Archives du blog

Les EPL fortement engagées dans l’Économie Circulaire @FedEpl

Source : Fedération des Epl

L’économie circulaire est une activité rondement menée par les Entreprises Publics Locales (EPL)

Epl

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme« . Lavoisier imaginait-il combien sa formule ferait aussi loi en matière de déchets ? Contre une société de consommation entamant désormais son capital ressources dès le cinquième mois de l’année, l’économie circulaire impose sa logique résurrectionnelle : en lieu et place de leur rejet final, allonger la durée de vie des produits par leur réemploi après réparation, leur recyclage et/ou la valorisation de leurs composants.

Les Epl, clés d’un nouveau modèle

Si les entreprises sont les premières concernées, les collectivités portent aussi ce nouveau modèle de société. Et, avec elles, leurs Epl, dont une trentaine assument déjà le service public d’élimination des déchets, fortes d’une emprise territoriale inversement proportionnelle à leur nombre. Pour exemple, la Semardel traite chaque année les 200 000 tonnes jetées par près d’un million d’Essonniens. « Sur ce secteur aux formidables enjeux collectifs, les entreprises publiques locales ont toute légitimité à s’imposer plus encore. Nous sommes la clé d’un nouveau modèle de développement écologique, économique et social » prédit Jean-Luc Polard, président du Club déchets de la Fédération des Epl et de la Spl Sotraval, pierre angulaire du « Territoire zéro déchet, zéro gaspillage » porté par Brest métropole. L’image prend tout son sens au regard des diverses entrées du secteur, dont les Epl maîtrisent chaque serrure ! Soutien du bien commun dans une dynamique entrepreneuriale, les Epl combinent efficacité environnementale et rationalité économique. La Spl Sotraval, dont le centre a réduit de 8 % la quantité d’ordures ménagères résiduelles et optimisé les coûts d’un million d’euros en mutualisant entrants et bonnes pratiques des 10 EPCI du nord Finistère…

La suite de l’article ici

Lire aussi :

Appel à projets pour labelliser les startups « GreenTech » @Min_Ecologie @brunepoirson

Source : Ministère de la transition écologique et solidaire

Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, a lancé un appel à projets pour que les startups, impliquées dans la transition écologique et environnementale, soient labellisées « GreenTech »

Résultat de recherche d'images pour "min ecologie"

A l’occasion de la seconde édition des rencontres de la GreenTech, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt de labellisation qui permettra de sélectionner des start-up prometteuses au regard de leur ambition environnementale et de leur degré d’innovation. Deux phases de sélection se tiendront entre juin 2018 et février 2019. Les lauréats pourront apposer le logo GreenTech et bénéficier de l’offre de service du réseau.

Depuis sa création, l’initiative « GreenTech » du ministère de la Transition écologique et solidaire accompagne les start-up qui innovent en faveur de la transition écologique (économies d’énergies, transports propres, gestion durable des déchets, protection de la santé, développement des énergies renouvelables).
Désormais, de jeunes pousses pourront également se porter candidates pour bénéficier du label et de l’offre d’accompagnement intrinsèque à la communauté GreenTech comme par exemple :
– Un accès gratuit aux 3 incubateurs GreenTech du ministère de la Transition écologique et solidaire ;
– Des conditions d’accès privilégiées aux données du ministère, à ses opérateurs et à son réseau scientifique et technique ;
– Une offre de formations collectives et des séances de coaching
Cliquez ici pour en savoir plus…

Lire aussi :

Logement social : le 1er chantier zéro carbone @polylogis @LogirepOfficiel

Source : Polylogis

Le groupe Polylogis s’est lancé le défi de réaliser le 1er chantier « Zéro carbone » à Rosny-sous-Bois. Cela fait déjà depuis 12 mois que les travaux de rénovation ont commencé, où en sommes-nous aujourd’hui ? 

groupe-polylogis-thumb      Logirep

Ce projet unique de rénovation d’une résidence à Rosny-sous-Bois sans émission de CO2 témoigne de la volonté du Groupe Polylogis de s’engager pour la performance énergétique de ses logements et la sensibilisation de ses locataires aux gestes éco-responsables. Fin des travaux prévue pour décembre 2018.

Le « Chantier Zér0 Carbone », une rénovation verte unique en son genre
Le bailleur social LogiRep, filiale du Groupe Polylogis, s’est fixé un défi : rénover une de ses résidences sociales sans émettre de CO2. L’objectif est de réduire fortement les émissions de carbone du chantier afin d’atteindre l’empreinte la plus basse possible.
Lancé à l’occasion de la semaine du développement durable, il y a tout juste un an, l’opération, qui se déroule en site occupé, concerne les travaux d’isolation thermique par l’extérieur des 121 logements de la résidence des Chardonnerets de LogiRep à Rosny-sous-Bois. En complément, le projet comprend des travaux de désamiantage et de ravalement des façades, ainsi que le remplacement des garde-corps des balcons et la création de garde-corps de sécurité en terrasse. Il s’agit d’un ensemble immobilier se développant sur trois rues.
Pour équilibrer la partie incompressible d’émissions de gaz à effet de serre sur le chantier, les parties prenantes de ce projet s’engagent à financer une opération de reboisement à Madagascar pour un équilibrage à 100% de l’impact carbone du chantier. La quantité de carbone émise sera transformée en équivalent euros sur la base de 1 euro est égal à un arbre planté.

Téléchargez le communiqué de presse pour lire l’article dans son intégralité

Retrouvez sur un même sujet :

1er bus 100 % électrique à Rennes @metropolerennes

Source : Métropole de Rennes

Après avoir circulé à l’occasion d’inOut, en mars, un premier bus 100 % électrique a été mis en service sur la ligne 12, le 2 mai 2018. A partir de cet été, toute la ligne en sera équipée.

« Bienvenue dans le premier bus électrique du réseau Star.» Cette petite phrase, Regis Goethal, de Keolis Rennes, l’aura répété de nombreuses fois, mercredi 2 mai. A 7h08, le premier Bluebus, issu du partenariat d’innovation signé entre Rennes Métropole et BlueSolutions, filiale de Bolloré, était mis en service sur la ligne 12, entre Grand Quartier et La Poterie. Certains sont indifférents, d’autres commentent : « Ca y est ? Je l’ai raté en mars !», « C’est plus doux », « Les couleurs ont changé ». Le Bluebus porte en effet les couleurs à venir de la flotte de bus.

Expérimenter les bus électriques répond à l’un des objectifs du Plan climat-air-énergie territorial de Rennes Métropole : 70 % des déplacements sur le réseau de transports collectifs en mode décarboné à l’horizon 2024. Le Bluebus a été configuré pour répondre aux attentes de la métropole. Un « 12 mètres » standard, de même capacité que ceux qui circulent actuellement sur le réseau Star, mais avec trois doubles portes et – premier de ce type pour un BlueBus – 100 % électrique, y compris donc le chauffage.

…Lire la suite…

Pascal Berteaud est nommé DG de Cerema @CeremaDCDC

Source : CEREMA

Le 2 mai dernier, Pascal Berteaud a été nommé Directeur Général du CEREMA, Centre d’études et d’expertise pour les risques, la mobilité, l’environnement et l’aménagement, succédant ainsi à Bernard Larrouturou.Pascal Berteaud

Il prend ses fonctions dans un contexte où le mode d’intervention du Cerema auprès des services de l’État et des collectivités sera amené à évoluer avec la création de l’Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT).

Une carrière autour des problématiques environnementales

Pascal Berteaud a occupé de nombreuses fonctions de direction dans les établissements publics et les services de l’État ainsi qu’au cabinet du ministère en charge de l’environnement : de 1997 à 2002 il était directeur du service public au BRGM, puis directeur de l’eau au ministère de l’Écologie et du développement durable de 2002 à 2008. De 2008 à 2010, il a été directeur général des deux établissements publics chargés d’aménager la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, puis de 2010 à 2012 directeur adjoint du cabinet de la ministre de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, avant de devenir le directeur général de l’Institut national de l’Information géographique et forestière (IGN) de 2012 à 2014.

Depuis octobre 2017, Pascal Berteaud était coordonnateur national des contrats de transition écologique (CTE) au ministère en charge de l’environnement. Il avait alors pour mission de mettre en place des territoires de démonstration pour la transition écologique.

Pour lire la suite, cliquez ici

A lire également :