Archives du blog

Arkéa acquiert la fintech Budget Insight @cmarkea @BudgetInsight

Source : Arkea

Le 11 juillet, Arkéa a signé un accord sous conditions suspensives portant sur l’acquisition de 80 % du capital de la fintech Budget Insight, véritable pépite technologique sur le secteur de l’agrégation de données et d’initiation de paiements.

Arkea Budget Insight

Clément Cœurdeuil et Romain Bignon, fondateurs de Budget Insight, ainsi que le management resteront actionnaires de la société. Avec cette prise de participation, le groupe Arkéa renforce son positionnement de banque collaborative au service de ses partenaires et de ses clients. L’expertise de Budget Insight en matière d’agrégation et d’enrichissement de données va notamment permettre de proposer aux clients une expérience simple et fluide en intégrant les services financiers et extra-financiers dans les usages de consommation. Créée en 2012, Budget Insight est une fintech française spécialisée dans l’agrégation de données financières et extra-financières qui a développé plusieurs APIs à destination d’acteurs BtoB. Capable de collecter des données auprès de plus de 300 acteurs (banques, compagnies d’assurance, grands distributeurs, marketplaces, services administratifs…), Budget Insight permet ainsi de fournir une plateforme de construction de services financiers basée sur le traitement de la donnée. Les technologies de Budget Insight ont vocation à permettre la création d’expériences clients simples, personnalisées et instantanées.

En s’adossant à un groupe bancaire solide et doté d’une forte expertise, Budget Insight va pouvoir bénéficier de synergies fortes qui lui permettront de consolider son avance technologique. La fintech pourra également préparer son déploiement en Europe auprès de sa clientèle BtoB avec l’objectif de devenir l’acteur de référence des services de l’Open Banking.

Le groupe Arkéa, de son côté, confirme sa place de partenaire de référence des nouveaux acteurs des services financiers. Il mise sur une collaboration augmentée entre les acteurs traditionnels et les fintechs dans le but d’améliorer et de simplifier les usages tout au long du parcours clients. Arkéa entend ainsi constituer une véritable plateforme d’Open Banking.

Consulter le communiqué de presse

Lire aussi :

Le groupe Arkéa lance une nouvelle filiale : Arkéa Lending Services @arkeaLS @cmarkea

 

Brest, le 18 octobre 2018 – Le groupe Arkéa lance une nouvelle filiale : Arkéa Lending Services. Cette fintech est une plateforme de financement B2B à destination des emprunteurs et des prêteurs qualifiés. Son objectif est de faciliter la mise en place de financements en faveur du développement des territoires. Le lancement de cette plateforme est une nouvelle illustration du positionnement d’Arkéa et de son modèle de hub de services financiers, pour apporter la meilleure réponse aux attentes de ses clients.

En développant un nouvel outil au service de l’économie réelle, Arkéa organise la coopération entre les acteurs économiques que sont les entreprises et les collectivités locales et les organismes prêteurs. Cette coopération est génératrice de valeur pour les territoires et leurs habitants.

Arkéa Lending Services est un lieu de rencontre dématérialisé entre les porteurs de projets à la recherche de financements (collectivités locales, PME/TPE, bailleurs sociaux, établissements publics, centres hospitaliers…) et l’écosystème de prêteurs (établissements de crédit, sociétés de gestion, investisseurs institutionnels…).

 

Lire la suite

Retraite : Groupama s’associe avec la fintech Sapiendo-Retraite ! @GroupeGroupama @Sapiendo_Retr

Source : Groupama

Le Groupe Groupama met en place un nouveau partenariat avec la fintech Sapiendo-Retraite en vue du lancement de son programme retraite 

groupama

A quel âge puis-je partir à la retraite ? Combien vais-je toucher ? Quel est le moment optimal pour faire valoir mes droits ? Mes relevés de carrière sont-ils justes ? Ma situation a-t-elle été optimisée ?
Sapiendo- Retraite répond de façon personnalisée et rapide aux questions que tout le monde se pose. Estimer sa retraite, détecter les anomalies et les faire corriger, optimiser son départ en rachetant des trimestres, … toutes ces fonctionnalités et plus encore seront ainsi intégrées via l’offre de Sapiendo-Retraite sur la nouvelle plateforme du Groupe Groupama.

Dans le cadre de la refonte de son offre retraite, le Groupe Groupama a sélectionné la solution Sapiendo- Retraite pour équiper sa future plateforme retraite d’un outil simple, fiable, rapide et puissant permettant d’effectuer des simulations précises et un bilan retraite complet pour ses clients.

Ainsi, Sapiendo-Retraite offre la possibilité de réaliser un parcours retraite en 3 étapes en bénéficiant d’un accompagnement  » live  » d’un expert:
–     simuler  précisément  ses droits  aux  différents  âges de  départ  à  la  retraite et  en  fonction des hypothèses de projection multiples et personnalisées ;
–     vérifier et corriger ses droits grâce à une détection par l’outil des erreurs potentielles sur le relevé individuel de situation (RIS) qui se charge d’éditer les courriers de demandes de régularisation auprès de tous les organismes ;
–     optimiser  le  montant  de  sa  retraite  en  alertant  sur  des  opportunités  de  départ  anticipé,  en calculant la pertinence des rachats de trimestres et en informant sur les modalités du cumul emploi retraite

Lire la suite…

A lire aussi :

Etude sur le financement des Fintech dans le monde @KPMG_France

kpmg_logo

Source : KPMG

Le financement des Fintech dans le monde

Dans le monde :

  • Les investissements dans la Fintech ont plus que doublé par rapport au 1er trimestre 2017 : 8,4 milliards $ au Q2 2017 – versus 3,6 milliards $ au Q1 2017 – à travers 293 deals ;
  • Le M&A soutient les volumes, avec notamment deux deals supérieurs à 1 milliard $ dans la zone Amériques (DH Corp, Canada, 3,6 milliards $) et Europe (Vocalink, Royaume-Uni, 1,2 milliard $) ;
  • Absence de mega-deals ce trimestre en Asie.

En Europe :

  • Les investissements ont plus que doublé, avec 2 milliards $ investis au Q2 2017, contre 880 millions investis au Q1 2017, soutenus par un deal M&A important au Royaume-Uni (Vocalink, 1,2 milliard $) ;
  • La robustesse du marché européen est encouragée par le développement d’incubateurs Tech / Fintech à Londres, Berlin, Paris et Dublin ;
  • Malgré le contexte du Brexit, le Royaume-Uni continue sur un trend d’investissements dynamique (1,4 milliard $ au Q2 2017).

En France :

  • Des volumes Q2 en demi-teinte, les VC étant davantage focalisés sur plusieurs cessions en cours ;
  • M&A : un nombre de rachats important a été annoncé au Q2 2017, qui seront closés au Q3 pour un montant total annoncé de l’ordre de 0,5 milliards $ (0,4 milliards d’euros), démontrant la dynamique du secteur des Fintech et l’intérêt croissant qu’il suscite :
    Le Compte Nickel, Pumpkin, Kisskissbankbank, Dalenys, Credit.fr, respectivement en cours d’acquisition par BNPP, CM Arkea, La Banque Postale, BPCE et Tikehau Capital ;

Lire la suite

@Institutionnels           @royojm                     @AlexandraPoloce

La #Fintech bouscule les établissements financiers #startups @Net_invest

    Source : Net-investissement

Les startups sont estimées comme les mieux placées pour réaliser la rupture dans le secteur au cours des cinq ans qui viennent, pour 75% des sondés, devant les géants du Net et des réseaux sociaux (55%) ou de l’informatique (50%), les e-commerçants (43%), les opérateurs d’infrastructures financières (41%), loin devant les institutions traditionnelles (28%).

Le sondage du cabinet Price Waterhouse Cooper (PwC)

Plus d’un millier de dirigeants du secteur financier et 88% d’entre eux appréhendent une perte de leurs revenus au profit d’acteurs innovants. Il est même à noter que 75% d’entre eux ont estimé que les startups de la Fintech sont les mieux placées pour changer le secteur.

La Fintech a « une influence croissante sur les services financiers » et les acteurs historiques du secteur prennent très au sérieux cette menace d’après l’étude mondiale du cabinet de conseil et d’audit PwC. Cette étude a eu lieu dans plus de 70 pays où plus de 1 300 dirigeants d’établissements financiers traditionnels ont été interrogés. Le constat tombe et 88% craignent une perte de revenus au profit d’une Fintech au cours des cinq années à venir.

Ces dirigeants internationaux de la banque, de l’assurance ou de la gestion d’actifs estiment même à 24% la part de leur business qui serait en danger, en particulier les prêts personnels et les finances personnelles dans la banque.

Partenariats entre la Fintech et les établissements financiers

Néanmoins, il n’y a pas forcément de conflit entre ces deux univers. En moyenne, 45% des acteurs historiques interrogés ont déjà créé des partenariats avec des entreprises de la Fintech (contre 32% il y a un an) et 82% envisagent d’agrandir cette collaboration dans les trois à cinq ans à venir (et même 90% pour ce qui est des français).

> Lire l’intégralité sur le site

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>