Archives du blog

La Nouvelle-Aquitaine, 1ère région française pour la production photovoltaïque @NvelleAquitaine #ENR

    Source : CCI Nouvelle-Aquitaine

Les données clés de la filière Énergie à l’international en Nouvelle-Aquitaine

Un environnement favorable au développement des énergies renouvelables et une volonté de se développer à l’export

CHIFFRES CLES

  • Plus de 13 000* établissements dont 1 040 employeurs
  • 3,6 % des établissements de la région, 9 % des établissements nationaux de la filière
  • Plus de 29 000 emplois générés par les activités du cœur de la filière
  • 3,4 % des emplois de la région, 7 % de l’emploi national dans la filière

FORCES DE LA FILIÈRE RÉGIONALE

  • Une part de la production d’EnR dans le total des besoins énergétiques régionaux au-dessus de la moyenne nationale
  • 1ère région française pour la production photovoltaïque
  • Un environnement régional favorable au développement des EnR • Des acteurs leaders de l’export prêts à accompagner les PME • Des liens commerciaux privilégiés avec certains pays, notamment en Afrique
  • Une présence de structures spécifiques pour accompagner les entreprises
    à l’international (ex : UrbAquitaine)

Les données ont été obtenues grâce à une enquête menée par l’Observatoire régional des échanges internationaux auprès des entreprises de la filière énergie potentiellement exportatrices. 146 chefs d’entreprise de la filière énergie ont répondu à l’enquête. Parmi eux, 126 sont exportateurs.

> Infographie

Découvrez les 107 projets lauréats pour le développement de l’énergie solaire dans les territoires @Min_Ecologie

Source : Ministère de la Transition écologique et solidaire

Le 5 août, la Ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne,  a annoncé la liste des 107 projets lauréats dans le cadre de l’appel d’offres pluriannuel sur le développement de centrales solaires au sol, représentant un volume de 858 MWc.

Résultat de recherche d'images pour "ministere écologie"

Les résultats de cet appel d’offres contribueront à l’atteinte des objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, dont le projet prévoit de porter la capacité de production de solaire photovoltaïque de 9,1 GW actuellement à un volume total compris entre 35,6 et 44,5 GW en 2028.

Les projets lauréats, au sol et sur des ombrières de parking, sont répartis sur l’ensemble du territoire aussi bien au Nord qu’au Sud du pays : 44 % des projets sont même situées en dehors des quatre régions du sud de la France. Cette bonne répartition démontre l’efficacité des critères de sélection mis en place par le Ministère, notamment les bonus octroyés en cas d’installation sur des terrains dégradés (par exemple une friche industrielle, une ancienne carrière, ou un ancien aérodrome). Une première installation bénéficie également du déplafonnement de la puissance au-delà de 30 MW rendu possible sur ces terrains dégradés.

Ces projets lauréats disposeront d’un prix garanti de l’électricité de 64€/MWh en moyenne. Pour les installations de plus de 5 MWc, le prix moyen atteint 59,5 €/MWh. Il s’agit de la sixième période de cet appel d’offres qui avait été lancé en 2016.

Parmi les lauréats, 58 % des projets se sont engagés à impliquer des citoyens et des collectivités en recourant à l’investissement ou au financement participatif. Ces projets verront leur prime majorée.

>>> Retrouvez la liste des lauréats ici…

Lire également :

Des bailleurs du Grand-Est se mobilisent pour faire des économies d’énergie @PlaceDenergies

Source : hlm grand est-energie

L’inter-organisme Hlm du Grand Est, en collaboration avec Place des énergies lance une nouvelle opération d’achat groupé d’énergie en 2019 au profit des locataires – début de l’opération le 1er octobre 2019

La négociation des offres est en cours auprès des fournisseurs d’énergie.

 

L’ADEME lance 3 appels à projets pour soutenir la transition écologique et énergétique @ademe

Source : ADEME

L’ADEME, Agence de l’environnement et de la Maîtrise de l’Energie, lance 3 appels à projets sur la bioéconomie et la protection de l’environnement, l’économie circulaire et les systèmes énergétiques. Plus d’infos ci-dessous…

Ademe

L’appel à projets « Systèmes énergétiques – Villes et Territoires durables »
La neutralité carbone implique de décarboner l’intégralité des systèmes énergétiques de la production aux usages. Les projets attendus doivent prioritairement concerner : les systèmes énergétiques optimisés, la production/fourniture d’énergies renouvelables et vecteurs énergétiques renouvelables et l’optimisation environnementale à l’échelle d’un bâtiment / d’un ilot (en construction ou en rénovation) ou d’un territoire.

L’appel à projets « Bioéconomie et protection de l’environnement »
Les projets attendus concerneront les technologies, procédés et services concourant à la protection de l’environnement, à la restauration des écosystèmes et aux nouveaux modes de production, valorisation et consommation des ressources, dont la biomasse. La bioéconomie englobe l’ensemble des activités liées aux systèmes de production, à la mobilisation et à la transformation durables de la biomasse, qu’elle soit forestière, agricole, aquacole, agroalimentaire ou halieutique pour des valorisations dans les filières alimentaires, les produits biosourcés et l’énergie.

L’appel à projets « Economie Circulaire – Ecoefficience dans l’Industrie, l’Agriculture et l’Eau ».
Les projets attendus devront contribuer à l’évolution vers l’économie circulaire et selon 4 axes : l’écoconception des produits et des services ; la production plus efficiente en ressources matières et en énergie ; la prévention de la production de déchets, l’optimisation de leur collecte et la production de ressources matières ou énergétiques secondaires, le traitement des déchets ultimes ; la collecte, le traitement et la distribution de l’eau, les solutions d’économie et de gestion de la ressource, les modèles d’affaires et de gestion innovants dans le domaine de l’eau.

Plus d’infos sur les 3 appels à projets…

Lire également :

Comment la transition énergétique vient-elle booster l’emploi ? @ademe

Source : Ademe

Le 9 juillet dernier, l’ADEME a publié un état des lieux des marchés et des emplois qui participent à la transition énergétique et écologique (transports, bâtiment résidentiel et énergies renouvelables). Les marchés associés à ces filières ont plus que doublé et le nombre d’emplois directs a augmenté de 75% entre 2006 et 2017, avec plus de 370 000 personnes employées dans ces secteurs. 

3 marchés dynamiques qui favorisent la création d’emplois
– Le chiffre d’affaires des marchés liés aux modes de transport concourants à la transition écologique a été presque multiplié par quatre en 11 ans. Il atteint 33,5 Md€ en 2017 et la filière emploie plus de 94 000 ETP. Cette évolution résulte de l’augmentation de la part des véhicules moins émetteurs de COdans le parc automobile ainsi que du développement des modes alternatifs au transport routier individuel.
– Les marchés de la rénovation énergétique des bâtiments ont augmenté de 79% entre 2006 et 2017, représentant désormais un chiffre d’affaires d’environ 31 Md€. Dans cette même période, le volume d’emplois s’accroît d’environ 59%, s’établissant à plus de 218 000 ETP.
– Enfin, l’ADEME a constaté que le marché des énergies renouvelables et de récupération a plus que doublé entre 2006 et 2017, avec une augmentation de 39% des emplois. Le chiffre d’affaires représente ainsi 26 Md€ en 2017. Ce secteur emploie désormais plus de 86 000 ETP.

Des évolutions contrastées
Portés par les politiques volontaristes de l’État sur l’économie verte, ces marchés sont en nette progression depuis une dizaine d’année.
Les investissements dans la fabrication et l’installation des équipements et infrastructures représentent une part importante de ces marchés : 72% pour le secteur des transports et 90% pour celui du bâtiment résidentiel. Pour le secteur des énergies renouvelables, si les investissements dans la fabrication, la construction, l’installation et la vente des équipements représentent 30% du marché, ce sont les ventes d’énergie et la maintenance qui représentent la plus grande part du chiffre d’affaires (63%).

En savoir plus…

Lire aussi :