Archives du blog

Découvrez 6 innovations pour lutter contre la pollution de l’air @nexity

Source : Nexity lab

La pollution de l’air engendre tous les ans des milliers de décès en France… De nombreux acteurs, entrepreneurs, mettent donc en place des solutions innovantes afin de lutter contre ce phénomène. Découvrez-les ci-dessous…

Nexity

Clarity & Citeos : mes micro-capteurs de surveillance fixés aux lampadaires publics
Lauréat du programme Qualité de l’Air de la Mairie de Paris, le groupement de startups Clarity et Citeos ont imaginé un système de surveillance de l’air basé sur des capteurs lowcost, installés sur les mâts d’éclairage public, couplé à un portail cloud.

Plume Labs :  une application de suivi en temps-réel de la qualité de l’air pour se protéger de la pollution
Flow, le capteur personnel de qualité de l’air développé par la startup française Plume Labs, permet à ses utilisateurs d’obtenir des informations personnalisées afin d’éviter la pollution atmosphérique. Grâce à une série de capteurs, Flow analyse en temps réel les polluants les plus dangereux et retranscrit ces informations sur l’application Plume.

Air Serenity : Le purificateur d’air intérieur à la technologie révolutionnaire
“Nous passons plus de 80% de notre temps à l’intérieur, dans des espaces clos où l’air intérieur se révèle jusqu’à huit fois plus pollué qu’à l’extérieur” alerte le quotidien Les Échos en février dernier. Consciente de ce problème, la startup Air Serenity dévoile dès 2012 une technologie capable de retenir les molécules néfastes pour l’Homme.

Air-Ink : la première encre créée à partir de particules de pollution
Réinventer l’existant : c’est le fer de lance de la startup Air-Ink. Grâce à une technologie baptisée Kaalink, Air-Ink réussit à récupérer l’air pollué par les pots d’échappement pour la transformer en encre.

Voir les autres innovations

Lire aussi :

Les CHU de Montpellier, Nîmes et Toulouse créent la Fédération pharmaceutique hospitalo-universitaire @RESEAUCHU

Source : Reseau CHU

Les CHU de Montpellier, Nîmes et Toulouse ont crée une Fédération régionale, la FPHU, Fédération pharmaceutique Hospitalo-universitaire. 

logo-reseauchu

La FPHU Occitanie : pour de meilleurs soins pharmaceutiques
« Cette fédération doit tout d’abord permettre d’améliorer l’offre territoriale de soins pharmaceutiques, qui regroupe notamment la personnalisation et la dispensation de médicaments ou dispositifs médicaux et aussi des conseils, un accompagnement, un soutien à l’éducation du patient à la santé et d’une évaluation des pratiques… Ces missions seront menées en coordonnant et en potentialisant les activités de pharmacie clinique des trois CHU d’Occitanie et en développant le lien ville-hôpital » annonce le Dr Jean-Marie Kinowski, chef du pôle Pharmacie-Santé publique du CHU de Nîmes.

La FPHU Occitanie se donne aussi pour mission de développer l’innovation thérapeutique et la recherche translationnelle, clinique et médico-économique de façon coordonnée entre Montpellier, Nîmes et Toulouse.

Un projet pharmaceutique commun
L’ambition de ce projet fédérateur est de concevoir une meilleure offre territoriale de soins pharmaceutiques, d’harmoniser la formation continue et de développer le potentiel de recherche et d’innovation des trois établissements.

En savoir plus…

Lire également :

Nouvelle-Aquitaine : appel à projets pour favoriser l’innovation rurale @NvelleAquitaine

Source : Région Nouvelle-Aquitaine

La Région Nouvelle-Aquitaine a récemment lancé un nouvel appel à projets, intitulé « L’innovation rurale », dans le but de favoriser l’innovation dans les territoires.

aquitaine région

Dans le cadre du développement de sa politique sur la ruralité, la Région Nouvelle-Aquitaine lance un appel à projets « Innovation rurale » visant à mobiliser les acteurs du développement territorial sur des actions de recherches appliquées et d’innovation en milieu rural.
L’objectif de cet appel à projets est de favoriser l’innovation concourant au renforcement et au développement d’actions à destination des populations. Il devra notamment permettre d’encourager l’innovation en milieu rural, en explorant de nouveaux domaines, en mettant au point de nouveaux outils ou en renouvelant les méthodes de travail et d’organisation, créer les conditions favorables au développement des processus d’innovation, améliorer l’efficacité du dispositif de développement rural en confortant le travail en réseau, faire émerger les compétences dont la ruralité aura besoin demain sur le terrain de l’innovation, et proposer des outils d’aide à la décision.

Les projets devront s’inscrire dans le cadre de démarches innovantes dans les domaines suivants : agriculture et diversification agricole, apprentissage, création et reprise d’entreprises, développement des transports propres, économie sociale et solidaire, éducation à l’environnement, Europe et international, formation et emploi, innovation, lutte contre les discriminations, numérique, patrimoine naturel, santé, service civique, solidarité internationale, solidarité et social.

Vous avez jusqu’au 23 septembre pour candidater !
Plus d’infos ici

Retrouvez également :

Téléphérique d’Ile-de-France : Où en est le projet ? @IDFmobilites

Source : IDF Mobilités

Le 1er téléphérique d’Ile-de-France, le Cable A – Téléval, c’est pour bientôt !  Une nouvelle étape a été franchit avec le vote du schéma de principe et du financement de l’avant-projet le 11 juillet dernier par Île-de-France Mobilités.

Un mode de transport innovant, pour répondre à des besoins particuliers
Dans le cadre de son ambitieux projet de développement du réseau de transport, Île-de-France Mobilités développe de nouvelles solutions de mobilité pour répondre aux besoins spécifiques des territoires et permettre aux franciliens de se déplacer plus facilement. Le téléphérique urbain est un mode de transport attractif et innovant qui permet de franchir les coupures urbaines pour desservir des secteurs enclavés et difficile d’accès. Il peut ainsi franchir de façon efficace et à moindre coût les voies ferrées, route, lignes à haute tension, ainsi que les fleuves et les reliefs importants. Le transport par câble est ainsi parfaitement complémentaire avec les modes de transports « traditionnels » Métro, Tram et Bus.

Le Câble A : un projet essentiel pour la desserte du sud du Val-de-Marne
Le Câble A – Téléval reliera les communes de Créteil, Limeil-Brévannes, Valenton et Villeneuve-Saint-Georges. Il comportera 5 stations pour un parcours de 4,5km en franchissant les lignes ferroviaires TGV et de fret ferroviaire, la route nationale 406 et une ligne à haute tension. L’objectif du projet est de répondre aux besoins croissants en déplacements de la population et de désenclaver les quartiers de Limeil-Brévannes, Valenton et Villeneuve-Saint-Georges en les reliant à la ligne 8 du métro et au réseau de bus.

En savoir davantage…

Lire aussi :

Le logement connecté enfin une réalité ! @CDC_Habitat @CaissedesDepots

Source :  CDC Habitat

 

 

Alors que 80 % des véhicules aujourd’hui construits comportent des applications numériques intégrées, seuls 1% des logements en disposent.

CDC Habitat, par l’intermédiaire de sa filiale OSICA, s’est porté acquéreur de 24 logements du programme construit par COFFIM situé au 99-103 avenue du Général Leclerc à Viroflay. Ces deux entreprises ont décidé d’équiper dès leur construction les logements à la fois en capteur et avec une application SmartHab qui propose un large panel de prestations : aussi bien les potentialités de l’internet des objets que du smart building, voire des fonctionnalités inédites, spécialement conçues pour les résidents.

Du rêve à la réalité
« L’avenir est à la smart city et au smart building », indique Thibault Dutreix, Directeur Général de COFFIM. Pour pouvoir connecter les logements, il a fallu intégrer la démarche en amont de la construction. Une fois les fonctionnalités définies, SmartHab a conçu en partenariat avec Léon Grosse, entreprise générale en charge des travaux, la meilleure façon de les intégrer puis a travaillé avec les sous-traitants. « En prenant en compte, dès la construction, les besoins technologiques, la facture se réduit et on s’assure une réalisation qui va attirer les locataires », précise Thibault Dutreix. « Le coût d’une telle installation dans des bâtiments neufs est inférieur à 25€/m² pour le bailleur », ajoute Godefroy Jordan, Président de SmartHab.

Un concentré de technologie
L’application, accessible sur smartphone ou tablette, est reliée à différents capteurs présents dans les logements. « L'installation de capteurs permet notamment le suivi, le monitoring et le réglage des consommations d'énergie », précise Thibault Dutreix. L’intelligence artificielle au service de la sécurité. Si aucun système de vidéosurveillance n’est en place, les algorithmes de SmartHab permettent en analysant « lumière, mouvement et chaleur », de détecter une possible effraction dans l’appartement. Le locataire est alors immédiatement prévenu sur son smartphone.

La lumière en un clic.
Présents ou absents, les locataires ont la possibilité d’interagir avec l’éclairage de leur appartement. Un détecteur de présence permet même de signaler (par notification, message ou email) au locataire que son appartement est allumé alors qu’il est absent.

Lire la suite