Archives du blog

Bientôt le rdv annuel des Directeurs Immobiliers @adi_france

Source : ADI France

La 5e édition du rendez-vous annuel de l’Association des Directeurs Immobiliers aura lieu le 27 juin, au Pré Catelan à Paris, à partir de 18 heures. 

bandeau

Mais alors, qu’est-ce que le rendez-vous annuel des Directeurs immobiliers ?
C’est un espace de réflexion prospectif sur un sujet au cœur des problématiques des Directeurs immobiliers. L’objectif est de donner à ce secteur important de l’économie qu’est l’immobilier en général, et aux Directeurs immobiliers en particulier, toutes les clefs pour s’adapter à un environnement en perpétuelle mutation.

Cette année, cette édition se déroulera sous le thème de l’immobilier des entreprises et la cohésion des territoires : L’immobilier est-il aujourd’hui le 3e levier de la transformation économique des organisations, facteur d’un développement équilibré des territoires ?

>> Inscrivez-vous dés maintenant en cliquant sur ce lien

>> Pour consulter le programme, cliquez ici

Inauguration du LabCom GreenCare à #Rennes @ReseauSATT

   Source : Satt

C’est aujourd’hui que la société Demeta, l’Université de Rennes 1 et le CNRS, accompagnés par la SATT Ouest Valorisation inaugurent le fruit de leur travail commun : le LabCom GreenCare, spécialiste de la catalyse organométallique pour l’oxydation à partir de métaux non nobles. L’objectif du LabCom est de peaufiner des procédés de catalyse alternatifs moins toxiques et dangereux, plus économes en déchets et plus économiques.

Le rôle central de la SATT Ouest Valorisation 

« La SATT Ouest Valorisation a pleinement joué son rôle de « pont » entre la recherche publique et l’entreprise. Depuis le début de cette belle histoire, elle a un œil bienveillant et nous accompagne dans les différentes étapes cruciales de notre développement, et c’est grâce à ses compétences que nous avons obtenu l’agréement de l’Agence Nationale de la Recherche pour le LabCom GreenCare souligne » Patrick PIOT, Directeur Général de DEMETA.

Demeta, des catalyseurs nouvelle génération pour la chimie verte

Demeta, start-up rennaise créée en 2011, née du rapprochement de Stratoz, Cap Nodis et Omega Cat System, développe deux plateformes technologiques distinctes et brevetées: la métathèse des oléfines par des catalyseurs nouvelle génération à base de ruthénium et la catalyse polymétallique. Les matériaux et molécules innovants obtenus grâce à ces catalyseurs trouvent des applications multiples dans de nombreux domaines.

Un partenariat gagnant-gagnant

…lire la suite…

+ de 250 start-ups créées par les SATT en 6 ans @ReseauSATT @BpiFrance

  Source : Satt.fr/bpifrance

Bpifrance et le Réseau SATT (Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies) associent leurs moyens pour favoriser la création et le développement des entreprises innovantes issues de la recherche publique française. Ils dressent aujourd’hui un bilan de leurs actions auprès de ces start-ups en forte croissance qui développent des innovations de rupture capables de créer ou de réinventer un marché.

256 entreprises ont été créées avec l’aide des SATT depuis 2012. 59% d’entre elles développent des technologies « deeptech » dans les domaines du digital, des cleantechs et de l’ingénierie, de la medtech et de la biotech. Les technologies de rupture qu’elles développent sont complexes et fortement différenciatrices. Cela implique un temps de recherche et développement long ainsi qu’un accompagnement indispensable jusqu’à l’industrialisation et/ou la commercialisation de leurs produits.

Les chercheurs bénéficient aujourd’hui du soutien de la force publique partout sur le territoire à travers l’accompagnement du Réseau SATT pour faciliter le transfert de technologies, et des leviers financiers proposés par Bpifrance : prêts et aides, concours et appels à projets, intervention en fonds propres, etc.

74% des start-ups issues des SATT ont été soutenues par Bpifrance au travers de ses différents dispositifs de financement de l’innovation depuis leur création.

125 levées de fonds ont été réalisées par les start-ups issues des SATT depuis 2012 pour un montant total de 185,2 millions d’euros levés. L’appétit des investisseurs pour les entreprises issues des SATT est fort : 38,3% d’entre elles ont en effet réalisé au moins une levée de fonds, soit davantage que la moyenne française, de 25%, et 21% d’entre elles ont réalisées deux levées ou plus. 40% des entreprises ayant levé des fonds ont par ailleurs réalisé cette démarche entre un et deux ans après leur création. Le temps entre la création de l’entreprise et la première levée de fonds diminue progressivement : de deux ans et demi pour les sociétés créées avant 2014, à moins d’un an pour celles créées en 2016.

…lire la suite…

Les emplois menacés par les défaillances d’entreprise au plus bas depuis 11 ans @DeloitteFrance

Source : Etude Deloitte « L’entreprise en difficulté en France »

Pour la 13ème année consécutive, Deloitte /Altares publie un rapport réalisé conjointement et intitulé « L’entreprise en difficulté en France ». Ce dernier présente une analyse détaillée de l’état et du contexte des défaillances d’entreprise dans l’Hexagone, avec un focus spécifique par région. Parmi les grands apprentissages :

• Les pouvoirs publics développent de nombreux outils d’accompagnement des entreprises en difficulté et contribuent à leur mesure à l’embellie au travers d’un système éprouvé de détection de signaux faibles.

• Le nombre d’emplois menacés baisse de 11,4% et atteint son seuil le plus faible depuis 11 ans, soit un niveau ante crise.

• Le volume des procédures baisse quand l’amiable se démocratise et gagne du terrain (+ 43% en 2017), en particulier dans les juridictions de taille plus modeste.

• Le nombre total de défaillances enregistrées baisse de 4.6% et atteint son niveau le plus bas depuis 10 ans, soit 55 175 procédures ouvertes.

• 2/3 des procédures concernent des sociétés ne générant aucun chiffre d’affaires ou ne déposant pas leurs comptes. Mieux, ¾ des procédures concernent des sociétés dont l’effectif est compris entre 0 et 2 salariés. Sur les 55 175 procédures, seules 1256 ont été ouvertes pour des sociétés de plus de 20 salariés.

• Les secteurs les plus touchés sont le transport, l’agriculture et l’hébergement.

En savoir plus

S&P Global Ratings attribue la note « A/A-1 » à Marseille @SPGlobalRatings @Marseille

Source : S&P Global Ratings

S&P Global Ratings vient confirmer les notes « A/A-1 » de la ville de Marseille.

S&P Global Ratings

Marseille continuera de bénéficier d’un cadre institutionnel favorable et d’une gouvernance financière solide, qui contrebalancent en partie des indicateurs socio-économiques moyens.
La Ville de Marseille présente des caractéristiques socio-économiques et démographiques moins favorables en comparaison de ses pairs nationaux et internationaux. Si le PIB par habitant (34 200 euros en 2015 au niveau du Département des Bouches-du-Rhône ; source : Eurostat) est relativement élevé en comparaison internationale, nous notons qu’une part importante des activités à haute valeur ajoutée du Département se trouve en dehors de Marseille. De plus, le taux de chômage de la zone d’emploi de Marseille-Aubagne s’élevait à 11,4% au quatrième trimestre 2017, dépassant nettement la moyenne métropolitaine (8,6%). Ces caractéristiques socioéconomiques se traduisent par une base fiscale plus faible et par des dépenses sociales plus élevées.
Nous considérons que Marseille bénéficie du cadre institutionnel des villes françaises, que nous jugeons très favorable et équilibré car il leur permet de financer les charges associées à leurs compétences à partir de recettes locales et modifiables. Nous comprenons à ce stade que la réforme progressive de la taxe d’habitation sera entièrement compensée par dégrèvement et n’aura donc pas d’impact sur les recettes fiscales du bloc communal, que ce soit en termes de levier fiscal ou de dynamisme des bases.
Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse

A lire aussi :