Archives du blog

Caisse des Dépôts : 5 podcasts à écouter pour connaître ses actions et ses missions @caissedesdepots

Source : Caisse des Dépôts

La Caisse des Dépôts a lancé « Caisse de résonance » afin de faire découvrir la diversité de ses actions et de ses missions au service de tous les territoires et au bénéfice de tous ses concitoyens. 5 podcasts sont à retrouver ci-dessous… 

Caisse des depots

Episode 1 : La cohésion sociale
La Caisse des Dépôts est le 1er financeur dans le secteur du logement social.
Quelles sont ses actions ?

Episode 2 : Innovation et transformation numérique
La Caisse des Dépôts est pionnière depuis 200 ans de la transformation numérique du pays et l’innovation en général. Comment ?

Episode 3 : Attractivité des territoires
La Caisse des Dépôts accompagne les projets locaux, pour renforcer l’attractivité des territoires. En savoir plus ?

Episode 4 : Enjeux climatiques
Au coeur des enjeux de la Caisse des Dépôts, en quoi consistent les solutions pour le climat ?

Episode 5 : Investisseur engagé
Quelles sont les actions de la Caisse des Dépôts pour lutter contre les fractures sociales et territoriales ?

>>>>> Cliquez ici pour écouter les podcasts 

Lire aussi :

Développement du territoire : partenariat entre le Grand Reims, la ville de Reims et la région Grand-Est @GrandReims

Source : Grand Reims

La ville de Reims, la communauté urbaine du Grand Reims et la Région Grand Est s’engagent à une collaboration étroite au service d’une ambition partagée pour le développement du territoire. Le contrat de partenariat permettra d’organiser la complémentarité de leurs actions en matière de développement économique, d’aménagement du territoire, d’enseignement supérieur, de mobilité, de renouvellement urbain, et de création d’équipements structurants.

Grand Reims

Le contrat de partenariat a pour ambition de créer les synergies nécessaires entre les politiques publiques de la ville de Reims, de la communauté urbaine du Grand Reims et de la Région Grand Est, afin de conforter l’attractivité de l’agglomération rémoise et d’améliorer la qualité de vie de ses habitants. Cela se traduit par une coordination et une collaboration étroites sur des projets conséquents estimés à 941,6 millions d’euros articulés autour de 3 axes :

La contribution du Grand Reims au développement du territoire régional
– le développement économique, par la coordination des actions de soutien à l’activité économique, notamment en milieu rural
– le soutien à l’innovation dans le domaine de la bioéconomie, par la candidature à l’appel à projets Territoires d’innovation PIA3 et par le développement des chaires de recherche au Centre européen de biotechnologie et de bioéconomie.
– l’enseignement supérieur, avec la restructuration des campus de l’URCA et la construction de l’ESAD.

Une action conjointe pour l’accessibilité multimodale du territoire et les mobilités de proximité
– le renforcement de l’accessibilité routière et autoroutière de l’agglomération
– une desserte TER performante, avec notamment la création d’une nouvelle halte TER dans la zone Reims-Farman
– le développement de l’intermodalité, avec la création d’un pôle d’échanges multimodal en lien avec la gare ferroviaire de Reims Centre.

En savoir plus…

Lire aussi :

1er bâtiment neuf au monde à être intégralement chauffé grâce à des ordinateurs @GirondeHabitat @Qarnot

Source : Fondation Jean Jaurès : publication d’une note sur l’habitat social et écologique par Qarnot

Dans l’écosystème d’acteurs qui font l’innovation et l’expérimentation locales, les entreprises issues de l’univers des start-up ne sont pas les dernières à apporter une contribution significative en matière d’innovation et de recherche. L’Observatoire de l’expérimentation et de l’innovation locales de la Fondation Jean-Jaurès a demandé à Paul Benoit et Quentin Laurens, de Qarnot Computing, d’expliquer les enjeux, objectifs et modalités de son action en termes de réseau de chaleur écologique. Ou comment chauffer, dès aujourd’hui et davantage encore demain, des bâtiments entiers grâce aux ordinateurs.

I – CONSTATS

Les notions d’« écologie digitale », de « numérique responsable » ou de « green IT » émergent et sont la traduction d’une prise de conscience des enjeux impliqués par le numérique. L’apparente « dématérialisation » de nos économies et habitudes quotidiennes devrait nous inviter à davantage de prudence : ce qui disparaît matériellement quelque part trouve bien une existence réelle ailleurs. Autrement dit, ce qui n’est plus visible, chez moi, existe quand même. À l’heure de l’essor du cloud, ou « informatique en nuage », il s’agirait donc plutôt de parler d’une « rematérialisation ». Selon un article du CNRS[1], le numérique représenterait en France environ 10 % de l’énergie consommée. Une consommation divisée en trois tiers : le premier pour les terminaux (ordinateurs, tablettes, téléphones…), le deuxième pour les réseaux et le dernier pour les data centers. Le numérique, malgré les apparences, est donc un secteur polluant !

Regarder une vidéo, naviguer sur Internet, envoyer des photos dans le cloud, effectuer une transaction en ligne… : ces actions du quotidien

…lire la suite…

Innovation : en route vers la smart campagne ? @nexity #NexityLab

Source : Nexity lab

Une ville « smart », ce n’est pas seulement une ville hyperconnectée avec un super réseau 4G. Non, l’intelligence d’une ville se mesure plutôt dans sa capacité à répondre aux enjeux urbains et aux défis actuels en termes de transition numérique, économique et écologique. Pour cette raison, l’adjectif « smart » ne peut et ne doit pas s’adresser uniquement à nos métropoles, mais doit s’étendre jusqu’à nos campagnes.

Nexity lab

La périurbanisation en faveur d’une ambition commune
L’exode rural n’a plus le vent en poupe en France et c’est l’une des raisons du souffle de modernité qui parcourt les villes moyennes et les villages. Pour ces anciens citadins qui ont donc décidé de s’établir en milieu rural, le désir de maintien d’un confort technologique est à l’origine de l’accroissement de dispositifs intelligents. « Si 70.000 habitants quittent la campagne pour les villes, 100.000 personnes font le chemin inverse en France », observe Sébastien Côte, le président de Ruralitic. Ruraltic, c’est le rendez-vous incontournable pour ceux qui conçoivent l’accessibilité au numérique comme l’opportunité pour chaque Français de décider de l’endroit où il veut vivre. Depuis 2005, plus de 5000 élus locaux et 2000 directeurs territoriaux sont venus échanger idées et bonnes pratiques pour l’innovation des territoires.

À la rencontre des smart villages
La théorie c’est une chose mais concrètement, où en sommes-nous ? Dans le palmarès mondial des Smart City, on retrouve Tokyo, Dubaï mais aussi…  Saint-Sulpice-la-Forêt ! Cette petite commune située au nord de Rennes compte seulement 1500 habitants mais cela ne l’a pas empêché de voir grand !
Lire la suite…

Lire aussi :

CHRU de Brest : un bilan 2018 très positif @BrestFr

Source : Brest Métropole

Le CHRU de Brest confirme cette année son rôle d’établissement d’excellence en étant au-dessus de la moyenne nationale des CHR et CHU, avec une hausse de son activité en 2018.

Brest.fr (Retour à la page d'accueil)

Bilan global positif
Le bilan est d’ailleurs plutôt encourageant avec un résultat positif, prévu à 5 millions d’euros, sur un budget à l’équilibre de 600 millions d’euros.
Pour la direction du CHRU, cette belle santé s’explique par des années d’efforts, qui se poursuivent : « Dans cette réussite, on ne peut que rendre hommage à l’ensemble du personnel qui a su trouver des solutions », note Philippe El Saïr. « Depuis 5 ans, notre activité a affiché des résultats supérieurs à la moyenne nationale des CHU. Nous avons notamment beaucoup travaillé sur la maîtrise des charges, et la politique d’achat. La réorganisation a aussi permis de développer l’ambulatoire (soins sans hospitalisation, ndlr), où nous avions un réel retard », poursuit-il.

Innovation
La politique de soutien à l’innovation est aussi payante : en 2018, les équipes de recherche du CHRU de Brest ont récolté quelque 5 millions d’euros de subventions (contre 2, 5 millions en 2017), se plaçant ainsi en 4è position nationale en la matière. « La qualité d’un établissement ne dépend pas de sa taille, et nous en sommes la preuve. Ici, nous avons de vraies filières d’excellence, comme la prise en charge des grands prématurés par le programme Nidcap, pour laquelle nous sommes leaders au niveau européen ». La récente mise en œuvre en première mondiale, d’un équipement de pet scan numérique témoigne aussi des compétences d’excellence brestoises.

Plus d’infos ici…

Lire aussi :