Archives du blog

Incité : Production de 9 logements sociaux publics à Saint-Paul

Sources : inCité

Dans le cadre de la concession d’aménagement pour la requalification du centre historique de Bordeaux, inCité a acquis un immeuble dégradé pour produire un programme de 9 logements sociaux en plein cœur de Saint-Paul Saint-Eloi. Inscrit au Programme de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés, cet ensemble immobilier figure parmi les premières opérations de restauration immobilière menées dans le centre ancien. Après consultation, inCité a revendu l’ensemble au bailleur social Mésolia qui a réalisé les travaux en suivant un cahier des charges strict.

Consulter la fiche projet

Parole de dirigeants : Benoît Gandin, Directeur général, inCité @inCiteBordeaux @cmarkea

#déconfinement #Covid 19 : Depuis plus de 60 ans, inCité construit et gère un patrimoine de logements, commerces et activités tertiaires. La Société d’Économie Mixte a également développé une expertise reconnue en renouvellement urbain et en centres anciens, elle a su évoluer pour s’adapter aux orientations des politiques publiques tout en conjuguant intérêt général et obligation de résultat.  Benoît Gandin, Directeur Général d’inCité, a accepté de nous livrer, en quelques points, les mesures prises pendant le confinement et sa vision sur les changements qui impacteront son activité. Il nous fait également part de l’augmentation de capital qui est en cours pour inCité.

Quelle est la trajectoire de votre entreprise à moyen et long terme et quelles sont vos priorités ?

  • Conforter inCité à l’échelle métropolitaine,
  • Poursuivre la requalification durable du patrimoine d’inCité,
  • Intensifier nos interventions dans les centres anciens et notamment dans les programmes Cœurs de Ville et les opérations de revitalisation du territoire,
  • Amplifier nos actions dans le champ de l’économie de proximité.

Qu’avez-vous fait évoluer dans votre SEM ?

  • Une augmentation du Capital d’inCité est en cours. Elle porte sur 9,5 millions d’euros.
  • L’organisation de la société avec l’accroissement de l’activité et la montée en compétence des équipes.
  • Un travail de notoriété à l’échelle nationale portant sur notre expertise des centres anciens.
  • Le déploiement d’une stratégie de communication autour d’une posture différenciante.

Selon vous, quel sera le “monde d’après” ?

  • Une « confrontation » entre la prise en compte des urgences climatiques et sociales et les modes de faire traditionnels.
  • Un rééquilibrage des territoires par une plus grande coopération.
  • Des temps de concertation et d’appropriation par les citoyens plus intenses et fréquents dans le déploiement de l’action publique.
  • Une déconcentration des pouvoirs.

Quelle est la première chose que vous ayez faite lors du déconfinement ?

Remercier les équipes pour leur agilité dans la poursuite du travail.

Quel « # » décrirait le mieux votre expérience ?

#Intérêtgénéral

Pour découvrir InCité, cliquez ICI

Le site internet inCité entièrement repensé pour être au plus près des besoins des utilisateurs @inCiteBordeaux

Source : www.incite-bordeaux.fr

Le site internet inCité s’est fait une peau neuve cet été ! Il a été entièrement repensé et actualisé pour être au plus près des besoins de ses utilisateurs. Ce site est dédié à informer les publics et vise également à rappeler qu’InCité est au service des politiques publiques. Qu’il s’agisse de renouvellement urbain, de développement du commerce de proximité ou d’habitat public et privé… vous y trouvez des fiches par opération, des témoignages ainsi que de nombreuses références.

Dès 2021, un extranet pour les locataires, commerçants, artisans, propriétaires sera déployé.

Pour découvrir InCité, cliquez ICI

Développement urbain : Les commerces de proximité dans toute leur diversité

Source : servirlepublic.fr

Finie l’époque des quartiers dortoirs. L’heure est à la mixité sociale et fonctionnelle dans tous les nouveaux projets d’aménagement. La présence et la diversité des commerces de proximité, devenues incontournables, vont être facilitées par un nouveau projet de loi qui devrait être adopté début 2014.

C’est un coup de pouce déterminant en perspective pour les collectivités territoriales et les Epl qui cherchent à soutenir la diversité commerciale en centre-ville et autres quartiers, comme par exemple, la Semaest à Paris, InCité à Bordeaux, ou encore Oppidea à Toulouse. Mercredi 19 mai, la ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme a présenté son « plan d’action pour le commerce et les commerçants », secteur qui représente 11 % du PIB, 730 000 entreprises et plus de 3 millions de salariés. Au programme : une cinquantaine de mesures concrètes qui visent à « renforcer leur compétitivité », contribuer « au développement équilibré de toutes les formes de commerce », et les aider « à s’adapter rapidement aux mutations du secteur ».

En contact étroit avec le cabinet ministériel, la Fédération des Epl s’est fortement impliquée dans ce projet aux côtés d’élus et d’Entreprises publiques locales. « Il est important, par exemple, que la cession d’un droit au bail commercial soit mieux renseignée auprès des collectivités locales, pour que le droit de préemption soit facilité et ne se fasse pas à l’aveugle », commente Didier Dely, directeur général de la Semaest. Toute cession de fonds artisanaux, de fonds de commerce ou de baux commerciaux intervenant dans le périmètre de sauvegarde du commerce de proximité délimité par délibération du conseil municipal, peut en effet faire aujourd’hui l’objet d’un droit de préemption de la commune, c’est-à-dire du droit de l’acheter en priorité pour le rétrocéder à un commerçant ou un artisan.

Un droit de préemption « plus efficace »
Le « plan d’action pour le commerce et les commerçants » devrait ainsi permettre d’améliorer l’efficacité de ce droit de préemption des communes afin de préserver une offre commerciale diversifiée, notamment dans les centres-villes. Comme pour le droit de préemption urbain, la collectivité pourra aussi déléguer ce droit à un opérateur tel qu’une Epl.

Dans un souci de simplification et d’efficacité, les procédures d’élaboration des documents d’aménagement commercial (DAC) seront également modifiées « pour devenir de véritables outils stratégiques au service des élus ». De même, les autorisations préalables à la réalisation d’un projet commercial (permis de construire et autorisations des CDAC) « feront l’objet d’une instruction globale et simplifiée ». Le traitement des procédures de recours sera par ailleurs raccourci et encadré « pour limiter les recours dilatoires ». Le droit de l’aménagement commercial sera également ajusté « pour permettre à la CNAC (Commission nationale d’aménagement commercial) de s’autosaisir des projets les plus importants et pour y intégrer des « drive » (point de retrait automobile d’achats effectués par internet) ».

Patrick Cros/Naja