Archives du blog

Rapprochement entre Grenoble Habitat et Actis : où en est le processus de fusion ? @GrenobleAlpes @ActisOph_

Source : Grenoble Métropole

Le projet de fusion de l’OPH Actis et de la SEM Grenoble Habitat a été approuvé en juillet 2018 par les instances délibératives de la Ville de Grenoble et de Grenoble-Alpes Métropole. Où en est aujourd’hui le processus de fusion ?

Fusion grenoble habitat et actis

Un rapprochement pour une politique de l’habitat ambitieuse
En juillet 2018, la Métropole lançait le processus de rapprochement du bailleur métropolitain Actis et du bailleur municipal Grenoble Habitat. Un rapprochement nécessaire pour disposer d’un outil public à même de réaliser la politique de l’habitat ambitieuse du territoire.

L’objectif majeur du rapprochement de ces deux acteurs importants du logement social dans la métropole, est de pouvoir mener une politique de logement adaptée à la situation des territoires qui composent la Métropole et aux besoins des citoyens. Pour rappel, ces deux organismes logent environ 40 000 personnes sur le territoire métropolitain, soit pas loin de 10% du total de ses habitants ! Alors que la politique gouvernementale encourage la formation de grands groupes privés du logement social déconnectés des réalités des territoires, la Métropole grenobloise et ses partenaires (la Ville de Grenoble et les bailleurs Actis et Grenoble Habitat) souhaitent construire un modèle différent. Un modèle qui tout à la fois préserve la capacité financière des bailleurs à investir et permette la mise en œuvre des objectifs déterminés par les collectivités, et inscrits dans le Programme local de l’habitat (PLH).

Gros plan sur Grenoble Habitat et Actis
Actis a été créé à l’issue de la 1ère guerre mondiale, Grenoble Habitat à l’occasion des JO de 1968. Les deux bailleurs sociaux locaux représentent des acteurs majeurs du logement dans l’agglomération, indispensables à la mise en œuvre de la politique du logement de la Métropole.
Représentant respectivement 12 500 logements sur le territoire métropolitain pour le premier et 4 080 pour le second, ils contribuent à près de 40% de la production des nouveaux logements sociaux sur le territoire. Les deux structures présentent par ailleurs des profils et des compétences différentes, très complémentaires.

Téléchargez le dossier de presse…

Lire également :

Logement : Grenoble lance un plan de lutte contre les logements vacants @ANAH_Officiel

Source : Anah 

La ville de Grenoble compte plus de 6 000 logements vacants. La Métropole de Grenoble a alors décidé de mettre en place différents dispositifs, permettant de remettre en location les logements inoccupés. 

ANAH logo

Combien de logements vacants ?
Emplacement peu valorisé, indivision, désaccords familiaux, mais surtout nécessité d’effectuer des travaux… De multiples raisons poussent les propriétaires d’appartements à renoncer à chercher des locataires. La Métropole de Grenoble a créé un fichier, à partir de celui des services fiscaux dédiés à la taxe d’habitation, pour mesurer l’importance de la vacance des logements. Le résultat : 6 000 logements concernés. Cette anomalie sur un marché de l’immobilier local tendu appelait une réponse d’envergure.

La stratégie grenobloise de lutte contre les logements vacants est plurielle
– Un observatoire de la vacance a été mis en place. Il est couplé à l’observatoire de veille des copropriétés, doté d’alertes sur leurs fragilités. Un outil utile et opérationnel pour tous les acteurs locaux de l’habitat.
– Le dispositif « Louez facile » est déployé depuis l’année dernière par le biais de deux agences immobilières à vocation sociale : Territoires et Soliha. Elles contactent les propriétaires des appartements supposés vacants pour leur proposer de les accompagner et de leur trouver des locataires à faibles revenus en sécurisant leurs démarches. En 2018, une trentaine de dossiers ont été bouclés et l’objectif est d’atteindre une centaine en 2019, dont la moitié pour des personnes en situation précaire. La Métropole est en outre lauréate de l’appel à manifestation d’intérêt lié au plan national Logement d’abord.
– Un Programme opérationnel préventif d’accompagnement en copropriété (Popac) à Pont-de-Claix est prévu pour la fin de l’année. Objectif : faciliter la remise aux normes d’une vingtaine de logements vacants en centre ancien, grâce à une aide de l’Anah et de la collectivité. En contrepartie de cette prime, les propriétaires devront effectuer des travaux, qualitatifs sur le plan énergétique, et proposer un niveau de loyer raisonnable. Dans un an, une Opah-RU (opération programmée d’amélioration de l’habitat de renouvellement urbain) sur Vizille devrait être lancée, toujours dans l’optique de remettre sur le marché des logements vacants dégradés.

Lire la suite

Grenoble : en route vers 100 % d’énergies renouvelables pour 2033 ? @FedEpl

Source : Servir le public

Grenoble-Alpes-Métropole a pour projet de mettre en place un chauffage urbain alimenté à 100% par des énergies renouvelables pour 2033.

EPL-Servir-le-public

Le 1er juillet 2018, Grenoble-Alpes Métropole valide le nouveau contrat de délégation de service public (DSP) pour la gestion du chauffage urbain, le confiant, une nouvelle fois, à la Compagnie de chauffage intercommunale de l’agglomération grenobloise (CCIAG). Cette Saem présente, il est vrai, le profil idoine, forte d’un compagnonnage qui dure depuis le début des années 1960 ! Mais, dans un contexte de transition écologique particulièrement choyée par les élus grenoblois, la copie du délégataire historique de la métropole a fait l’objet d’une dissection poussée. Un argument de poids a fait pencher la balance : 87 % d’énergies renouvelables et de récupération composeront le mix énergétique de la CCIAG dès 2022 et 100 % à l’horizon 2033.

Pour ce faire, la Compagnie de chauffage a décidé de sensibiliser l’opinion publique en créant une nouvelle marque : MétroChaleur. La campagne de communication a été lancée début octobre pour marquer le fait que la métropole allait changer d’ère.

La suite de l’article ici…

Lire également :

Grenoble Alpes Métropole : Fusion entre 2 bailleurs sociaux @GrenobleAlpes

Source : Grenoble Alpes Métropole

La Métropole Grenoble-Alpes va connaitre un rapprochement entre les deux bailleurs sociaux, Actis et Grenoble Habitat, dans le but de devenir le 1er bailleur social de la Métropole ! 

Résultat de recherche d'images pour

L’année 2017 a vu naitre, dans l’agglomération grenobloise, une nouvelle dynamique dans le secteur du logement. Tandis que Grenoble-Alpes Métropole votait son nouveau programme local de l’habitat (PLH), qui fixe des objectifs plus ambitieux en matière de création de logements, de réhabilitation et d’équilibre de l’offre sur le territoire, le bailleur Actis devenait au 1er janvier l’Office Public de l’Habitat de la Métropole.

Un nouvel outil au service du logement social
En fusionnant, les deux organismes vont donner naissance à un opérateur fort au service d’une politique sociale de l’habitat volontariste et cohérente. Premier bailleur du territoire, ce nouvel opérateur assurera la gestion de 16 500 logements.

Dans le cadre d’un contexte nationale mouvant, le territoire souhaite préserver une capacité opérationnelle sous pilotage des élus locaux. L’objectif est de conserver une place majoritaire des collectivité dans la gouvernance de ce futur outil. Il agira en complémentarité des autres acteurs de l’habitat sur le territoire.

———> Cliquez ici pour lire la suite…

Lire également :

Commerces : La SEMAEST va aider Grenoble-Alpes Métropole @Semaest

Source : SEMAEST

La SEMAEST va accompagner Grenoble-Alpes Métropole dans la mise en  place de sa future structure foncière commerce.

Résultat de recherche d'images pour "semaest"

Grenoble-Alpes Métropole a missionné la Semaest, opérateur public local du commerce, afin de réaliser une étude de faisabilité commerciale, économique et juridique et de la conseiller sur sa stratégie de montage foncier.

La Métropole grenobloise souhaite se positionner comme un acteur de référence du commerce sur son territoire. Elle pourra ainsi mieux accompagner les communes et les commerçants, notamment par la création de cette structure de portage foncier dédiée.

Bien que relevant de la compétence communale, le commerce de proximité fait souvent l’objet d’interventions directes des métropoles auprès des commerçants ou des communes, notamment dans les dimensions urbaines et foncières.

Consulter l’article…

A lire aussi :