Archives du blog

Focus sur une vision collaborative de la ville intelligente ! @CaissedesDepots @LaFrenchTech

Source : Caisse des Dépôts

Cette pratique de l’innovation basée sur le partage et la collaboration, est à cet instant sollicitée par plus d’un. Autrefois attribuée aux start-up, les grands groupes sont aujourd’hui parties prenantes. Ils lorgnent sur les start-up pour faire éclore l’innovation à bon compte.  « L’open innovation au service de la Smart City », de quoi s’agit-il ? Christophe Barge nous explique tout :

La smart city n’est pas uniquement une ville saturée de capteurs, puces et applications. Focus sur une vision collaborative de la ville intelligente, centrée sur ses habitants.

Fédérer un écosystème du numérique pour un territoire, c’est en fait connaître et animer un réseau dans une logique d’intérêt communautaire afin de favoriser son rayonnement et l’émergence de nouveaux services. En d’autres mots, il s’agit d’agir ensemble au bénéfice de tous. Nous pouvons donc parler d’open innovation, c’est à dire que des acteurs divers (institutions, associations, chercheurs, entreprises, étudiants, etc.) participent activement et ensemble au processus d’innovation. A l’ère du crowdfunding (le financement par la foule), de l’économie collaborative et de l’innovation disruptive avec l’émergence de puissants acteurs tels Uber ou AirbnB dans quasiment tous les secteurs économiques, la smart city comme construction basée sur l’open innovation est une évidence. Et les initiatives hexagonales foisonnent, qui permettent d’associer collectivités, entreprises, associations et citoyens pour permettre l’émergence de nouveaux services urbains (en matière de mobilité, de tourisme, de services publics…), le développement économique et l’attractivité territoriale.

Lire la suite

Lire aussi :

@Institutionnels           @royojm                     @AlexandraPoloce

En savoir + sur les financements alternatifs et innovants @_Orfeor @cmarkea @PhMENIGOZ @pierreacar

 

 

Programme et inscription sur le site

Orféor organise sa 4ème Journée d’actualité le jeudi 18 mai à Paris, consacrée notamment aux financements alternatifs et innovants.

Au programme de cette Journée d’information :

La situation des marchés de change et de taux, Emmanuel Deribéré, Ingénieur en Finance de marché, Orféor

Observatoire Orféor des Financements 2016, Alexis Maréchal, Directeur de mission & Brice Hémery, Consultant-expert, Orféor

Le desserrement du monopole du crédit : les opportunités à saisir, Arnaud Bensoussan, Consultant

Tables rondes : Financements alternatifs et innovants

fleche > Philippe Menigoz & Pierre-Eloi Acar d’Arkea Banque Entreprises et Institutionnels interviendront lors des tables rondes sur  la plateforme des Institutionnels
Pour plus d’informations :  philippe.menigoz@arkea.com        pierre-eloi.acar@arkea.com

 

LIEU : Espace La Rochefoucauld | 11, rue de la Rochefoucauld | 75009 Paris

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

L’observatoire @_Orfeor 2016 : les collectivités et l’emprunt @cmarkea

 

 

Dans un contexte budgétaire toujours contraint notamment pour les collectivités locales, la demande de financement est encore modérée accentuant le sentiment d’une liquidité abondante.

L’année 2016 a été très favorable pour les emprunteurs du secteur public local. Dans le prolongement des exercices 2014 et 2015, peu d’organismes ont rencontré des difficultés pour couvrir leur besoin de financement. Les prêteurs demeurent toutefois très attentifs à la solvabilité de leurs clients qui doivent plus que encore démontrer leur capacité à rembourser leur dette en « temps et en heure ».

Pour la cinquième année consécutive l’Observatoire Orféor des Financements 2016 dresse un bilan des financements du secteur public pour l’année 2016 en s’appuyant sur des données issues d’un échantillon représentatif des offres bancaires reçues par ses clients, organismes publics de tout type. L’analyse de ces données permet ainsi d’apprécier tout au long de l’année le comportement des banques, l’évolution de l’offre (type de produits, caractéristiques des contrats…) et les conditions financières proposées.

Les acteurs du financement : Malgré un léger retrait, La Banque Postale conforte sa place de leader avec plus de 20% des offres (25.8% en 2015). Avec 3,2% des offres, l’Agence France Locale entre doucement, mais sûrement sur le marché. La concurrence est nettement plus animée avec le retour de certains prêteurs (Société Générale par exemple surtout sur les grands comptes, et banques allemandes) et l’arrivée de nouveaux acteurs tels que les institutionnels. Ce contexte a permis une couverture moyenne des besoins de plus de 300%, voire plus pour les très bonnes et grands signatures (au-delà de 600%). Une évolution du marché qui se fait au détriment de la CDC qui perd du terrain (3,8% en 2016 vs 10,2% en 2015). A noter également que le financement est toujours tourné vers la recherche de l’emprunt d’équilibre du compte administratif plutôt que vers le financement pluriannuel de projets.

L’offre  : Avec des taux fixes très bas tout au long de l’exercice, la gamme de produits/index s’est rigidifiée avec prés de 75% des offres qui n’ont affiché que des taux fixes vs 23,5% de taux indexés (dont seulement 4% en Livret A) et tout de même prés de 3% de taux structurés. Les phases de mobilisation sont plus developpées (47% vs 39%), s’allongent (jusqu’à 24 mois) et s’assouplissent en (re)introduisant des capacités revolving. La durée d’emprunt proposée (hors CDC) augmente nettement, la part à 20 ans passant de 42 à 59%. Les conditions de sortie sont joujours aussi peu favorables aux emprunteurs: indemnités actuarielles intégrant la marge pour les taux fixes et pénalités forfaitaires pour les taux indexés.

Les conditions financières : La baisse des taux longs jusqu’à la fin du 3ème trimestre s’est répercutée sur les taux proposés : 1,05% en moyenne pour le 3ème trimestre 2016. Leur remontée au 4ème trimestre a été en partie compensée par les mises en concurrences de fin d’année pour lequelles les prêteurs ont joué sur les marges. Les marges s’améliorent grâce notamment à des côut de liquidité en baisse: 0,64% à 15 ans et 0,69% à 20 ans. Les frais diminuent pour les « meilleures signatures » mais demeurent elevées pour les autres : de 0,07% à 0,30% au 4ème trimestre.

Synthèse : L’année 2016 fait apparaitre un paysage nuancé : d’un côté, une apparente abondance de l’offre (ce qui n’est pas toujours le cas pour les petites collectivités), la fin (ou presque) des « emprunts toxiques », des taux fixes historiquement bas et des marges plus faibles ; mais, d’un autre,  des produits trés figés autorisant peu ou pas les arbitrages, et sécurisés par des indemnités actuarielles sur les taux fixes) ou des pénalités forfaitaires sur les taux indéxés.

> Télécharger l’observatoire

#PSLA : Bienvenue dans la version 2.1 de Coop-Option @LesCoopHlm

Source : hlm.coop

Logo-LesCoopHlm-VF

Coop Option est un outil qui permet de simuler le montage d’une opération de location-accession dans le cadre du financement PSLA. Ce logiciel créé par Arecoop, l’organisme de formation des coopératives d’Hlm, dont l’usage est réservé uniquement aux organismes ayant suivi une session de formation « PSLA », a connu de nouvelles mises à jour.

La nouvelle version 2.1 intègre de nouvelles fonctionnalités :

  • un fonctionnement distinct selon l’avancement du projet : la phase « amont » pour les équipes de montage et la phase « commercialisation » pour les équipes au contact des candidats locataires accédants
  • une communication améliorée à destination des clients avec une présentation du produit et différentes possibilités pour la levée d’option, qui permet également de comparer le produit en PSLA avec une accession classique en Vefa.

En savoir plus

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Seine et Marne : succès de l’émission obligataire @Departement77

Source : seine-et-marne.fr

Conseil Général de Seine-et-Marne

Le département de la Seine et Marne a conclu le 9 mars un placement privé de 15 M€. Le taux du financement, de maturité 12 ans, est 1,512% équivalent à OAT + 29 bps au moment de l’émission.

La Seine et Marne représente 50% de la surface de la région Ile-de-France. C’est le département le plus vaste et le plus touristique après Paris, notamment grâce au complexe touristique Disneyland Paris, mais aussi à de nombreux monuments historiques (Vaux le Vicomte pour n’en citer qu’un).

Cette émission financera pour partie les dépenses d’investissement 2017 du Département.

Téléchargez le communiqué de presse

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en rsumé</a>