Archives du blog

Une nouvelle résidence Chers Voisins® sur la commune de Lieusaint @1001ViesHabitat @altareacogedim

Source : 1001 Vies habitat

1001 Vies Habitat a acquis en VEFA 24 nouveaux logements sociaux au sein de la résidence Le Carré Verger, livrée le 5 février 2020 à Lieusaint (77). Construite dans le cadre du PNRU visant à reconstituer l’offre de logements du quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes, la résidence intégrera progressivement le dispositif d’habitat intergénérationnel et solidaire Chers Voisins®. 

Située Avenue Pierre Point, la résidence s’intègre dans un programme de plusieurs bâtiments de style contemporain conçu par l’agence PETITDIDIERPRIOUX Architectes et réalisé par le promoteur ALTAREA COGEDIM comptant 75 logements, parvis et jardin commun. Les 24 logements sociaux (50% en PLAI et 50% en PLUS) se situent dans le bâtiment 3, composé de 4 étages et de 24 places de stationnement en sous-sol.     

Un pas de plus vers une construction écoresponsable

Tenant compte des enjeux climatiques et utilisant dans sa construction des matériaux biosourcés naturels et renouvelables tels que le bois et la laine de mouton, l’opération participant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, a obtenu le label bâtiment biosourcé, associé à une certification NF Habitat HQE RT2012-20%.

En savoir plus

Habitat intergénérationnel : Pose de la 1ère pierre du projet coeur de ville à Ambérieu-en-Bugey @Dynacite

Source : Dynacité

Ce lancement est l’occasion de donner corps à la première étape du projet Coeur de ville de la Ville d’Ambérieu-en-Bugey défini dans le cadre d’un large projet de renouvellement urbain. Stratégiquement idéalement situé, il se trouve en centre-ville, à I‘angle de la rue Henri Jacquinod et de I’Allée Léon Tournier-Billon (face à Ia MJC).

Il s’agit d’une construction retenue dans le cadre d’un appel à projets Habitat Intégré Service Solidaire Regroupé, dit HAISSOR. Fort de la précédente expérimentation lancée en 2013, où trois projets de Dynacité ont été soutenus à ce titre sur les communes de Viriat, Chalamont et Trévoux, le Département de l’Ain a de nouveau proposé ce dispositif en 2017. Dynacité, la commune d’Ambérieu en Bugey et l’association de services à la personne ADMR ont souhaité s’associer et présenter ce projet innovant autour d’un habitat favorisant la mixité intergénérationnelle...

Consulter le communiqué de presse

Vieillir à sa  manière: l’habitat des  seniors innove  @iauidf

habitat participatif, beguinage, habitat autogere, habitat intergenerationnel…

Source : IAU-IDF

EN RÉPONSE AUX ENJEUX DU VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION, DE NOUVELLES FORMES D’HABITAT TÉMOIGNENT D’UNE VOLONTÉ D’ENRICHIR UNE OFFRE JUSQUE-LÀ BINAIRE, ENTRE DOMICILE ET HÉBERGEMENT INSTITUTIONNEL. CES ALTERNATIVES ILLUSTRENT UNE MEILLEURE PRISE EN COMPTE DU LIBRE CHOIX DES SENIORS ET PROPOSENT DIFFÉRENTS MODES D’ACCOMPAGNEMENT DE LA VIEILLESSE.

Selon le scénario tendanciel, les effectifs franciliens des plus de 60 ans devraient s’accroître d’environ 40 % d’ici à 2040, soit près d’un million d’individus en plus. Parallèlement, le libre choix du mode et du lieu de vie des personnes âgées est proclamé par les politiques publiques,
mais, souvent, l’hébergement institutionnel fait effet de repoussoir, et le maintien à domicile, sym- bole d’une autonomie prolongée, est idéalisé. Ainsi, de la stricte compétence du secteur médico- social, la prise en charge du vieillissement est devenue une préoccupation grandissante des acteurs de l’habitat. Ils doivent en effet se pencher sur l’adaptation des logements comme sur le développe- ment de formes d’habitat intermédiaire et de services dédiés, entre le domicile strictement privatif et la structure institutionnelle. C’est de cette palette d’alternatives, alliant autonomie, intimité et sociabilité, dont il est question ici.
LA PRISE EN COMPTE DU VIEILLISSEMENT PAR L’ACTION PUBLIQUE
En France, la ré exion publique s’illustre par les termes d’un vieux débat, néanmoins toujours d’ac- tualité, qui oppose vieillir à domicile et vieillir en institution, chacune des « options » ayant leurs contraintes et leurs limites. D’un côté, les risques liés à la solitude et la crainte de l’isolement social, de l’autre, la con scation de son autonomie et des décisions de la vie quotidienne.
Des politiques publiques focalisées sur la dépendance
Ce sont les risques inhérents à la dépendance et à la précarité qui ont longtemps guidé l’action publique, privilégiant la protection et la sécurité de la personne âgée, au détriment de sa dignité et de son identité [Feller, 1997].

En savoir plus 

Habitat intergénérationnel au Toit Angevin : les premiers retours d’expérience

Le 16 janvier dernier, Le Toit Angevin organisait, avec l’association Le temps pour toiT, un temps convivial autour du projet d’habitat intergénérationnel, l’occasion d’entendre les témoignages très positifs des hébergeurs et des hébergés.

Le 16 janvier dernier, dans le quartier de la Roseraie, avait lieu un temps convivial de rencontre autour du projet innovant et solidaire d’habitat intergénérationnel mené par Le Toit Angevin et l’association Le temps pour toiT, qui met en relation futurs hébergés (jeunes, étudiants…) et hébergeurs (personnes âgées, seules ou isolées). L’association encadre cette cohabitation solidaire dans laquelle l’engagement réciproque est fondamental. En échange de l’occupation à titre gracieux du logement, le jeune hébergé apporte une aide bénévole à son hôte.

Accueillis par des membres de la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) et l’ACE (Action catholique des enfants) et réunis autour d’une galette, habitants, gardiens, membres d’associations… sont venus écouter le témoignage d’hébergeurs et d’hébergés partageant leur expérience de cette vie en cohabitation. Pour Madame Briodeau, locataire du Toit Angevin, qui accueille un jeune en apprentissage, « cette expérience me permet de ne pas rester seule et de rendre service à un jeune en soutenant un projet intéressant.»

Pour Pascal Boucher, chargé de l’action sociale au Toit Angevin, cette démarche poursuit plusieurs objectifs : « Elle vise à permettre à des personnes âgées vivant dans le parc social de bien vieillir chez elles, avec un sentiment de sécurité et de bien-être, et à leur redonner un sentiment d’utilité sociale grâce à leur rôle d’aidant auprès des jeunes. »

Pourquoi pas vous ? Lire la suite