupe Capelli, Bouygues Travaux Publics, Groupe Promogim, et Groupe Demathieu Bard ) ont décerné 4 trophées soulignant l’engagement de ses partenaires et les valeurs partagées avec l’Institut.

inrap

Découvrez les lauréats :
La ville du Mans reçoit le trophée « Territoires de demain » pour avoir pleinement intégré l’archéologie préventive à ses projets d’aménagement. Les fouilles archéologiques – conduites depuis le 1er février 2016 et désormais achevées – aux abords de la cathédrale du Mans sont parmi les plus importantes récemment menées en France en milieu urbain. Elles ont permis la découverte d’éléments inédits de la ville antique et médiévale.

La société Mâcon Énergies Services reçoit le trophée « Développement durable », pour avoir concilié l’archéologie préventive et conception d’un réseau enterré de chauffage urbain. Les fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour les vestiges de la nécropole dite « des Cordiers », datée de la période antique (Ier-VIe siècles). Ils documentent différentes pratiques funéraires gallo-romaines.

Le collège Victor-Hugo de Narbonne reçoit le trophée « Éducation Artistique et Culturelle » pour son programme pédagogique innovant au sein duquel la discipline archéologique s’inscrit comme vecteur d’apprentissage de la citoyenneté. Ce programme développé avec l’Inrap depuis 2017, suite aux fouilles conduites dans l’une des cours de l’établissement scolaire, s’est décliné au travers de la mise en place d’une résidence d’archéologues et ainsi d’un partage des connaissances avec les scolaires.

La Société Nouvelle Le Bâtiment Régional (SNBR) reçoit le trophée « Recherche et développement » pour sa spécialisation dans la restauration de monuments historiques, la maçonnerie, la taille de pierre et la sculpture, en réunissant le savoir-faire traditionnel et les technologies modernes. Cette société a notamment restitué en 3D, pour le compte du conseil départemental de l’Aube, le chaudron du prince de Lavau.

Cliquez ici pour accéder à l’article

Lire aussi :

Gustave Roussy : un résultat excédentaire de 3,5 M€ en 2018 @GustaveRoussy

Source : Gustave Roussy 

Suite à la stratégie de redressement mise en oeuvre par Gustave Roussy, l’institut présente un résultat excédentaire de 3,5 millions d’euros en 2018 et dépasse largement ses objectifs cette année. 

Accueil

Ce résultat exceptionnel tient principalement à trois mouvements complémentaires :
– la poursuite de la maîtrise des charges, permise par des efforts de gestion quotidienne ciblés, tout en préservant les effectifs médicaux et soignants et le dynamisme de la politique RH
– une forte augmentation de l’activité internationale
– le dégel de crédits en fin d’année par le ministère

Au-delà du seul résultat 2018, l’Institut présente en fin d’exercice une situation financière améliorée avec notamment :
– un taux de marge brute qui a plus que doublé en 2018, passant de 3,2 % à 7 %
– une capacité d’autofinancement nette qui a progressé de 60 %
– une dette réduite à 83,7 M€, niveau jamais atteint ces dix dernières années, couplé à un taux d’indépendance financière qui passe nettement sous les seuils d’alerte

Ces bons résultats vont permettre à Gustave Roussy de verser à son personnel un intéressement d’environ 1 M€ et de présenter une mise à jour de l’EPRD 2019 avec un excédent prévisionnel de 1,5 M€.

>>> Consulter le communiqué de presse

Lire également :

CHU de Reims : naissance du 1er institut otoneurochirurgical, une première en France @RESEAUCHU @CHU_Reims

Source : Réseau CHU

Le 1er institut otoneurochirurgical de France est né au CHU de Reims !
Imaginé par le Professeur André Chays, chirurgien ORL et le Docteur Arnaud Bazin, neurochirurgien, l’institut a pour ambition d’accroître la lisibilité des parcours de patients traités pour une hypoacousie ou une surdité unilatérale, des acouphènes, des vertiges ou troubles de l’équilibre, ou porteurs de pathologies tumorales.

logo-reseauchu

Un institut d’excellence au service du patient
Ouvert en septembre 2018, l’Institut otoneurochirurgical apporte un vrai plus en matière d’accueil, d’orientation et de lisibilité des parcours pour les patients, en particulier extrarégionaux. A cette fin, des solutions concrètes ont été déployées comme l’ouverture d’une ligne téléphonique dédiée et l’élaboration d’un protocole inter-services exigeant qui associe l’ensemble des professionnels intervenant dans la prise en charge (chirurgie, explorations fonctionnelles, radiothérapie, rééducation vestibulaire…).

Le bénéfice patient
Lorsqu’un patient est orienté vers l’institut, sa première consultation d’ORL ou de Neurochirurgie, est complétée par un ensemble d’examens complémentaires. Au vu des résultats, une analyse pluridisciplinaire ptoneurochirurgicale est effectuée pour définir la prise en charge.

Lire la suite de l’article…

Lire également :