Archives du blog

La smart agriculture a besoin de très haut débit @BanqueDesTerr @localtis

Source : Banque des Territoires

Avec l’arrivée des capteurs, d’équipements bardés d’électronique et de drones, la transformation numérique de l’agriculture a déjà commencé. Une note de l’Arcep souligne que le très haut débit – 5G ou satellite – représentera une rupture avec son entrée dans l’ère du big data. Des arguments de plus en faveur du THD pour tous et partout.

Pour anticiper l’évolution des réseaux télécoms, l’Arcep a engagé en septembre 2018 un cycle de réflexion  sur les besoins des secteurs d’activité à échéance de 5 à 10 ans. Des travaux qui sont le fruit d’une réflexion transverse au sein de l’autorité, d’échanges avec des acteurs spécialisés de la thématique arbitrés par un comité d’experts. Après s’être intéressée à la voiture connectée, aux territoires intelligents et à l’empreinte carbone du numérique en 2019, l’autorité a publié mi- janvier une note sur l’agriculture connectée. Un sujet qui intéressera plus particulièrement les élus défendant la couverture intégrale en très haut débit…Lire la suite

MARSEILLE : Immense succès pour le FTTH Council Europe ! @FI_RIP Firip

Source : Firip

Avec plus de 3300 participants ce rendez-vous annuel est devenu l’événement majeur qui rassemble l’ensemble des acteurs de la fibre à l’échelle européenne (seuls trois congrès similaires sont organisés chaque année dans le monde : un en Europe, en Amérique et en Asie, l’événement européen étant depuis plusieurs années le plus important des 3)

Pour la première fois depuis sa création (13ème édition), il s’est tenu en France, à Marseille du 14 au 16 février prochains, sous les hauts patronages du Président de la République, François Hollande, et de la ville de Marseille.

Il a accuelli plus de 3000 participants, 120 exposants et 155 conférenciers, issus de 96 pays.

La FIRIP, première Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique, a choisi d’être partenaire de cet événement afin de mobiliser et d’y représenter l’ensemble de ses adhérents, acteurs de la fibre en France…. en savoir plus …

BRETAGNE très haut débit : la DSP est lancée 

Source : Région Bretagne
MÉGALIS BRETAGNE ET ORANGE LANCENT LA DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC

 Vendredi 29 janvier 2016, Jean-Yves Le Drian, Président du Syndicat mixte Mégalis Bretagne, et Stéphane Richard, Président-Directeur général d’Orange, ont lancé la délégation de service public portant sur l’exploitation et la commercialisation par Orange du réseau public de fibre optique en Bretagne pour une durée de 17 ans. Mégalis Bretagne, qui réunit des collectivités territoriales bretonnes, assure par ailleurs la construction de ce réseau à l’échelle de la région Bretagne.

Maitre d’ouvrage pour le compte des collectivités du projet Bretagne Très Haut Débit, le Syndicat mixte Mégalis Bretagne a engagé en 2015 les travaux de déploiement du réseau de desserte en fibre optique qui couvrira progressivement l’ensemble du territoire régional, en dehors des zones qui seront équipées sur fonds propres par les opérateurs privés…en savoir plus…

Déploiement FTTH : L’Etat publie la convention type pour les zones denses

Promise par la feuille de route gouvernementale sur le très haut débit, la fiabilisation des engagements des opérateurs a pris la forme d’une convention type (ici en PDF) à adapter au niveau de chaque agglomération. Ce document est le résultat de négociations menées depuis le printemps dernier entre les opérateurs déployant de la fibre (Orange et SFR), les représentants des associations de collectivités et la mission très haut débit et s’inspire des conventions d’ores et déjà signées localement. La convention s’efforce d’avoir une approche équilibrée en liant l’engagement de complétude des déploiements de l’opérateur de zone à une implication réelle de l’agglomération signataire invitée à créer un « guichet unique opérateur » et à mobiliser les acteurs locaux (offices HLM, syndic…) pour favoriser la transition vers le très haut débit.

Parmi les avancées de la convention, on signalera la possibilité de négocier des « zones prioritaires », correspondant aux quartiers ne bénéficiant pas d’un ADSL de qualité et l’institution, à un rythme semestriel, d’un suivi des déploiements. Le document prévoit la fourniture d’une cartographie des déploiements réalisés et d’un fichier comportant le nombre de locaux « Raccordables », « Raccordables dès autorisation », et « Raccordables sur demande » à la maille de la commune. Les collectivités seront également destinataires des fichiers dits IPE (Informations Préalables Enrichies) qui sont actuellement échangés entre les opérateurs de réseau et les fournisseurs d’accès.

Le principal point noir de la convention est la création d’une catégorie de locaux « raccordables sur demande » qui correspondent à des endroits où existent des « difficultés exceptionnelles de raccordement » et qui présentent « des caractéristiques particulières entrainant des surcoûts moyens très importants ». Dans ces zones, qui instituent de fait un mitage des zones denses, le financement du raccordement n’est pas précisé et aucune limite chiffrée (prévue dans les versions qui ont circulées) n’a été fixée sur le volume de prises potentiellement concernées.

Dans un communiqué, Fleur Pellerin, ministre de l’économie numérique s’est réjouit de la publication de cette convention et indique que la mission très haut débit et les SGAR sont à la disposition des collectivités pour leur mise en œuvre.

La Bretagne sur la route du très haut débit

Le 9 janvier 2012, la réunion de la Conférence numérique bretonne* a permis de présenter la feuille de route du projet Bretagne Très Haut Débit et de définir ainsi collectivement les conditions de mise en oeuvre et de réussite de ce projet.

Compte tenu des enjeux majeurs que représente l’arrivée du très haut débit (100 Mbits/s) pour une région périphérique comme la Bretagne, les collectivités et l’Etat se sont mobilisés pour porter ensemble le projet Bretagne Très haut Débit qui vise, d’ici 2030, à apporter la fibre optique à toutes les familles, entreprises et administrations bretonnes, aussi bien en zone rurale qu’urbaine.

Cet ambitieux projet d’aménagement du territoire entre aujourd’hui dans une phase opérationnelle de mise en oeuvre. Les études ont permis de définir une feuille de route (calendrier, zones d’intervention prioritaires, premiers investissements et financements…), suivant des principes d’équilibre et de cohésion : une ligne fibrée « rurale » pour une ligne fibrée « urbaine »…En savoir plus