Archives du blog

Réinventer l’habitat : « La construction des logements doit devenir une question de politique territoriale » @nexity #Enviesdeville

Source : Envies de ville by Nexity

Le confinement a révélé l’importance du logement dans la vie d’un individu, un logement personnel que doit s’approprier son occupant, mais un logement qui s’inscrit également dans un ensemble plus grand : la ville. François Leclercq revient avec nous sur l’habitat qu’il faut réinventer, dans son microcosme comme dans son macrocosme, de l’appartement à la ville. Selon lui, les collectivités territoriales doivent se saisir de ce sujet en s’appuyant sur des solutions comme la ville du kilomètre, qui permettrait à chacun de s’épanouir tout en participant à un autre mode de vie, plus en adéquation avec les enjeux écologiques de notre temps.

Pensez-vous qu’avec le télétravail — où les salariés doivent se réapproprier leur logement pour y vivre aussi bien que pour y travailler — notre rapport à l’espace soit changé : passant d’un espace décloisonné pour profiter de grandes pièces à, au contraire, des pièces plus fermées et plus intimistes ?

Il faut d’abord se demander comment prolonger le télétravail. Et il faut mettre cette question en parallèle avec une autre donnée révélée par le confinement : l’exiguïté des pièces. C’est maintenant la donnée la plus importante pour réfléchir aux conditions du travail à domicile. Nous avons réalisé une étude avec Jacques Lucan et Odile Seyler qui revient sur l’histoire du logement et ce qu’il se passe chez nos voisins pour montrer que la France a les logements les plus petits d’Europe, avec une perte moyenne de 10m2 par rapport à nos voisins. Depuis les années 1980, nous observons une réduction systématique de la taille des logements en France, un phénomène dur qui s’explique par plusieurs raisons, notamment par la nécessité de loger de plus en plus de personnes et pour des coûts réduits…Lire la suite

Depuis 2017, chaque citadin bénéficie de 3m² d’espaces verts en plus @nexity #Enviesdeville

Source : Envies de ville by Nexity

L’Observatoire des Villes Vertes a récemment établi son classement. Un palmarès qui montre les actions concrètes des grandes villes pour végétaliser leur centre et leur périphérie. Et le constat est positif : depuis 2017, chaque français a gagné 3m² d’espace vert dans sa ville.

Des critères concrets de végétalisation des villes… 

L’Observatoire des Villes Vertes, qui rassemble l’UNEP (entreprises du paysage) et l’association Hortis (réseau des responsables d’espaces verts), dévoile tous les trois ans son « Palmarès des villes vertes de France ». Celui-ci s’appuie sur les 50 plus grandes villes du territoire. Pour ce classement 2020 très attendu, Angers, Nantes, Metz, Amiens, et Lyon sont les 5 premières grandes villes à apparaître comme des exemples à suivre.

Les critères choisis sont basés sur les actions concrètes menées par les municipalités pour verdir leur ville, telles que :

  •   La surface végétalisée et le budget alloué par habitant. 
  •   La densité des espaces verts.
  •   Le nombre d’arbres par habitant.
  •   L’investissement des municipalités dans le développement de chantiers de végétalisation.
  •   L’abandon des pesticides pour l’entretien.

…Lire la suite

Loi énergie climat : quels engagements pour les acteurs de l’immobilier ? @nexity #Enviesdeville #TransitionEcologique

Source : Envies de ville by Nexity

Le Sénat examine aujourd’hui la loi Énergie-Climat qui entérine les nouvelles dispositions visant à faire baisser la consommation d’énergies fossiles. Avec 40 % de la consommation totale et 28 % des émissions de gaz à effet de serre, le bâtiment est en première ligne. De nombreux grands acteurs de l’immobilier se mobilisent sur ce sujet essentiel de l’urgence climatique, en rénovant les bâtiments, à commencer par les logements, et en mettant au point de nouvelles approches. 

Atteindre la neutralité carbone d’ici 2050

D’une manière générale, cette nouvelle loi a pour but d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, tout comme d’abaisser la consommation d’énergies non renouvelables de 40 % d’ici 2030. Le bâtiment, secteur prioritaire, doit donc s’impliquer davantage dans la rénovation, notamment des logements, et également dans le secteur tertiaire. 

En savoir plus