Archives du blog

L’Université des Compétences Habitat forme les futurs talents de l’immobilier @VilogiaGroupe @Lille Métropole Habitat

Sources : Lille Métropole Habitat et Vilogia

L’Université des Compétences Habitat a vu le jour en septembre 2019 à l’initiative de deux bailleurs sociaux de la métropole lilloise : Lille Métropole Habitat et Vilogia. Elle prend la forme d’un Groupement d’Intérêt Économique (GIE). Initialement dédiée à la formation continue de ses membres fondateurs, elle dispose à la rentrée 2020 du statut de Centre de Formation des Apprentis (CFA) et assure également la formation initiale des futurs talents de l’immobilier, notamment ceux de l’immobilier social.

Formation continue : un incubateur de développement des compétences

L’UCH assure la formation continue des collaborateurs des entreprises membres, soit un potentiel de plus de 2000 stagiaires pour plus de 80 formations proposées autour de la maîtrise d’ouvrage et de la gestion immobilière, mais aussi de la relation client, de la gestion des charges ou du montage d’opération.

En termes de formation continue, la mission de l’UCH est triple : évaluer les compétences, les développer et assister à l’intégration dans l’entreprise.

La formation continue à l’UCH c’est :

  • Un catalogue très large de formations qualifiantes ou certifiantes ;
    Exemples : financement d’une opération immobilière, les aspects juridiques et
    techniques de l’état des lieux, sécurité du patrimoine et diagnostic amiante…
  • Des formes pédagogiques innovantes : micro Learning, pédagogie inversée…
  • Une plateforme d’enseignement à distance ;
  • Un réseau de 50 formateurs, professionnels du logement social, connecté au terrain ;
  • Des partenariats avec des organismes de formation pour des demandes plus spécifiques et ponctuelles.

Nouveauté 2020 : un campus de formation initiale

Depuis septembre 2020, l’UCH a acquis le statut de Centre de Formation des Apprentis (CFA). C’est un véritable cap qui a été franchi : l’ouverture de ce CFA marque la création d’une filière dédiée à l’immobilier social.
Trois cursus diplômants ont été créés en partenariat avec des établissements d’enseignement supérieur du territoire :

  • 1 Licence professionnelle (BAC+3) Métiers de l’Immobilier : gestion et administration de biens ; en partenariat avec l’IUT C de Lille.
  • 1 Bachelor (BAC +3) Gestionnaire d’actifs et de patrimoine immobilier, option gestionnaire de clientèle et de patrimoine social ; en partenariat avec l’EFAB.
  • 1 Master 2 (BAC +5) Urbanisme et Aménagement Parcours : Habitat Habiter ; en partenariat avec l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Lille.

Élaborés en étroite collaboration avec les entreprises partenaires, les programmes ont été conçus pour répondre au mieux à leurs besoins opérationnels. Les formations se déroulent en alternance afin de proposer un équilibre entre apports théoriques et apprentissages « terrain »

Sélectionnés parmi 750 candidats, une cinquantaine d’étudiants ont été retenus pour intégrer les différents parcours. Ils suivront tout au long de l’année une moyenne de 500 heures de formation. Leur profil a séduit, au-delà des membres fondateurs LMH et Vilogia, de nombreuses entreprises telles que SIA Habitat, Sergic, Maisons et cités, Fourmies Habitat…

Un suivi renforcé pour chaque étudiant

Chaque alternant est accompagné en entreprise par un maître d’apprentissage ayant été formé à sa mission par l’UCH. Parallèlement, un tuteur-école est désigné pour chaque étudiant dans son établissement de rattachement, il s’assure que l’apprentissage participe à la réalisation des objectifs pédagogiques du cursus. Enfin, un référent CFA-UCH accompagne les apprentis tout au long de leur contrat et font le lien entre les différents interlocuteurs, avec pour objectif que l’alternant trouve un contrat en entreprise à l’issue de sa formation.

Consulter le communiqué de presse

L’usufruit locatif social : la solution efficace face à la pénurie de logements étudiants @PERL_Immo

Source : Perl

perl logo

A quelques jours de la rentrée, 1 étudiant sur 5 est toujours à la recherche d’un logement pour se rapprocher de son université, soit 350 000* jeunes en quête d’un appartement abordable. Être au cœur des bassins d’emplois et des pôles universitaires tout en proposant des loyers abordables : voilà les critères auxquels doivent répondre les logements étudiants. Pourtant, la production est pour l’heure insuffisante sur le territoire. L’usufruit locatif social (ULS) créé par Perl est une solution efficace pour répondre à cette équation complexe, et renforcer la production de logements sociaux là où il y en a le plus besoin. 600 logements pour étudiants et jeunes actifs ont déjà été créés dans les territoires en forte tension foncière, à proximité des principaux pôles étudiants du pays.

Renforcer la production de logements étudiants dans les territoires les plus en demande
Comme chaque année, les étudiants français doivent faire face à un réel casse-tête pour trouver à se loger. Ils étaient plus de 1,6 million à chercher un logement pour la rentrée universitaire. Parmi eux, 28% trouvent à se loger dans le parc privé, 8% en résidences CROUS (soit 110 000 logements), et seulement 5% sont hébergés en logements sociaux hors CROUS**.
En proposant des logements au cœur de Nice, Lyon, Toulouse, Bordeaux ou encore Courbevoie, Perl consolide l’offre de logements répondant aux besoins des jeunes actifs et étudiants, le tout à loyers abordables. Un élément déterminant, alors qu’aujourd’hui le logement constitue le premier poste de dépenses dans le budget d’un étudiant (500 euros par mois environ).

L’ULS est un dispositif fondé sur le partage de l’usage et de la propriété. Mobilisant l’épargne de particuliers, cette solution permet de proposer des logements sociaux en complément des modes de faire classiques, là où leur production est difficile et où les loyers sont généralement élevés, à l’instar des grands bassins universitaires du pays.

L’ULS a déjà porté déjà ses fruits en Ile-de-France, où les coûts sont les plus élevés pour les étudiants : depuis plusieurs années, jeunes actifs et étudiants logent dans des studios au sein du programme pilote « L’Arche » à Courbevoie (92), dont l’usufruit a été confié à L’Immobilière du Moulin Vert. Situé à quelques minutes de La Défense et du pôle universitaire Léonard-de-Vinci, cet ensemble immobilier, composé de 46 logements, permet à ses résidents de se loger aux portes de Paris, 12e ville la plus chère du monde***, à des prix abordables.

Lire la suite

Villes étudiantes : quelles sont les plus chères de France ? @UNEF

Source : UNEF

Découvrez le classement 2019 des villes les plus chères de France selon le coût de la vie étudiante. Entre le logement et le transport, de nombreuses inégalités et différences persistent chaque année… Quelles sont les 10 villes les plus chères ? Quelles sont les 10 villes les moins chères ? 

Retour Accueil

L’accès au logement : première source d’inégalités territoriale 
Les disparités dans l’accès au logement pour les étudiant·e·s sont très importantes l’écart du loyer mensuel moyen entre la ville universitaire la plus chère (Paris avec 873 euros) et la ville la moins chère (Le Mans avec 340 euros) est donc de 533 euros par mois. Avec 3,86% d’augmentation des loyers au niveau national, la rentrée 2019 est celle de l’explosion des coûts des logements tandis que les aides au logements (APL) sont quant à elle gelée. Les dépenses en logement des étudiant·e·s deviennent donc de plus en plus importante, il est donc urgent de généraliser l’encadrement des loyers à toutes les villes universitaires afin de protéger l’accès des étudiant·e·s à des logements abordables et décents sur leur lieu d’étude.

L’accès aux transports : des évolutions disparates des tarifs et des inégalités territoriales importantes : 
L’évolution des tarifs étudiants dans les transports en commun est très disparates en fonction des politiques locales mises en œuvre par les collectivités territoriales. En effet de nombreuses villes ont fait le choix de diminuer leurs tarifs cette année ou encore de créer des tarifs spécifiques pour les boursier(e)s alors que dans le même temps d’autres villes continuent d’augmenter chaque année les tarifs, précarisant de plus en plus les étudiant(e)s.

Classement des villes étudiantes les plus chères de France :
1. Paris : 1288,83 €
2. Nanterre : 1140,65 €
3. Créteil : 1084,65 €
4. Guyancourt : 1066,65 €
5. Champs sur marne : 1049,65 €
6. Saint Denis : 1041,65 €
7. Cergy : 1020,65 €
8. Orsay : 1018,65 €
9. Evry : 1017,65 €
10. Nice : 1002,83 €
11. Bordeaux : 962,45 €
12. Lyon : 962,41 €
13. Aix en Provence : 946,08 €
14. Marseille : 914,08 €
15. Lille : 912,95 €

Cliquez ici pour voir le classement des 40 villes

Lire aussi :

Le Groupe VYV lance une plateforme digitale pour la protection sociale des jeunes @Groupe_VYV

Source : Groupe Vyv

Le Groupe VYV lance sa nouvelle plateforme digitale, Yvon, qui assure et protège les étudiants. Groupe-VYV_RVB-1024x737-1288x724

Une vraie protection sociale pour les jeunes
Avec 1,2 million de jeunes adhérents couverts essentiellement en santé, le Groupe VYV souhaite aller plus loin dans l’accompagnement de cette population. Il a ainsi créé un univers dédié aux étudiants avec une marque spécifique, Yvon .

Tout un univers pour faciliter la vie des étudiants
Yvon, se positionne comme le partenaire idéal des jeunes pour faire de leurs études le meilleur moment de leur vie. C’est l’expert de la protection étudiante qui est présent pour les accompagner à chaque moment de leur vie. Les offres Yvon sont disponibles sur le portail Yvon.eu, lui-même accompagné d’un blog de contenus créé spécialement pour les étudiants. Celui-ci propose des articles d’actualité et des vidéos tendances, le tout connecté aux réseaux sociaux.

Une gamme d’offres et de services simple, accessible et 100 % digitale
Parce que les démarches doivent être simples et rapides, Yvon, ce sont aujourd’hui deux offres qui peuvent être souscrites en quelques clics : 
– L’offre Yvon Assur’ étudiant
– L’offre Yvon Assur’ santé

Plus d’infos sur Yvon ici…

Lire aussi :

Arpej : un nouveau projet associatif pour ses 30 ans d’existence @ResidencesArpej

Source : Arpej

Arpej, Association des Résidences Pour Etudiants et Jeunes, a fêté ses 30 ans d’existence le 24 janvier dernier. A cette occasion, Arpej a dévoilé son projet associatif axé vers l’innovation, la diversification et la croissance.

arpej logo

Anne GOBIN, Directeur Général : « Le projet associatif réaffirme les fondamentaux d’ARPEJ : Le logement est au coeur de la qualité de vie et nous sommes un acteur de l’économie sociale et solidaire ; En outre, la gestion de résidences temporaires constitue le socle de notre objet social dans lequel la performance reste un enjeu constant. »

ARPEJ, une association qui va bien au-delà du métier de gestionnaire de résidences
ARPEJ s’inscrit en effet pleinement dans l’économie sociale et solidaire, elle accompagne le résident dans ses parcours personnel, professionnel et résidentiel. Son rôle est de créer du lien social au sein des résidences et de favoriser la mixité sociale et l’échange interculturel. La relation de proximité et le lien de confiance tissés avec le locataire constitue la valeur ajoutée d’ARPEJ.

ARPEJ, une association innovante et tournée vers l’avenir
Anne GOBIN, Directeur Général l’explique ainsi : « Notre projet associatif se veut participatif, ses axes stratégiques sont l’innovation, la diversification et la croissance d’ARPEJ. Nos priorités consistent à apporter des réponses au logement temporaire des jeunes et à favoriser l’accomplissement du locataire. Nous souhaitons renforcer la confiance de nos parties prenantes dans une marque visible et reconnue. De même, leur garantir une réponse personnalisée et agile constitue l’un des objectifs des équipes d’ARPEJ ».

Lire également :