Archives du blog

Découvrez Réma’Vert en vidéo, le 1er éco-quartier rémois @PlurialNovilia @ActionLogement #vidéo

    Source : PlurialNovilia

A l’horizon 2020, RémaVert accueillera plus de 730 logements, dont le 1er immeuble à ossature bois de Champagne-Ardenne et les cinq maisons de Viliaprint.

 

> éclairage :

https://leblogdesinstitutionnels.fr/2019/06/20/reims-plurial-novilia-inaugure-lecoquartier-remavert-plurialnovilia-actionlogement/

Nantes Métropole Habitat imagine l’habitat périurbain de demain @NMHabitat

Source : Nantes Métropole Habitat

1er bailleur social du Grand Ouest, Nantes Métropole Habitat gère un parc de 25 000 logements sur les territoires de la métropole nantaise. En association avec MFLA et Vendredi Architecture & Urbanisme, NMH a remporté l’appel à projet lancé par le Pôle métropolitain Nantes Saint-Nazaire et la commune de Brains pour la construction de logements abordables rue du bois joli à Brains.

Nantes Métropole Habitat - l'acteur public du logement

Ce projet a su répondre aux enjeux locaux et aux réflexions menées autour du vivre ensemble dans une zone pavillonnaire, notamment à travers :
– La création d’une grange collective, où diverses activités/services partagés seront réalisables pour les habitants : cuisine d’été, compost collectif, rangement de deux-roues, ordures ménagères, etc.
– La création d’un espace commun central en cœur d’îlot, pouvant accueillir les jeux, fête des voisins, jardinage, repos, etc.
– Une réflexion autour des cheminements vers les logements : sécurité, circulations des véhicules, lien avec la grange et l’espace commun central.

S’appuyer sur les figures d’hier pour construire l’habitat de demain
Inspiré de la typologie récurrente de Brains, le projet se caractérise par sa construction organisée autour d’une cour, ce qui présente de nombreux avantages : relations privilégiées entre habitat et nature, convivialité entre voisins, sécurité par l’allure réduite des véhicules, architecture diversifiée et évolutive avec capacités d’extension.
Une grande attention a en effet été portée à l’évolutivité des logements. 80 % des acquéreurs pourront envisager de créer une extension sur leurs jardins ou terrasses. Ils pourront également mobiliser la double hauteur du séjour pour créer une pièce supplémentaire. Cette approche s’accompagne d’une attention toute particulière aux traitements des vis à vis entre les logements et l’espace public. Elle permet de réduire les nuisances et d’offrir un réel confort d’usage.

Plus d’informations ici…

Lire également :

Nouvelle dynamique à l’échelle du quartier : les résidences avec espaces partagés @nexity #Enviesdeville

     Source : Envies de ville by Nexity

Partager le désir de vivre-ensemble

« Ici, on a une vraie vie de quartier, de village presque ».  Si Claire hésite sur le mot, c’est que ce dont elle parle n’est à proprement parler ni l’un ni l’autre. Depuis un peu plus d’un an, Claire habite Urbagreen, une résidence de 417 logements, du studio au 5 pièces duplex, qui dénote sur le marché immobilier francilien en offrant des services en plus.

Entre convivialité, sécurité et services

Urbagreen constitue ainsi la dernière-née du programme Villanova, « un ensemble de résidences avec espaces partagés, pensées pour répondre à l’évolution des modes de vie et aux aspirations des habitants d’aujourd’hui, » comme le rappelle Evelyne Flacher, Directrice générale de Nexity Grand Paris Nord. Lancé il y a déjà plus de 15 ans, le concept a lui-même évolué au fil du temps tout en conservant trois fondamentaux : la convivialité, la sécurité et des services proposés aux habitants.

> Eclairage…

Val d’Oise Habitat présentera ses divers projets au Congrès HLM @valdoisehabitat #CongresHlm

Source : Val d’Oise Habitat

Le Congrès HLM se tiendra cette année du 24 au 26 septembre, à Paris Porte de Versailles. A cette occasion, l’OPH Val d’Oise Habitat sera présente ! Retrouvez les équipes sur le stand J 56 – Pavillon 7 – Niveau 3, dans la zone « partenaires bancaires et institutionnels ».

Val d'Oise le département - accueil

Cet événement sera l’occasion pour Val d’Oise Habitat de mettre en avant ses actions, ses engagements, ses projets en matière d’habitat au service du territoire du Val d’Oise et pour les Valdoisiens.
Les équipes valoriseront les actions associatives portées par l’ADIL, SOLIHA, et le CAUE et mettront en évidence leur savoir-faire à travers les réalisations de Val d’Oise Habitat.

En savoir plus sur les enjeux du Congrès HLM

Lire également :

Mieux faire respirer la ville : l’agriculture urbaine pourrait-elle être une solution ? @nexity #Enviesdeville

   Source : Envies de ville by Nexity

Alors que nos villes sont confrontées à de multiples défis environnementaux et que les citadins expriment de plus en plus leur souhait d’accéder à une alimentation locale et durable, l’agriculture urbaine se développe à toute vitesse. Quelle est cette « nouvelle » forme d’agriculture ? Comment s’intègre-t-elle dans l’aire urbaine ? Et quels sont ses bénéfices ?

L’agriculture urbaine : de quoi parle-t-on ?

L’agriculture urbaine regroupe différentes pratiques visant à faire pousser des fruits, des légumes et autres végétaux, au sein des villes. Autrement dit, au sommet des immeubles, dans des espaces de verdure, dans des containers ou dans des fermes verticales, par exemple. L’agriculture urbaine peut également constituer une activité d’élevage. Aux Pays-Bas par exemple, au milieu du port de Rotterdam, existe ainsi depuis 2019 la première ferme urbaine et flottante à l’énergie solaire, avec ses vaches laitières.

Quels bénéfices pour le consommateur et la collectivité ?

Une activité créatrice de cohésion sociale 

Au sein des villes, les fermes urbaines et même les simples lopins de terre cultivés par les habitants d’un même quartier, créent un lien social fort. Les jardins d’insertion notamment donnent une chance aux personnes exclues du monde du travail de retrouver un emploi.

Une activité créatrice d’attractivité économique et environnementale 

Pour les modèles non associatifs, la capacité dans le temps à atteindre un équilibre économique voire même à dégager une rentabilité est souvent sujette à débat. Le coût initial des installations en milieu urbain est élevé et rarement porté par l’utilisateur agricole lui-même. Aujourd’hui, ce sont souvent les co-bénéfices environnementaux, sociaux et d’attractivité qui poussent les investisseurs à soutenir ces formes émergentes. Les structures du secteur se diversifient pour pérenniser leurs exploitations : animations, ateliers, vente de produits transformés à haute valeur ajoutée, restauration, services aux entreprises… L’agriculture urbaine cherche encore son modèle économique

…lire la suite…