Archives du blog

Le palmarès 2019 des 50 meilleurs hôpitaux de France @RESEAUCHU @LePoint

Source : Reseau CHU

Chaque année, Le Point publie le palmarès des 50 meilleurs Hôpitaux et cliniques de France. Quel est le palmarès 2019 ? Quels sont les CHU présents dans le classement ?

logo-reseauchu

Cette année les performances de 1 400 hôpitaux et cliniques ont été comparées dans 79 disciplines médicales et chirurgicales avec à la clé 122 classements où figurent les 20, 30 ou 50 meilleurs hôpitaux, cliniques et établissements psychiatriques publics du pays. Parmi les activités étudiées, on citera la chirurgie cardiaque, pneumologie, diabète, adénome de la prostate, cataracte, urgences traumatiques, appendicite, vésicule biliaire, prothèse de hanche, chirurgie du dos, ligaments du genou…  17 classements ont été dressés pour les cancers de la prostate, de la vessie, du cerveau, du rein, du poumon, gynécologiques, ORL, du foie ou du pancréas, du sein, de la peau, de la thyroïde, de l’estomac ou de l’oesophage, du colon ou de l’intestin, des os, la leucémie de l’adulte, le lymphome et myélome de l’adulte…

Voici le classement 2019 :
1. CHU de Bordeaux
2. CHU de Lille
3. CHU de Toulouse
4. CHU de Strasbourg
5. CHU de Montpellier
6. CHU de Nantes
7. Pitié-Salpêtrière AP-HP
8. CHU de Nancy
9. CHU de Rennes
10. CHU de Grenoble
11. CHU de Tours
12. CHU d’Amiens
13. CHU de Nice
14. CHU de Dijon
15. CHU de Rouen
16. CHU de Clermont-Ferrand
17. HCL Lyon Est
18. CHU d’Angers
19. CHU de Caen
20. AP-HM La Timone

>>> Consulter la suite du classement…

Lire également :

Icade Santé finalise l’acquisition de 12 établissements de santé @Icade_Officiel

Source : Icade

Icade accélère l’exécution de son plan stratégique avec l’acquisition d’un portefeuille de 12 établissements de santé, et la cession d’actifs immobiliers, Eqho à Courbevoie et Crystal Park à Neuilly sur Seine.

logo icade

Icade signe une promesse de vente sur 49% de la tour Eqho pour 365 M€ 
Icade, propriétaire de 100% du capital de la société détenant la tour Eqho, a signé le 2 août 2019 avec un OPPCI détenu par des investisseurs sud-coréens de premier rang, représentés par l’Etoile Properties, une promesse synallagmatique de cession portant sur 49% des actions de cette société, sur la base d’une valeur de l’actif fixée à 745 M€1 HD

Icade a finalisé la cession de l’immeuble Crystal Park à Neuilly-sur-Seine pour 691 M€
A la suite de la promesse synallagmatique de vente, signée le 5 juin dernier, Icade a cédé l’immeuble de bureaux Crystal Park à Samsung Securities, conseillé par La Française intervenant en tant qu’asset manager et co-investisseur.

Icade Santé a finalisé l’acquisition de 12 actifs de santé moyen et long séjour  
A la suite de la promesse signée le 11 avril 2019, Icade Santé a finalisé le 31 juillet 2019 l’acquisition de 7 EHPAD, 4 cliniques SSR, et 1 clinique psychiatrique pour une valeur de 191 M€, auprès d’un OPPCI géré par Swiss Life Asset Managers France.

Consultez le communiqué de presse

Lire également :

Etablissements de santé en France : voici un état des lieux et un panorama complet @MinSoliSante

Source : ARS

Nombre de patients, situation financière des établissements, capacités d’accueil, parcours des patients, caractéristiques du personnel (médical et non médical) ou encore les équipements techniques et leur répartition sur le territoire… Découvrez tous les repères et chiffres clés des établissements de santé français. 

ARS idf

Le secteur hospitalier français est composé de 1 364 établissements publics, 1 002 cliniques privées et 680 établissements privés à but non lucratif. L’augmentation du nombre de prises en charge hospitalières se poursuit dans toutes les disciplines, sous l’effet du vieillissement de la population et de la hausse du nombre de patients atteints de maladie chroniques ou de polypathologies. Si le nombre de séjours en hospitalisation complète se replie légèrement (-0,8 %), les alternatives à cette forme de prise en charge continuent de progresser. Les hospitalisations partielles (moins de un jour) représentent ainsi 13,4 % des journées en 2017 (hors soins de longue durée). Le recours aux urgences poursuit également sa hausse, à un rythme stable depuis vingt et un ans (3,5 % par an).

Le nombre d’établissements de santé diminue progressivement
Au 31 décembre 2017, le secteur hospitalier français est constitué de 3046 structures disposant de capacités d’accueil en hospitalisation à temps complet (comptées en lits) ou à temps partiel (donc sans nuitée, comptées en places)1. Ces structures hospitalières peuvent être de nature et de taille très différentes. Parmi les 1 364 entités géographiques du secteur public, quatre types d’établissements coexistent : 178 centres hospitaliers régionaux (CHR); 947 centres hospitaliers (CH, y compris les ex-hôpitaux locaux), 95 centres hospitaliers spécialisés en psychiatrie (CHS) ; enfin, 144 autres établissements publics correspondent majoritairement à des unités de soins de longue durée (USLD). Parmi les structures hospitalières privées, 1 002 cliniques privées à but lucratif cohabitent avec 680 établissements privés à but non lucratif, dont 21 centres de lutte contre le cancer (CLCC)

Toutes les infos ici…

Lire aussi :

Etablissements de santé d’Île-de-France : découvrez le rapport d’activité 2018 et l’observatoire financier @ARS_IDF

Source : ARS Ile-de-France

L’Agence Régionale de Santé Ile-de-France (ARS) a publié le rapport d’activité 2018 et l’observatoire financier des Etablissements de santé de la région Île-de-France. Quel bilan faire de cette année 2018 ?

ARS idf

Les hôpitaux de la région ont notamment enregistré en 2018 :
– 3,1 millions de séjours en médecine, chirurgie et obstétrique (+0,6%),
– 174 293 accouchements (-0,7%),
– 4,5 millions de passages aux Urgences (+2%)

>>> Consulter le rapport d’activité 2018 

Lire aussi :

Livre Blanc : l’usage des outils numériques dans la santé @laFHF

Source : FHF

La FHF a apporté sa contribution au Livre Blanc portant sur l’usage des outils numériques dans la transformation des organisations de santé.
Ce Livre Blanc réunit des acteurs de toute la société qui ont exprimé leur vision et 
leurs préoccupations relatives à la révolution annoncée par la dématérialisation en santé.

FHF pays de la Loire

La députée Brigitte Bourguignon, présidente de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, défend l’émancipation sociale, la dignité sociale et l’égalité, notamment pour les femmes. Dans la santé, l’un de ses territoires de prédilection, ces objectifs relèvent de l’intérêt général au-delà des aspects partisans.  Elle permet d’accompagner et de porter une initiative collaborative novatrice à laquelle participe la FHF : partager les points de vue sur la contribution potentielle des outils numériques dans la transformation des organisations de santé.

Voici un extrait de l’ouvrage :
« L’émergence rapide des technologies de la connaissance connectée et partagée est considérée comme la troisième révolution industrielle ; celle de l’intelligence après celle de la mécanisation, de la production de masse et de l’automation. Les outils numériques connectés font désormais partie de nos activités personnelles et professionnelles ; la santé – en tant que service dématérialisé – est le prochain domaine d’impact systémique. »

« Les outils numériques, à leur place, peuvent contribuer à maintenir notre modèle de protection sociale et sanitaire solidaire. Pour ce faire, les technologies digitales doivent être utiles à la santé publique en répondant aux besoins des patients et aux usages des soignants. Il est nécessaire qu’elles préservent la confidentialité des données personnelles, qu’elles assurent le fonctionnement des systèmes de prise en charge.
Nous assistons à une transition très rapide des usages qui requiert une adaptation – possiblement difficile – pour les citoyens et les professionnels de santé. Il faut veiller à ne pas oublier les plus fragiles que sont les personnes dépendantes, les handicapés, les habitants des zones mal desservies dites zones blanches. D’autre part, les offreurs de services publics ou privés doivent impérativement sécuriser leur système numérique et les adapter à l’usage des patients. »

>>> Consulter le Livre Blanc

Lire aussi :