Archives du blog

Innovation : la Fédération des OPH lance son 3e appel à projets @federationOPH

Source : Fédération des OPH

La Fédération des OPH lance son 3e appel à projets sur le thème « le numérique au service de la transformation des usages« . Vous avez jusqu’au 12 juillet pour candidater ! 

logo oph

L’objectif de cette 3e édition est de mettre en valeur la force d’innovation et le dynamisme des OPH dans leur capacité à apporter des réponses aux enjeux numériques du secteur. Les projets les plus innovants seront sélectionnées par un jury indépendant, présidé par Gilles BABINET, vice-président du Conseil national du numérique, et réunissant Chantal BOUCHER, secrétaire générale adjointe de la Fédération, Eric GIMER, directeur général Habitat 76, Arnaud MENARD, partner Impulse Partners et Carole STROMBONI, associée fondatrice Lab 2034.

Le développement des technologies numériques modifie de façon importante la manière dont les bailleurs sociaux pratiquent leur métier tout particulièrement dans leur relation à leurs « clients ».  Dans l’habitat, les outils digitaux au service du lien social, du maintien à domicile, de la gestion de l’énergie, de la construction, par exemple, se multiplient. On assiste à une accélération du « tout numérique » qui vient modifier le jeu des acteurs, impacter les organisations et les modes de gestion et de communication, les usages, tout en étant créateur de valeur. Cette transformation majeure passe ainsi par une double dynamique d’évolution/changement Métiers et Technologies, avec des pratiques innovantes chez les bailleurs sociaux dans la relation de service, la conception des bâtiments et la gestion patrimoniale, l’organisation interne et la gestion partenariale.

Plus d’infos ici

Lire aussi :

Assemblée Générale des OPH : découvrez le programme @federationOPH

Source : Fédération des OPH

L’Assemblée Générale de la Fédération des OPH aura lieu les 23 et 24 mai prochains, au Palais des Congrès du Mans. Découvrez dès maintenant le programme et n’oubliez pas de vous inscrire, les inscriptions sont lancées depuis le 7 mars. 

logo oph

Jeudi 23 mai 
09h00 : Accueil des offices

10h00 : Séance d’ouverture
> Allocution d’accueil par Stéphane Le Foll, maire du Mans, président de la communauté urbaine Le Mans Métropole
> Table ronde sur l’actualité du logement social
• Fabienne Labrette-Ménager, présidente de Sarthe Habitat
• Stéphane Le Foll, maire du Mans, président de la communauté urbaine Le Mans Métropole
• Dominique Le Mèner, président du conseil départemental de la Sarthe
• Marie-Christine Poupineau, présidente de Le Mans Métropole Habitat
> Discours d’ouverture de l’Assemblée par Marcel Rogemont, président de la Fédération
11h45 : Les Offices en 2018
> Interventions de Jacques Hojlo, président du CFA et de Christophe Bouscaud, président de la Fédération nationale des DG d’OPH
12h30 : Déjeuner sur place
14h00 : La Fédération en 2018
> L’activité de la Fédération : intervention de Dominique Estrosi-Sassone, secrétaire générale
> Modification du règlement intérieur et vote
> Présentation du Rapport financier 2018 par Christophe Bouscaud, trésorier
> Rapports du commissaire aux comptes et vote
15h00 : Table ronde : “Maîtrise des charges et pouvoir d’achat des locataires : les Offices mobilisés”
• Ann-Gaël Beard, membre du Conseil national de la transition écologique
• Nicolas Cailleau, responsable du département énergie et Environnement à l’USH
• Martine Jardine, présidente de Gironde Habitat
• Alain Maugard, co-animateur du Plan Rénovation énergétique des Bâtiments, président de Qualibat
• et un autre intervenant en cours de confirmation
16h15 : Pause
16h30 : Table ronde : « évolution des usages et transition numérique : quelle perspective pour les Offices ? »

Téléchargez le programme…

Lire aussi :

HLM : La Fédération des OPH demande au gouvernement une baisse de la TVA @federationOPH

Source : Fédération des OPH

Après la rencontre avec le Premier ministre lundi 15 avril 2019, la Fédération des OPH, Offices Publics de l’Habitat, demande le retour de la TVA à 5,5% sur tous les investissements dans le secteur HLM.

OPH Federation

Après des semaines d’âpres négociations pendant lesquelles la Fédération a rappelé son opposition à une baisse des APL financée par les loyers des locataires, elle appelle le Gouvernement à éviter la chute des investissements dans un secteur qui produit et rénove des logements aux loyers abordables alors même que le poids du logement pèse de plus en plus lourdement sur le pouvoir d’achat de nos concitoyens.

Produit de première nécessité, le logement HLM doit donc bénéficier d’une TVA à 5,5%.
Marcel Rogemont, Président de la Fédération, précise : « il est très important pour l’ensemble du secteur du logement, public et privé, que le gouvernement décide du retour de la TVA à 5,5% pour le secteur HLM. En effet, dans beaucoup d’opérations de construction, on mixe logements HLM et logements privés. Donc moins de logements HLM c’est moins de logements privés. »

Consulter le communiqué de presse

Lire également :

Maryse Aulagnon devient Présidente de la FSIF @FSIF_

Source : FSIF

Maryse Aulagnon a été élue Président de la FSIF, Fédération des Sociétés Immobilières et Foncières, succédant ainsi à Christophe Kullmann.

FSIF

La Fédération des Sociétés Immobilières et Foncières (FSIF) rassemble les opérateurs immobiliers qui construisent, louent et gèrent au quotidien des biens immobiliers diversifiés tels que bureaux, commerces, hôtels, entrepôts logistiques, logements, résidences étudiantes ou maisons de retraite en France et à l’étranger.

Créée en 1935, la FSIF compte actuellement une trentaine de sociétés adhérentes : foncières cotées françaises, foncières privées françaises, gestionnaires d’actifs immobiliers de compagnies d’assurances, filiales ou succursales françaises de sociétés d’investissement immobilier étrangères. Ses adhérents cotés totalisent 63 milliards d’euros de capitalisation boursière, ce qui représente plus de 90 % de la capitalisation boursière du compartiment immobilier d’Euronext.

En savoir plus sur le bureau exécutif de la FSIF

Lire également :

La SemOp, une petite dernière qui a déjà tout d’une grande ! @FedEpl

    Source : Servir le public

Un partenariat qui laisserait les rênes au public, confierait l’opérationnel au privé et procurerait à chacun un bénéfice… Les élus en rêvaient, la Société d’économie mixte à opération unique l’a fait ! Depuis, la benjamine des Entreprises publiques locales s’impose pour porter, en toute efficience, les politiques publiques de chaque collectivité. À l’occasion de la journée que la Fédération lui consacre le 6 novembre, preuve par l’action !

Elle était attendue et n’a pas déçu. Depuis la loi du 1er juillet 2014, la Société d’économie mixte à opération unique (SemOp) bouleverse l’économie mixte. Avec elle, « c’est une nouvelle façon de construire, d’aménager et/ou de gérer la ville qui est offerte, un esprit de régie qui n’en exige pas les moyens », résume Alain Fauconnier, maire de Saint-Affrique (8 200 hab., Aveyron), .

Le volant sans les investissements

Une cinquantaine de collectivités l’ont bien compris, chacune à ce jour à une étape de la démarche. « Elles ont pour exemple les 17 collectivités qui, au sein d’une structure aboutie, participent activement à la manière dont est exécuté le contrat concerné, dans une convergence d’intérêts avec l’opérateur », avance Florian Poirier, responsable du pôle Collectivités locales à la Fédération des Epl (FedEpl).

Le modèle habille sur mesure les opérations combinant investissement significatif et gestion de long terme. Aussi, ces sociétés pionnières se sont-elles principalement créées sur le secteur de l’eau et de l’assainissement. Dans le sillage de Dole (23 400 hab., Jura) qui, aux côtés de Suez, ouvre les vannes fin 2015 avec Dolea Eau, Chartres Métropole (66 communes, 136 400 hab., Eure-et-Loir) plonge ainsi avec CM Eau dès janvier 2016. « Alors que notre intercommunalité passait de 7 à 46 communes, il fallait unifier le service, divisé en DSP et régie », relate Alain Bellami, vice-président de la collectivité et président de la SemOp. La volonté des élus est explicite : « Ne pas – ou plus – perdre la maîtrise de la compétence ni laisser à un tiers la clé de leurs réseaux, sans pour autant investir dans les ressources et techniques indispensables à la prestation », résume-t-il. Et de conclure : « La SemOp s’est révélée le compromis idéal ».

…lire la suite…