Archives du blog

Jean-Louis Dumont est réélu président de l’@UnionHLM 

Jean-Louis Dumont est élu président de l’Union pour un nouveau mandat
Source : USH

Jean-Louis Dumont a été réélu le 9 novembre 2016 président de l’Union sociale pour l’habitat pour une nouvelle période de 4 ans. Jean-Louis Dumont avait été élu à ce poste pour un premier mandat, le 28 novembre 2012. Le bureau composé de cinq vice-présidents, Alain Cacheux, Valérie Fournier, Marie-Noëlle Lienemann, Denis Rambaud, Yannick Borde, et d’un trésorier, Guy Lézier a également été désigné.

 

Jean-Louis Dumont a dressé un bilan de son action au cours de son premier mandat et rappelé que « le Mouvement Hlm a fait preuve d’une grande maturité en mettant en place la mutualisation. Il a démontré qu’il est plus qu’une « association d’organismes Hlm » : c’est un mouvement qui défend les organismes et qui promeut le logement social. Nous avons donné une réalité à cette idée que tous les organismes sont investis dans les missions de service public qui sont les leurs et qu’ils savent que la réussite se joue, collectivement aussi bien pour produire plus que pour entretenir, rénover et restructurer le parc social. »  …en savoir plus

Denis Rambaud : la pertinence d’un accompagnement des EPCI par les HLM 

Denis Rambaud : « Accompagner la déclinaison territoriale des textes de loi »

Source : site USH

Avec l’expertise des Hlm sur la gestion partagée des fichiers, Denis Rambaud, président de la FNAR, souligne la pertinence d’un accompagnement des EPCI par les bailleurs sociaux et rappelle l’implication des associations régionales dans la déclinaison territoriale des évolutions réglementaires.

La loi Alur confie aux EPCI dotés d’un PLH approuvé une mission d’organisation de la gestion partagée. Comment préparer cette évolution du processus ?
Denis Rambaud : Depuis deux ans, la question des attributions des logements sociaux est au cœur de bien des débats. L’Union est pleinement engagée dans cette dynamique, et les bailleurs Hlm sont force de proposition et d’expertise pour les EPCI, notamment grâce aux expériences menées de fichiers partagés dans près de 30 % du territoire.
Les lois Alur, Maptam et Lamy créent-elles les conditions pour mettre en cohérence production d’offre sociale, politiques de loyer, et politiques d’attribution ?en savoir plus…

Denis Rambaud : « Territoires, les frontières invisibles »

Source : site USH Actualités HAbitat n 1006 du 15 février 2015

Denis Rambaud : Président de la Fédération nationale des Associations régionales d’organismes d’habitat social

Avec la réforme territoriale, les organismes vont devoir s’adapter et la Fédération nationale des Associations régionales d’organismes d’habitat social (FNAR) a la responsabilité de les accompagner.

Depuis le 1er janvier, onze nouvelles métropoles ont rejoint Nice et dans un an, Paris et Marseille devraient les rejoindre. Dès ce printemps, les conseils départementaux se substituent aux conseils généraux. Fin 2015, les électeurs sont appelés à élire leurs conseils régionaux désormais ramenés à treize au lieu de vingt-deux en métropole. Les volontés de simplification, de rationalisation, mais aussi d’économie, guident ces réformes sans doute les plus importantes que notre pays ait connues depuis les lois de décentralisation des années 1980.

Ces nouvelles frontières politiques et administratives mettront du temps à se stabiliser mais la dynamique est lancée. Nos organismes vont devoir s’y adapter et il est de la responsabilité de notre organisation professionnelle de les accompagner.

Mais il est tout aussi urgent de s’attaquer aux frontières invisibles qui structurent notre société et mettent à mal sa cohésion sociale et notre capacité collective à progresser. La concentration des politiques publiques sur les zones tendues nie la réalité des besoins de nos territoires confrontés à la désindustrialisation. La faiblesse de nos politiques d’accession sociale bloque les parcours résidentiels et accentue la périurbanisation. Les difficultés économiques et l’augmentation du coût du logement renforcent les ségrégations sociales et spatiales. C’est en abattant ces murs de verre que nous pourrons continuer à nous prévaloir de nos valeurs républicaines et à promouvoir l’unité nationale qu’attendent tous nos concitoyens.

Cet article est extrait du n°1006 d’Actualités habitat du 15 février 2015.

Vous pouvez en consulter le sommaire sur le Centre de ressources et vous abonner.