Archives du blog

Le Professeur Pruvot élu à la tête de la Conférence des Présidents de CME de CHU @RESEAUCHU ‏

Source : Réseau CHU

Ce mardi 9 octobre, le Professeur Pruvot a été élu à la tête de la Conférence des Présidents de CME de CHU.
La Conférence nationale des Présidents de CME de CHU fédère les Présidents et Vice-Présidents des Commissions Médicales d’Établissements (CME) des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) français.

Professeur François-René PRUVOT,

Le Professeur François-René Pruvot entend poursuivre la refondation des CHU engagée depuis 2 ans dans le cadre de la stratégie de transformation du système de santé. Les axes de réflexion s’appuient sur une vision d’excellence et de recherche plus étroitement liées aux Universités et aux pôles de compétitivité dans le cadre d’un réseau des CHU. Ils intègrent des évolutions majeures, le rôle central des CHU dans les nouvelles galaxies territoriales ouvertes par la réforme des GHT, la transformation du modèle médico-économique des CHU, le souci d’attractivité et de modularité des missions HU des jeunes médecins hospitaliers, le lien ville-hôpital réinventé et l’intégration des patients comme acteurs des parcours de soins.

Le Professeur Pruvot sera entouré par un bureau aux attributions renforcées :
1er Vice-président : Professeur Alain Vergnenègre (Président CME Limoges), chargé des financements,
Vice-président Territoire et Mission CHU de demain : Professeur Michel Claudon (Vice-président CME Nancy)
Vice-président Recherche : Professeur Antoine Magnan (Président CME Nantes)
Vice-présidente Pertinence-Qualité des soins : Docteur Sylvia Benzaken (Vice-présidente CME Nice)
Secrétaire Général : Professeur Erick Legrand (Président CME d’Angers), chargé de la formation
Trésorier : Professeur Olivier Claris (Président de CME des HCL), chargé de la trajectoire professionnelle et de l’attractivité
Directrice de Cabinet : Madame Emmanuelle Defever (CME CHU de Lille)

Lire la suite…

Retrouvez également :

Consolider l’an 1, préparer l’an 2 des GHT : découvrez les résultats de l’enquête @L_Adh

Source : ADH Asso

L’Association des Directeurs d’Hôpitaux (l’ADH), a réalisé une enquête nationale sur les GHT, les Groupements Hospitaliers de Territoire, intitulée « Consolider l’an 1, préparer l’an 2 des GHT« . Découvrez les résultats ci-dessous…

adh logo

Une première année encore à la croisée des chemins
Le premier volet de l’enquête met en évidence des résultats très contrastés sur des sujets majeurs attestant des spécificités liées à chaque GHT et de la perception des dirigeants hospitaliers quant à leur mise en œuvre.
Plus de la moitié des répondants estime que le périmètre de leur GHT est pertinent, alors qu’un tiers le juge moyennement pertinent. Lorsque les DH sont interrogés sur l’implication actuelle de l’ARS dans le bon fonctionnement de leur GHT, elle est équilibrée pour 6 répondants sur 10, mais elle est jugée insuffisante pour plus de 30% des répondants. D’autres sujets soulignent également cette diversité des situations locales comme l’impact des GHT sur les organisations médicales, sur les relations de travail…

Des attentes unanimes de simplification
Il avait été évoqué dans la première enquête lancée par l’ADH en 2016 sur les métiers de dirigeants, que les GHT pourront fonctionner, s’ils sont préparés en donnant aux acteurs les outils nécessaires au pilotage des restructurations et en favorisant la simplification du fonctionnement. Ces attentes sont toujours valables, et les nombreux verbatim recueillis dans cette enquête témoignent d’une forte volonté de simplification à différents niveaux.

Encore de vives préoccupations quant à l’évolution du métier de directeurs d’hôpital
Le second volet de l’enquête, relatif à l’évolution des fonctions et du cadre d’exercice démontre que l’organisation en GHT a une influence significative sur les métiers de dirigeant hospitalier, leurs conditions d’exercice ainsi que sur la qualité de vie au travail. On constate en premier lieu que la mise en œuvre des GHT a eu une influence significative sur l’intérêt des postes des DH.

Voir la suite des résultats…

Lire aussi :

Hospitalents, la nouvelle innovation pour accompagner les hospitaliers @anap_sante @EHESP @MinSoliSante

Source : ANAP

Découvrez Hospitalents, la nouvelle communauté d’innovation pour les hospitaliers audacieux et créatifs.

La Direction générale de l’offre de soins ( DGOS ), l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements sanitaires et médico-sociaux (ANAP) et l’Ecole des hautes études de santé publique (EHESP), lancent conjointement une démarche novatrice, Hospitalents. Hospitalents est une communauté d’innovation managériale et organisationnelle pour hospitaliers audacieux, créatifs et passionnés, dont l’objectif est d’aider à faire émerger des défis communs. Une opportunité pour tester ses idées, bénéficier d’un coup de pouce et d’un éclairage pour les diffuser.

Rejoignez la communauté sur hospitalents@sante.gouv.fr et venez assister aux premières rencontres à partir de l’automne 2018.

Découvrez Hospitalents en vidéo :

Le GHT des Alpes Maritimes valide sa stratégie médicale @RESEAUCHU @CHUdeNice

 

Nice.pnglogo-reseauchu

#CHU

Source : CHU réseau

Le CHU de Nice est l’établissement support du GHT des Alpes Maritimes.

Le groupement hospitalier de territoire des Alpes Maritimes (GHT 06), qui regroupe les 14 établissements publics du département, a validé son premier projet médical et soignant de territoire (PMSP).

Issu des mesures de la loi « Santé », le GHT 06 a été créé par la convention constitutive du 1er juillet 2016. Il regroupe entre autres les Centres hospitaliers de Cannes, Grasse, Antibes et Menton et le Centre hospitalier universitaire de Nice en est l’établissement support.

Une méthodologie innovante pour un projet ambitieux

Lire la suite

Les GHT s’inscrivent dans un processus de territorialisation

hospimedia

Source : www.hospimedia.fr

Les groupements hospitaliers de territoire (GHT) traduisent une reconnaissance croissante des enjeux de territoires en santé, affirment des géographes. Mais ils se soumettent trop souvent à des frontières administratives ne tenant absolument pas compte des comportements des habitants et de la réalité des bassins de vie.

Lors de l’assemblée plénière du congrès interrégional de la fédération hospitalière de France (FHF) Nouvelle-Aquitaine-Occitanie, ce 14 octobre à Montpellier (Hérault), l’accent a été porté sur le concept de territoire en santé. La démonstration des géographes Jeanne-Marie Amat-Roze et Adrien Roussot* a mis en relief le long processus de territorialisation de la santé, depuis la loi hospitalière de 1970, introduisant une cartographie des hôpitaux, jusqu’aux groupements hospitaliers de territoire (GHT), en passant par la loi Hôpital patient santé et territoires (HPST) en 2010. Dans le même temps se complexifie la sectorisation (psychiatrie, internat, démocratie sanitaire ou GHT) et les cartes ne correspondent pas les unes aux autres.

Problème, la sectorisation administrative en France ne correspond pas toujours à la réalité des bassins de vie, démontrent les deux géographes. Et la santé n’y coupe pas. Armés de cartes ornées de projections en oursins, ils mettent en relief l’incohérence des anciennes régions avec les bassins de vie, qui se traduit notamment dans les hospitalisations. Ainsi, si Dijon (Côte-d’Or) draine une bonne part de la patientèle bourguignonne en oncologie, les hôpitaux franciliens et lyonnais se partagent également une grosse part du gâteau, au détriment notamment des CH du centre de la France. À Carcassonne (Aude), tout le monde semble privilégier le CHU de Toulouse (Haute-Garonne), quand, à Nîmes (Gard), de nombreux patients vont se faire soigner dans les Bouches-du-Rhône, dont les habitants font régulièrement le chemin inverse.

 

>De Leblogdesinstitutionnels

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>