Archives du blog

Toulouse Ecoquartier Cartoucherie : construction de « Hype Park » @nexity

Source : Nexity

A Toulouse, l’écoquartier de la Cartoucherie est en pleine transformation ! Dans le cadre de ce renouveau, Nexity a lancé la construction du programme immobilier « Hype Park » !

Nexity

L’éco-quartier de La Cartoucherie a été pensé pour répondre aux enjeux de transition écologique, d’innovation sociale, de coopération économique ainsi que de dynamisme culturel et artistique. Autour des anciennes halles reconverties en espace culturel, sportif, gastronomique et ludique, La Cartoucherie accueillera à terme, sur 33 hectares, 3.500 logements, dont au moins 30% d’habitat social et 15% d’accession sociale, 7.000 m2 de commerces de proximité, 78.000 m² de bureaux et d’activités, et 15.000 m² d’équipements publics dont un groupe scolaire, un centre de petite enfance, une salle de quartier. Les Halles seront, quant à elles, aménagées en tiers-lieu hybride, comprenant une halle gourmande, un espace de coworking, un espace sport & bien-être, une librairie, un centre culturel et une école de danse.

« Inventer la ville de demain suppose de penser l’urbanisme autrement et de penser pour et avec les collectivités, les projets les plus adaptés aux grands enjeux de demain. L’éco-quartier de la Cartoucherie à Toulouse est l’incarnation de cet « urbanisme de projet » et Nexity est heureux de contribuer au renouvellement urbain conduit par les collectivités toulousaines. ».

Cliquez ici pour en savoir plus…

Lire également :

L’île St Denis : l’écoquartier futur village olympique des JO 2024 ! @GroupeAtland @QUARTUS

Source : Groupe Atland

Les Groupes Atland et Quartus se sont réunis pour mener un projet de grande envergure : l’Ecoquartier de l’Ile Saint-Louis ! 

Ce projet mené par Atland et Quartus se concrétise de jour en jour. L’écoquartier fluvial accueillera 300 logements d’ici 2019. Des commerces, des ateliers et 420 m² de bureaux offriront une vie de quartier dynamique à ses futurs habitants.

Ce projet se veut également écologique : les immeubles, conçus avec des matériaux respectueux de l’environnement, disposeront de récupérateurs d’eaux pluviales. Les circulations douces seront favorisées et les futurs habitants bénéficieront d’espaces communs dont des jardins potagers.

Enfin, l’écoquartier a été désigné comme futur village olympique des Jeux de Paris 2024, un véritable tremplin pour booster l’économie locale.

Découvrez-en plus !

Retrouvez aussi :

Panorama, l’écoquartier de Clamart – Regards croisés @novaxia_paris @MairiedeClamart @JD_Berger @joachimazan @cmarkea

Novaxia et Mairie de ClamartÀ l’occasion de la prochaine édition du Speed Dating du Logement et de l’Immobilier à Paris le mardi 5 juin 2018, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels dévoile son nouveau livre blanc. Cet ouvrage  collectif recueille une vingtaine de témoignages d’acteurs du terrain (experts de l’immobilier, élus locaux…) portant sur le thème du nouvel ouvrage : les nouvelles tendances de l’aménagement urbain

Découvrez en avant première un extrait du témoignage de Joachim Azan,
Président de Novaxia et Jean-Didier Berger, Maire de Clamart

Panorama est né dans un contexte de paradoxes et un marché de l’immobilier francilien en croissance. Ainsi l’explique Jean-Didier Berger… « Nous sommes la banlieue la plus dense d’Europe et l’État nous demande de continuer à construire. Dans le même temps, on n’arrive pas à mettre en place les transports, et les collectivités locales sont étranglées par la réduction des dotations qui leur permettent d’exercer les missions pour le compte de l’État. La ville de Clamart est passée de 10 à 5 millions d’euros par an. Dans ces conditions, comment continuer à investir, offrir du service, développer, tout en respectant la loi de contractualisation et ses 1,2 % maximum d’augmentation de dépenses par an ? Si j’étais président de la République, j’arrêterais cette logique, parce qu’il faut d’abord aménager le territoire en ramenant de l’emploi et des infrastructures dans les provinces. Pour équilibrer. Nous sommes toujours sur un fonctionnement en étoile, concentré sur la capitale et sa région. Un non-sens. Alors qu’aujourd’hui, Clamart est obligé de construire pour s’en sortir. Et souhaite le faire le mieux possible, pour que ses (futurs) habitants soient heureux. »

L’ASSURANCE-RECOURS POUR ASSURER LA FINALITÉ DU PROJET DANS LES DÉLAIS

Découvrez l’intégralité du témoignage

Quand les habitants inventent eux-mêmes leurs logements ! @LesCoopHlm @VilledeQuimper ‏

Source : Les Coop’HLM

A Quimper, on construit des logements pas comme les autres. En effet, le Logis Breton a pour objectif de repenser l’habitat collectif de l’Acadie, un éco-quartier de Quimper. Les Coop Hlm

Le Logis Breton a confié à la jeune agence d’architectes urbanistes brestois TLPA, le soin de repenser l’habitat collectif de l’Acadie. Elle propose aux futurs habitants de dessiner leur propre logement, à l’instar des éco-quartiers qui fleurissent en périphérie de la ville.

Au total, 40 logements novateurs doivent être livrés à Quimper pour fin 2020. L’issue du projet donnera par ailleurs naissance à un manifeste, afin d’inspirer d’autres initiatives. Les atouts :
– Une conception partagée
– Un environnement préservé
– Un ensoleillement assuré, exposition plein sud
– Un emplacement exceptionnel, allée Samuel de Champlain, à 300 mètres du Cinéville
– Au cœur de la ville, en longeant Le Steïr sur 400 mètres vous arriverez rues Kéréon – Chapeau Rouge.

« Avec ce programme, on revient un peu aux sources de la ruche des Abeilles à Prat ar Rouz où les adhérents avaient construit eux-mêmes leurs logements », signifie Pierre Langlais, président de la coopérative de logements sociaux le Logis Breton qui, dans le cadre d’un concours, a sollicité les architectes candidats pour concevoir un immeuble mixte et original, en lieu et place de celui existant, l’Acadie, allée Samuel-de-Champlain, dont le coût de rénovation s’avérait trop onéreux.

Si vous souhaitez consulter l’article, cliquez ici

Retrouvez également :

Meudon : Ogic et Nexity s’associent pour un grand projet avec un ouvrage sportif @nexity @Ogic_officiel @VilledeMeudon ‏

Source : Nexity

A La Pointe de Trivaux à Meudon, Ogic et Nexity s’associent pour réaliser un projet d’ampleur, un ouvrage sportif à haute technicité, dans le but de créer de la richesse et rendre attractif ce territoire.Résultat de recherche d'images pour

Résultat de recherche d'images pour

 « Dans un environnement en plein essor, l’arrivée de la ligne 6 du tramway dans le quartier de Meudon-la-Forêt – dessiné par Fernand Pouillon dans les années soixante – a offert l’occasion de revitaliser le secteur de la pointe de Trivaux. En marge de Meudon-la-Forêt, ce morceau de ville inachevé d’une dizaine d’hectares était principalement composé d’équipements publics vieillissants », explique Denis Larghero, Maire de Meudon. « À proximité du nouveau complexe de cinémas de Vélizy 2 et de la dynamique zone d’emploi de Meudon-la-Forêt, nous avons imaginé, en concertation avec les habitants, un écoquartier ambitieux, qualitatif, dont l’équipement sportif est le premier de cet ampleur géré par le privé. C’est à ce titre que le projet figure parmi les 100 Quartiers innovants et écologiques soutenus par la Région Île de France en 2017 ».

Afin de répondre à ces ambitions multiples, le groupement, en partenariat avec l’UCPA, a proposé à la ville de Meudon un équipement multisports de haute technicité, aux façades complexes, réunissant un terrain de football sur le toit, une patinoire, un mur d’escalade et d’autres espaces sportifs, futur poumon social de ce nouveau quartier innovant. « Lutter contre l’étalement urbain, c’est chercher « l’intensité » urbaine. Dans cette logique, nous avons cherché à innover techniquement en réalisant un ouvrage, qui, sur une emprise réduite, permet une offre sportive large grâce à la mixité des usages du bâtiment et à leur superposition, conçu par l’architecte Marc Mimram. Nous avons également pensé l’exploitation de cette structure, pour laquelle nous avons trouvé un investisseur gestionnaire, l’UCPA, dans un montage inédit. » précise Loïc Blons, Directeur général délégué Nexity Paris Val de Seine Sud.