Archives du blog

Les projets de production d’EnR participatifs se multiplient @ademe

Les projets de production d’EnR participatifs : une dynamique émergente à soutenir
Source : ADEME 


Les projets d’énergie renouvelable participatifs (ENRp) se multiplient en France ces dernières années. En 2015, l’ADEME en a recensé plus de 163. Le solaire et l’éolien étaient alors en tête des énergies concernées. Pour porter la part des EnR à 40 % de la production d’électricité en 2030, les initiatives de participation financière de citoyens aux projets de production d’énergies renouvelables (individuellement ou par l’intermédiaire de collectivités) constituent un levier intéressant. Elles permettent d’orienter l’épargne des ménages vers le financement des ENR d’une part et concourent souvent à une meilleure intégration de ces énergies dans les territoires.

En émergence en France, ces projets doivent être accompagnés, en termes d’ingénierie économique, de méthodes de concertation et d’animation territoriales, de stratégies de mobilisation et de partenariat. Les associations de promotion et d’animation des EnR participatives (soutenues par l’ADEME et les conseils régionaux) constituent un élément clef de cet appui.
La Lettre Stratégie ADEME&Vous n°50 présente l’apport combiné de deux études menées par l’ADEME sur les sujets de l’intégration territoriale des ENR participatives et du cadre réglementaire applicable au financement participatif des énergies renouvelables.

En savoir plus 

Éolien français : 2016 Année record avec +45% d’installations raccordées @Feeasso 

Année record pour l’éolien français en 2016 : +45% d’installations raccordées
Source : France Energie Éolienne


La filière éolienne, affiche une croissance de 45% par rapport à 2015 avec 1 560,5 MW raccordés en 2016. Ce résultat s’explique par la relative stabilité du cadre réglementaire, depuis le Grenelle 2, par l’application effective de la loi Brottes et par la visibilité donnée aux acteurs de la filière grâce au mécanisme de soutien en place depuis 2014. Une performance prometteuse selon les acteurs de la filière et qui conforte le rôle majeur de l’éolien dans le mix électrique français. Une forte progression du rythme d’installation rendue possible par une volonté politique forte traduite par la loi pour la transition énergétique et la croissance verte (LTECV)…en savoir plus

Occitanie : les ENR ont un potentiel exceptionnel 

Source : Régions de France

La présidente de la Région inaugure ce jeudi 20 octobre l’unité de méthanisation de la PME Cler Verts à Bélesta-en-Lauragais, en Haute-Garonne. La Région a fortement soutenu ce projet exemplaire, illustrant le potentiel exceptionnel des énergies renouvelables en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.Entourée des représentants de la PME Cler Verts et des élus locaux, Carole Delga inaugure ce jeudi 20 octobre la nouvelle unité de méthanisation de Bélesta-en-Lauragais. Le site de 2 800 m2 doit traiter 11 000 tonnes de matières brutes par an.

Le méthane issu du processus sera transformé en énergie électrique vendue à EDF et la chaleur dégagée valorisée notamment pour le séchage de plaquettes de bois. La nouvelle usine est alimentée par les déchets organiques issus du bassin de vie du pays Lauragais, stockés et traités par la plateforme de recyclage de Cler Verts.

La Région, qui veut créer une centaine d’unités de méthanisation d’ici à 2020, a aidé Cler Verts à construire le projet pionnier de Bélesta-en-Lauragais. Elle a apporté une subvention de 482 000 euros à cet équipement de 5,1 millions d’euros. Elle garantit un prêt à taux bonifié accordé par la BEI et la société régionale de tiers-investissement MPEI, qui accompagne les projets d’énergies renouvelables. Enfin, la Région a pris 35 % du capital de Cler ENR (société porteuse de l’unité de méthanisation)…en savoir plus…

Énergies renouvelables : l’Aquitaine lance un fonds d’investissement

Lors de sa dernière séance plénière le 19 octobre 2015, le conseil régional d’Aquitaine a voté en faveur du lancement d’un fonds régional d’investissement visant à développer les énergies renouvelables (ENR), ouvert aux deux régions voisines, Limousin et Poitou-Charentes, dans le cadre de la future grande région. La région Aquitaine y restera majoritaire, aux côtés d’investisseurs privés. La collectivité investit 4 millions d’€. Les investisseurs retenus dans le cadre d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI) vont constituer une société de financement, sous la forme d’une société de capital-risque doté de 8 millions d’€ dans un premier temps, et à terme de 15 millions d’€. Douze projets à soutenir ont déjà été identifiés. Dont quatre portent sur la méthanisation, en Poitou-Charentes et en Aquitaine. D’autres projets portent sur le solaire, la biomasse, la géothermie. Le fonds intègre aussi un volet de financement participatif (via Wiseed).

>De Leblogdesinstitutionnels

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Bretagne : Une SAS pour doper les EnR

Dans une dynamique d’intérêt général en accord avec les enjeux du Pacte électrique breton, une SAS qui accompagne des projets d’énergies renouvelables en Bretagne, a été mise en place par la région à travers la Semaeb. La société investit dans des entreprises qui réalisent des équipements ou des infrastructures de production comme le parc éolien citoyen de Beganne.article-1524-img_chapo.

L’objectif est « d’accélérer la mise en œuvre des projets EnR en Bretagne » et « de s’engager là où l’intérêt général trouve sa place et où l’investissement privé, seul, ne suffit pas », explique Nicolas Chapelat, chargé de mission énergies renouvelables à la Semaeb (Société d’économie mixte pour l’aménagement et l’équipement de la Bretagne). La Sem a créé, avec d’autres partenaires, la société d’investissement Eilañ, chargé d’investir dans des projets EnR, comme, par exemple, la SAS Begawatts. Fonctionnant sur un principe coopératif, la gouvernance de cette dernière est répartie en plusieurs collèges regroupant un millier de citoyens actionnaires (64 % des parts), Eilañ (18 %) et des acteurs de l’économie sociale et solidaire du territoire. L’ambition ? « Permettre aux habitants de prendre en mains les projets EnR locaux ». Inauguré en juin 2014, ce parc de quatre éoliennes est en effet le premier en France à être détenu par une majorité de citoyens, à travers des clubs d’investisseurs et des Cigales. « D’autres projets éoliens participatifs ont vu le jour ces dernières années, mais jusqu’à présent cette participation citoyenne était minoritaire », précise Nicolas Chapelat.


Un acteur de référence
La dynamique initiée par la Semaeb, a permit à la SAS de devenir un acteur de référence en Bretagne en matière d’EnR, en lien avec les objectifs fixés par l’Etat, la Région Bretagne et l’Ademe dans le cadre du Pacte électrique breton. Eilañ s’engage plus particulièrement dans les filières éolienne, méthanisation et biomasse. Deux autres projets citoyens, accompagnés par la Semaeb via la société d’investissement, devraient d’ailleurs voir le jour au cours des prochaines années.

S’adressant à des projets techniquement finalisés et de taille intermédiaire, Eilañ permet des investissements compris entre 2 et 20 M€, en prenant 10 à 30 % de parts sociales dans les projets. Dotée de 3 M€ pour démarrer, la SAS engagera 4,7 M€ dans les trois ans à venir et envisage d’augmenter progressivement son capital afin de soutenir une douzaine de projets d’ici à 2016. Selon la Semaeb, « l’effet de levier financier pourrait avoir pour effet la réalisation d’environ 100 M€ d’investissements sur cette période ».   

Patrick Cros/Naja

.

>Source : http://servirlepublic.fr   

EPL-Servir-le-public

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>