Archives du blog

7 acteurs majeurs de l’habitat appellent à l’entrée en vigueur rapide de l’indispensable carnet numérique du logement @lejournaldelagence

Source : Journal de l’agence

Le Conseil d’Etat s’apprête à examiner le projet de décret dédié à la mise en place du carnet numérique du logement. Les 7 Lauréats désignés en 2017 par le PTNB pour expérimenter cet outil incontournable de la transition énergétique du bâtiment se mobilisent pour l’entrée en vigueur de ce carnet numérique, dès le 1er janvier 2020.

Le carnet numérique d’information, de suivi et d’entretien du logement, introduit par la loi ELAN, sera prochainement examiné en Conseil d’Etat.

Les lauréats désignés pour son expérimentation, l’Association QUALITEL, EDF, EP, Energies demain, Intent Technologies, PMB software et Vilogi, appellent de leurs vœux la publication des textes définitifs, décret et arrêté : « Il est urgent d’agir pour réussir notre transition énergétique et atteindre l’objectif de réduction des émissions de CO2 d’ici à 2050. Ce nouveau service réglementaire que sera le carnet numérique du logement y contribuera. » La France se mettrait ainsi au niveau des Pays Européens qui ont déjà enclenché cette démarche.

>En savoir plus

Paris La Défense : Vente de la tour EDF à un fonds singapourien @Defense_92

Source : La Défense 92

Les fonds d’investissements asiatiques continuent de miser sur La Défense. Après avoir acquis la tour Ariane l’an passé, le fonds souverain singapourien GIC a confirmé l’achat début octobre de la tour EDF, sans toutefois donner de détails sur son prix. Selon le site Buisiness Immo la transaction avoisinerait les 550 millions d’euros, soit environ 9 000 euros le mètre carré pour cette tour qui développe 60 000 mètres carrés. Pour gérer ce building GIC s’est entouré de BauMont Real Estate Capital, qui est également le partenaire de GIC pour la gestion de la tour Ariane…Lire la suite

#CongresHlm : L’USH, EDF, Docaposte et Qualitel joignent leur expertise pour créer un carnet numérique du logement adapté aux 5 millions de logements sociaux @UnionHlm

Source : Union sociale pour l’habitat

L’Union sociale pour l’habitat, EDF, DOCAPOSTE et QUALITEL ont signé mardi 24 septembre, à l’occasion du 80ème Congrès Hlm de Paris, une déclaration d’intention pour mener des réflexions communes en vue de concevoir une solution adaptée aux besoins des occupants des logements sociaux : sont concernés les 5 millions de logements Hlm ainsi que les logements neufs en accession sociale à la propriété (15 000 logements par an).

L’objectif de cette association est de développer un service en ligne sécurisé adressé aux professionnels du logement, notamment les bailleurs sociaux, qui permettra d’améliorer la connaissance de l’état des logements, facilitant ainsi la priorisation des actions de rénovation ou d’amélioration de la performance environnementale. 

Lire le communiqué de presse

Mobilité intelligente : EDF et la Banque des Territoires investissent dans la startup MyBus @caissedesdepots @BanqueDesTerr

Source :  Banque des territoires

La startup MyBus lève 2,4 millions d’euros grâce aux groupes EDF, via son fonds d’investissement corporate EDF Pulse Croissance, et la Banque des Territoires. MyBus permet aux usagers des transports en commun d’acheter et de valider leurs titres de transports dématérialisés depuis leur smartphone.

banque des territoires    EDF

MyBus couvre 200 réseaux de transport en France
Lancée en 2016 par Frédéric Pacotte et Franck Raynaud, la start-up a pour ambition de faciliter l’accès aux transports en commun ainsi qu’aux autres solutions de mobilité durable. Avec son application mobile unique de dématérialisation des titres de transport en commun, elle est primée en 2018 au CES de Las Vegas dans la catégorie « Smart Cities ». MyBus poursuit aujourd’hui son développement dans toute la France. La solution s’intègre parfaitement dans les réseaux urbains de moins de 450 000 habitants, soit 95 % des réseaux du territoire français. MyBus a vocation à être utilisée aussi bien sur les réseaux de transport en commun urbains, interurbains que scolaires à l’instar d’une expérimentation en cours sur le réseau scolaire de l’Allier, en lien avec la région Auvergne Rhône-Alpes. MyBus est par ailleurs citée comme solution dans le Plan d’Accès National du Ministère des Transports.

Avec une dynamique ancrée dans la volonté d’offrir aux citoyens un service à forte valeur ajoutée en matière de transport en commun, cette startup auvergnate met en lumière le bassin économique Auvergne-Rhône-Alpes dont elle est issue. Une démonstration supplémentaire, si besoin est, de la richesse et de la valeur des entreprises régionales susceptibles de rendre les territoires plus durables, plus attractifs et plus inclusifs.

Plus d’informations… 

Lire aussi :

Le projet de territoire intelligent d’Angers @Angers

Source : smart city 

EDF, Vinci, Engie et Bouygues. Depuis mi-mars, on connaît les quatre candidats en lice pour le projet de territoire intelligent lancé par Angers Loire Métropole et la Ville d’Angers. Des poids lourds de l’immobilier et de l’énergie donc, pour un marché public global de 120 millions d’euros sur 12 ans. Jean-Marc Verchère, adjoint à la politique de proximité, revendique une spécificité angevine dans cette démarche, tout en puisant de l’inspiration du côté Dijon notamment.

Dans le combat d’Angers pour le titre officieux de « territoire le plus intelligent de France », à quoi sert ce marché public global ?
Ce titre, ça n’est pas l’objectif. Simplement, notre ville a été à la pointe dans le domaine de l’électronique pendant les années 1960-70 avec Bull, Thomson, Motorola, etc. La délocalisation et la miniaturisation de l’électronique ont fait disparaître cette activité dans les années 1980-90. Mais ce savoir-faire s’est en partie retrouvé dans un tissu de PME du numérique, d’où la création de la Cité de l’objet connecté (en 2013) et l’obtention du label FrenchTech (en 2015). Nous travaillons au renouveau d’une ville longtemps endormie par sa « douceur angevine ». Sur la smart city,notre constat est qu’il ne sert à rien d’être une ville d’objets connectés si notre gestion des services et de l’espace public n’est pas transversale. On s’est beaucoup inspiré de ce qu’a fait la Ville de Dijon, mais sans tout reprendre à notre actif. On a aussi pioché des idées chez des villes en pointe dans un sous-domaine : Nantes, Lyon ou Rennes.

…lire la suite…