Archives du blog

Paris Habitat innove avec son Chatbot pour moderniser sa relation locataires @Paris_Habitat @monlogementAI

    Source : PARIS HABITAT

AVEC LE CHATBOT, PARIS HABITAT MODERNISE SA RELATION LOCATAIRES TOUT EN DEVELOPPANT L’INTRAPRENEURIAT
« C’est quoi le SLS ? », « Mon loyer va-t-il augmenter ? », « Est-ce que je suis éligible ? », « ça sert à quoi ? »… Paris Habitat, en partenariat avec la startup monLogement.ai, lance le premier Chatbot du logement social. D’abord expérimenté sur le SLS (Supplément de loyer de solidarité), cet agent conversationnel est un outil innovant qui apporte une nouvelle solution pour communiquer avec les locataires et améliorer la qualité de service.
Face aux attentes grandissantes et légitimes des locataires en matière d’information, Paris Habitat a initié une série d’évolutions technologiques afin de gagner en réactivité et de moderniser ses outils et ses pratiques en développant de plus en plus l’innovation digitale. C’est dans cet esprit que Paris Habitat s’est associé à la startup monLogement.ai pour développer un Chatbot au service des locataires, une première pour un bailleur social.
Apporter des réponses rapides et efficaces aux locataires
L’objectif de ce nouvel outil est de pouvoir fournir une réponse immédiate 24h/24 aux questions de premiers niveaux des locataires. Cette première version, expérimentale, est consacrée uniquement aux interrogations portant sur le SLS. Si l’expérimentation est concluante et répond à un réel besoin des locataires, les deux partenaires, Paris Habitat et monLogement.ai, développeront l’outil afin de pouvoir apporter des réponses à toutes les questions récurrentes des locataires. « Notre volonté est de créer un outil qui permette de répondre à certaines interrogations de façon automatique. Il ne s’agit surtout pas d’opposer le digital et l’humain mais bien de préserver ainsi le coeur de notre relation entre les collaborateurs et les locataires.» précise Stéphane Dauphin, directeur général de Paris Habitat.

> Télécharger le communiqué

SCCI-Arcade & SACICAP Bourgogne Nord : pour la sauvegarde de la «Tour Obélisque» (Epinay sur Seine) @Procivis

La copropriété dite « Tour Obélisque » située au 2-4 Place d’Oberursel à Epinay sur Seine (93), fait l’objet de l’élaboration d’un plan de sauvegarde et a entamé des travaux d’urgence de mise en sécurité incendie pour un coût total de 3 297 744,56 € TTC.

Ces travaux sont subventionnés par l’ANAH, l’Etablissement Public Territorial Plaine Commune et le Conseil Régional d’Ile-de-France à hauteur de 3 297 712€, soit 100%.

Dans le cadre du Protocole de Partenariat signé entre la SCCI-Arcade et le territoire Plaine Commune, et de la Convention signée avec le Conseil Régional d’Ile-de-France pour soutenir en priorité les copropriétés labellisées par la Région, le dispositif Cardéa Missions Sociales de la SCCI-Arcade a été sollicité.

Dans cette démarche, et pour accompagner la copropriété Tour Obélisque à Epinay sur Seine, la SCCI-ARCADE s’est associée de manière volontaire à la SACICAP Bourgogne Nord, également membre du réseau PROCIVIS et qui conserve sa capacité d’investissement sur son territoire (Bourgogne – Dijon Métropole).

La SCCI-Arcade a donc procédé ce jeudi 06 décembre au préfinancement de 76% des subventions, soit 2 506 261 €. La SACICAP Bourgogne Nord est intervenue à hauteur de 24% soit 791 451€.

Grâce à la mise en place de ce préfinancement et l’intervention conjointe des deux SACICAP, la copropriété peut mener à bien son programme de travaux d’urgence et mettre l’immeuble aux normes de sécurité incendie.

.@Paris_Habitat : 8 nouveaux sites ecojardin et une opération de construction labellisés BIODIVERCITY™

    Source : PARIS HABITAT

Après avoir été le premier bailleur social français à recevoir le label EcoJardin, huit sites viennent d’être labellisés en 2018, portant à 12 le nombre de jardins labellisés. Cette nouvelle récompense est le symbole d’une gestion écologique exemplaire des espaces verts de Paris Habitat, mise en oeuvre par les jardiniers de la régie. Elle vient s’ajouter au label Biodivercity™ délivrée pour la première fois à une opération de logements sociaux en Ile-de-France.

Réuni le vendredi 30 novembre pour désigner les sites labellisés EcoJardin* au titre de l’année 2018, le comité de labellisation EcoJardin a décidé d’attribuer le label pour une durée de trois ans aux sites suivants : Molitor (Paris 15e), Lefebvre-Dantzig (15e), Censier-Santeuil (5e), Geoffroy-St-Hilaire (5e), Square Perrichont Mont-Blanc (16e), Blanqui-Croulebarbe (13e), Porte de Vitry (13e) et Porte de Montrouge (14e). Le site de Meaux-Carrel dans le 19e arron , , , dissement, pour lequel Paris Habitat était devenu en 2015 le premier bailleur social français à recevoir le label EcoJardin est renouvelé pour une durée de 5 ans. Ces nouveaux jardins s’ajoutent au label attribué en 2017 aux sites suivants : Schomberg-Morland (4e), Crimée-Moderne (19e), Interne-Loeb (13e) et Villot-Rapée (12e).

…lire la suite…

Cougnaud installe 700 m² d’espace de co-working pour les ingénieurs de l’Efrei

   Source : Cougnaud

A Villejuif, les étudiants de l’EFREI ont récemment pris possession du Student Hub, un espace de travail et de détente qui leur est exclusivement réservé. Le bâtiment, d’une surface de plus de 700 m², a été installé par Cougnaud Construction.

Implantée à Villejuif depuis 32 ans, l’Efrei Paris, qui forme des ingénieurs pour les secteurs de l’informatique et du numérique, a entamé un vaste programme de modernisation et d’agrandissement de son campus pour rester en tête de peloton. […]

Depuis la rentrée de septembre, les étudiants disposent d’un bâtiment qui leur est exclusivement consacré, le Student Hub. Cet édifice de 700 mètres carrés haut de trois étages basé sur une construction modulaire propose un espace de coworking, des bureaux individuels, un espace de repos et la maison des associations. Une aubaine notamment pour les membres de Groupe Escape, qui rassemble une vingtaine d’étudiant créant des « escape games » (des sortes de jeux vidéos grandeur nature). « C’est une activité qui nous permet de montrer à travers un support ludique les nombreuses facettes de ce que nous apprenons à l’école d’ingénieur. Ainsi, nous proposons notamment pour les journées portes ouvertes de l’Efrei un escape game aux candidats. Il n’était jamais simple de trouver une salle où l’organiser mais avec la livraison de ce bâtiment, nous pourrons maintenant bénéficier d’une voire deux pièces », salue Maxime Grenier, le président de l’association.

Lire la suite…

Vallogis : du street art monumental dans les résidences @ValloireHabitat @ActionLogement

Source : Valloire Habitat

Résultat de recherche d'images pour

Deux résidences de Vallogis ont été proposées pour accueillir les collages monumentaux de Julien de Casabianca installés à l’occasion de la réouverture du musée Girodet de Montargis. Le premier collage s’est déroulé le 30 novembre 2018 sur le mur d’une résidence de Vallogis située au coeur du quartier ancien de la Pêcherie.

Ce premier collage mesure huit mètres sur dix et représente le portrait d’une femme. Il s’agit d’une œuvre anonyme faisant partie de la collection permanente du musée Girodet. Ces collages sont réalisés en papier, puis recouverts de vernis. L’œuvre est destinée à rester plusieurs mois et disparaîtra en fonction des conditions météorologiques. De décembre à janvier, trois nouvelles œuvres seront installées par l’artiste, dont une autre sur un bâtiment appartenant à Vallogis et situé rue de l’Europe.

Julien de Casabianca est un artiste visuel et un cinéaste. Depuis qu’il a initié en 2014 Outings Project, son travail de street art et de photographie, il est invité par des musées du monde entier à exposer ses photographies et à jouer avec leurs collections dans la rue. Son travail est toujours en relation avec la rue, même quand il s’agit de cinéma.

J. de Casabianca et le « Outings Project », «Les œuvres d’art appartiennent à tout le monde». Ce projet consiste à mettre les œuvres d’art en libre-service dans la rue. Cette démarche artistique permet à J. de Casabianca de restituer et faire partager les œuvres au grand public, comme il  l’a déjà fait pour le musée de Ixelles en Belgique, le Musée d’Art et d’Histoire à Genève, le Cummer Museum à Jacksonsville ou le Musée de Memphis aux États-Unis, le Museo Arocena à Torreon au Mexique. Le résultat est surprenant !