Archives du blog

Création de la Sem Gironde Énergie #TransitionÉnergétique @gironde @NvelleAquitaine @cmarkea

Source : GIRONDE ENERGIES 

 

UN NOUVEAU PAS POUR LA TRANSITION ENERGETIQUE EN GIRONDE : CREATION DE LA SEM GIRONDE ENERGIES

  Le 19 septembre 2019, le Syndicat Départemental d’Energie Electrique de la Gironde (SDEEG), la Banque des Territoires, le fonds Crédit Agricole Aquitaine Expansion, le groupe Arkéa et la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes, officialisent la création de la SEM GIRONDE ENERGIES

La Société d’Economie Mixte investira et développera une quarantaine de projets de production d’énergies renouvelables dans les domaines du :

  • Solaire photovoltaïque : sur toitures, au sol ou en ombrières de parking
  • Méthanisation : méthaniseurs agricoles collectifs,
  • Mobilité au BioGNV : stations de distribution de biométhane pour participer à la conversion des flottes notamment industrielles,
  • Solaire thermique, hydroélectricité, géothermie, hydrogène

Le capital de GIRONDE ENERGIES est constitué d’un apport public majoritaire (59%) souscrit par le SDEEG et d’apports privés mobilisés par la Banque des Territoires (20%), par le fonds Crédit Agricole Aquitaine Expansion (7%), le groupe Arkéa (7%) et la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes (7%).

La production d’énergie renouvelable en Gironde doit être accélérée pour répondre aux objectifs de la Stratégie Régionale de transition énergétique et transition écologique :

  • 45% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique en 2030 et 100% en 2050
  • 30% de gaz vert injecté dans les réseaux régionaux en 2030 et devenir exportateur de gaz vert en 2050

La géographie et la géologie locale, les influences climatiques et les caractéristiques agricoles constituent un terreau très fertile à l’implantation d’unités de production d’énergie renouvelable.

 

La réflexion est ainsi menée par les différentes communes et communautés de communes pour faciliter la réappropriation de la question de l’énergie au plus près des territoires, favoriser l’autoconsommation, les synergies entre vecteurs énergétiques et le maintien d’une solidarité entre territoires afin de mieux exploiter les atouts et les complémentarités de chacun.

…Lire la suite…

Strasbourg : vers la transformation de la biomasse en hydrogène vert dès 2021 @R_GDS_

Source : R-ENR

R-ENR, filiale du distributeur de gaz strasbourgeois R-GDS, a conclu un partenariat avec l’entreprise innovante Haffner Energy pour développer et valoriser un procédé novateur de thermolyse de la biomasse. R-HYNOCA, la co-entreprise créée à cet effet, prépare la construction d’un démonstrateur industriel qui permettra dès 2021 d’alimenter en hydrogène vert des flottes de véhicules à zéro émission : une première mondiale.

L’hydrogène occupe une place prééminente parmi les énergies d’avenir. Ses principaux atouts sont bien connus : une densité énergétique trois fois supérieure à celle de l’essence, et surtout aucune émission de carbone ni de poussières lors de sa combustion. En brûlant ou lors de son utilisation dans les piles à combustibles, l’hydrogène ne produit en effet rien d’autre que de l’énergie et de la vapeur d’eau, ce qui le qualifie comme vecteur énergétique hautement performant et propre – idéal pour alimenter des véhicules zéro émissions. Il reste cependant à résoudre la problématique de son mode de production qui est encore très émissif en CO2 car plus de 95% de l’hydrogène actuellement consommé par l’industrie provient du reformage d’hydrocarbures fossiles, notoirement incompatible avec la transition écologique.

Pour faire de l’hydrogène une solution au triple défi énergétique, climatique et économique, il est par conséquent indispensable de décarboner de manière compétitive son mode de production. A ce jour, la technologie la plus vertueuse pour y parvenir est l’électrolyse de l’eau à partir d’électricité solaire ou éolienne, un procédé maîtrisé de longue date, mais produisant un hydrogène malheureusement coûteux.

Résoudre l’équation de l’efficacité énergétique et du coût de production
Le procédé HYNOCA® développé par Haffner Energy, entreprise récente issue du bureau d’ingénierie Soten, basée à Vitry-le-François, s’appuie sur la thermolyse de la biomasse et le vapocraquage du gaz produit, pour obtenir de l’hydrogène pur à 99,97%. Ce procédé, qui constitue une rupture par rapport aux technologies dominantes de l’industrie, permet de produire de l’hydrogène décarboné avec un rendement énergétique proche de 70%. Un prototype qui fonctionne depuis plusieurs mois à Vitry-le-François, au siège de Haffner Energy, a permis d’apporter la preuve du concept et confirmer la stabilité du procédé ainsi que ses performances. C’est ce même procédé qui sera déployé pour la première fois à Strasbourg, pour produire à échelle industrielle de l’hydrogène non carboné.

Lire la suite

1er parc photovoltaïque dans le Lot de la Compagnie nationale du Rhône (CNR) @caissedesdepots

    Source :  caisse des dépôts

Les 11 520 panneaux solaires du parc photovoltaïque de la Compagnie nationale du Rhône (CNR) de Gramat (Lot) viennent de produire leurs tout premiers kilowatts heure ! Ce nouveau parc illustre l’engagement de la CNR dans les énergies d’avenir aux côtés et au service des territoires.

Le projet, lauréat de l’appel d’offres national de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) pour les installations photovoltaïques de grande taille, a été mené par la CNR en lien avec les acteurs locaux :

  • des entreprises locales et régionales se sont chargées des infrastructures ;
  • le parc est situé sur une ancienne décharge municipale, réhabilitée par la collectivité.

Les premiers kWh ont été injectés sur le réseau le 23 juillet, avant la mise en service définitive du parc qui aura lieu en septembre, après les phases de test. Le parc de Gramat produira 7 gigawatts heure par an, soit la consommation électrique de 2 900 habitants, et permettra d’éviter le rejet de 4 660 tonnes de CO2. Le développement du parc a nécessité un investissement de 4,6 M€. La Caisse des Dépôts, actionnaire de la CNR, entera au capital de la société de projet à hauteur de 50% en septembre.

Depuis le début des années 2000, la CNR, dont le premier métier est de produire de l’hydroélectricité, se diversifie dans les énergies renouvelables. Elle a ainsi mis en service sa première centrale photovoltaïque en 2008 sur le toit de sa centrale hydroélectrique de Bollène (Vaucluse), et a développé depuis 28 centrales solaires.

Aujourd’hui, la CNR envisage de nouvelles formes de parcs solaires…lire la suite…

Voltalia franchit le cap du gigawatt installé ou en construction @Voltalia

Source : Voltalia

Voltalia, acteur international des énergies renouvelables, annonce le démarrage des travaux de construction de 85 MW répartis sur quatre centrales en France et une centrale au Kenya. Avec ces nouveaux chantiers, Voltalia franchit le cap du gigawatt installé ou en construction.

« Ces nouveaux chantiers nous permettent de franchir le cap du gigawatt installé ou en construction. Ils sont aussi une bonne illustration de notre stratégie : tout en croissant sur un de nos marchés historiques, nous poursuivons en même temps notre percée sur le continent africain qui représente déjà 8% de notre portefeuille de centrales. A ce jour, Voltalia construit un total de 527 MW dont 472 MW détenus par le Groupe et 55 MW pour le compte de clients. Nos équipes de construction démontrent leur capacité à gérer simultanément de nombreux projets : cette expertise sera précieuse pour atteindre notre nouvel objectif d’au moins 2,6 GW installés ou en construction à horizon 2023, soit 1,6 GW de nouvelles constructions sur la période 2021-23 » se réjouit Sébastien Clerc, Directeur Général de Voltalia.

Les travaux de construction lancés ce jour concernent quatre centrales en France, dont deux centrales solaires et deux centrales éoliennes. Cela représente une croissance de 30% du portefeuille de centrales1 de Voltalia en France métropolitaine qui atteint 154 MW.

Les deux projets solaires, d’une puissance totale de 9 MW, ont été remportés lors de deux éditions de l’appel d’offres CRE 4 de 2018. Ils bénéficieront de contrats de vente d’électricité avec complément de rémunération2 d’une durée de 20 ans. Ces sites sont situés dans la Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur ; proches l’un de l’autre et d’autres centrales solaires de Voltalia, ils bénéficieront d’effets d’échelle pendant la construction et l’exploitation.

En savoir plus

Enerlis et Tecsol lancent le Guichet Unique du Solaire @TecsolSolaire @Enerlis_Fr

Source : TECSOL

Enerlis, société de services en efficacité énergétique et environnementale (CA 2018 : 30 millions d’euros), innove avec le bureau d’études Tecsol pour donner un nouveau visage à l’autoconsommation solaire pour les grands consommateurs d’énergie que sont les collectivités, les bailleurs sociaux, les industries et les entreprises. Dans ce contexte, les deux partenaires ont créé une offre unique qui prend en compte la notion d’engagement de résultats. Concrètement, au niveau opérationnel, Tecsol sera en charge de définir et de concevoir les installations et Enerlis de les installer et de les exploiter. Dans la continuité, fort de leur savoir-faire respectif et de leurs outils, Enerlis et Tecsol s’assureront que la performance recherchée est bien délivrée.

A la suite de ce partenariat stratégique entre deux grands acteurs du marché des Energies Renouvelables, Enerlis et Tecsol souhaitent promouvoir l’efficacité de l’énergie solaire. En effet, de nombreux projets menés ces dernières années par des sociétés non expertes ont contribué à créer une certaine déception de l’opinion publique. Désormais cela ne sera plus possible au regard des solides garanties prises par Enerlis et Tecsol qui se positionnent solidairement vis-à-vis du client avec un engagement de résultat et un objectif convenu préalablement.

En savoir plus