Archives du blog

Logement social : accord entre l’Union Sociale pour l’habitat et le Gouvernement sur la clause de revoyure @UnionHlm #Hlm

Source : Union Sociale pour l’Habitat

L’USH, Union Sociale pour l’Habitat, approuve la conclusion de la « clause de revoyure » pour le logement social, négociée avec le Gouvernement. 

L'union sociale pour l'habitat

Le Comité exécutif de l’Union sociale pour l’habitat, réuni mercredi 24 avril 2019 en session extraordinaire, a approuvé à la majorité la « conclusion de la clause de revoyure pour le logement social, et les engagements des parties sur la période 2020-2022 ».

Reçus par le Premier ministre Edouard Philippe lundi 15 avril dernier, l’Union sociale pour l’habitat et les fédérations Hlm qui la composent avaient indiqué renvoyer les propositions du Gouvernement à un vote du Comité exécutif de l’USH.
Cette « clause de revoyure » a été engagée aux vues des indicateurs très inquiétants de la production de logements sociaux et plus généralement du secteur du logement : -15% d’agréments de logements sociaux en 2 ans, recul des mises en chantier dans l’ensemble du secteur du logement de 7% en 2018, recul de 7% des permis de construire…

Les conclusions de cette « clause de revoyure » menée durant plus de 3 mois avec Julien Denormandie, Ministre de la Ville et du Logement, prévoient notamment de :
– Limiter pour 3 ans l’impact sur l’exploitation des organismes Hlm à 950 millions par an, à travers :
— une baisse des APL, compensée par les organismes Hlm, pour les locataires du parc social  de 1,3 milliard d’euros ;
— une baisse des cotisations des organismes Hlm au Fonds national des aides à la pierre pour 300 millions d’euros par an ;
— des remises, à hauteur de 50 millions d’euros par an sur les intérêts de la dette des organismes Hlm auprès de la Caisse des Dépôts.

En savoir plus…

Lire aussi :

Renouveau industriel local : quels seront les 124 territoires à en bénéficier ? @CGET_gouv

Source : CGET

Dans sa mission « Territoires d’industrie », l’État s’engage à proposer un accompagnement afin d’accélérer le développement des territoires à forts enjeux industriels. Au total, 124 territoires ont été retenus.

carte_ti_22112018.jpg

1,3 milliard d’euros pour accompagner le renouveau industriel local
En orientant 1,3 milliard d’euros prioritairement vers les Territoires d’industrie, l’État s’engage aux côtés des acteurs locaux pour redynamiser le tissu industriel, soutenir l’emploi local, renforcer la compétitivité internationale et promouvoir l’innovation. Les intercommunalités et les régions sont au cœur de la mission : elles ont occupé un rôle de premier plan dans l’identification des 124 territoires d’industrie, et elles seront en charge de piloter les contrats au niveau local.

L’État a identifié 4 besoins des territoires pour accélérer de développement du secteur industriel. Il propose d’y répondre par un « panier de services » comprenant 17 actions, dont les Territoires d’industrie pourront se saisir :
recruter en renforçant, par exemple, l’offre de formation aux métiers industriels ;
attirer en mobilisant les opérateurs de l’État comme la Banque des territoires, Business France, BpiFrance pour appuyer les projets des Territoires d’industrie ;
innover en permettant notamment aux PME d’accéder à la recherche et développement et en les accompagnant dans la transition vers l’industrie du futur ;
simplifier en facilitant les demandes de dérogation administrative pour mettre en œuvre les projet.

Cliquez ici pour consulter la suite…

Lire également :

Mission Coworking : 28 propositions pour développer les tiers lieux en France @CGET_gouv @FondationTA

Source : CGET Gouv

Le Gouvernement a reçu, le 19 septembre, le rapport de la Fondation Travailler Autrement « Mission Coworking : Territoires, Travail, Numérique ». Ce rapport s’inscrit dans le but de soutenir l’émergence de tiers lieux et le travail partagé en France.

Rapport Mission coworking

Il établit 28 propositions dont six principales, qui se regroupent dans trois défis à relever : 

L’acculturation
Favoriser les partenariats publics-privés : par exemple la mise à disposition de locaux par les collectivités, la formation des agents publics à l’animation des tiers lieux, etc.

L’accompagnement
– Accompagner la constitution de 300 Fabriques des territoires, des tiers lieux structurants situés dans 300 zones clés (quartiers prioritaires, zones stratégiques pour l’emploi)
– Créer un fonds de dotation de 20 millions d’euros par an sur trois ans ainsi qu’un fonds d’investissement socialement responsable de 50 millions d’euros

La protection
– Créer une structure porteuse, le Mouvement national des tiers lieux, afin d’incarner cet écosystème à l’échelle nationale.
– Reconnaître et professionnaliser le métier d’animateur des tiers lieux.

Pour en savoir plus sur la Mission Coworking, cliquez ici

Lire également :

Locatio, la startup d’État qui accompagne les propriétaires et locataires @Min_Territoires

Source : Ministère de la cohésion des territoires

Locatio, la startup d’État incubée par la fabrique numérique, a pour but de simplifier les démarches de location et de rétablir une relation de confiance entre les propriétaires et locataires.

ministère de la cohésion

« Nous avons créé Locatio car nous sommes partis d’un constat simple : il existe aujourd’hui un problème de confiance entre les locataires et les propriétaires. D’un côté certains locataires sont amenés à falsifier leurs documents pour augmenter leur chance d’obtenir une visite, et de l’autre certains propriétaires demandent des pièces qu’ils ne devraient pas demander. Notre plateforme en ligne vise justement à fluidifier les relations entre les locataires et les propriétaires et à rétablir la confiance en cassant ce cercle vicieux. » Matthieu Heurtel, fondateur de Locatio

Côté locataire :
Vous contactez de nombreux propriétaires mais nous n’obtenez pas de réponse, votre candidature n’est pas retenue face aux autres candidats, vos droits ne sont pas respectés… Locatio vous accompagne pour constituer votre dossier de location et ainsi augmenter vos chances d’obtenir une visite.

Côté propriétaire :
Vous recevez de nombreuses sollicitations, vous craignez les faux documents… Locatio vous accompagne en étudiant les dossiers de vos futurs locataires.

En savoir davantage…

Lire également :

Logement social : Lancement de la souscription du PHB 2.0 @ActionLogement

Source : Action Logement

ActionLogement_Etat_Caissedesdepots

Le 5 juin 2018 a été lancé la souscription du Prêt de haut de bilan bonifié de 2e génération (PHB 2.0) en présence de Jacques Mézard, Ministre de la cohésion des territoires, Julien Denormandie, son secrétaire d’État, Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Eric Lombard, directeur général de la Caisse des Dépôts, Bruno Arcadipane, président d’Action Logement, et Jean-Baptiste Dolci, vice-président d’Action Logement.

Cet accord lance officiellement l’offre de prêt de haut de bilan de deuxième génération via une souscription en ligne sur le site Banque des Territoires – Prêts jusqu’au 10 juillet.
Cette offre vise à soutenir les investissements des bailleurs sociaux par l’octroi d’un financement assimilable à des quasi fonds propres, à hauteur de 2 milliards d’euros, intégralement bonifié par Action Logement.

Des prêts de très long terme à taux 0 % pendant 20 ans

Ces prêts, d’une durée de 30 ou 40 ans, comportent deux phases d’amortissement distinctes :
– Une première phase sur 20 ans à taux zéro avec un différé d’amortissement total
– Une seconde phase d’amortissement sur 10 ou 20 ans au taux du livret A + 0,60 %.

Grâce à cette maturité et au différé d’amortissement ainsi qu’à la bonification intégralement apportée par Action Logement, ces prêts offrent aux bailleurs sociaux des conditions financières exceptionnelles.

>>>  Cliquez ici pour consulter la suite de l’article

Retrouvez aussi :