Archives du blog

Paris2024 : Quel serait le coût de l’organisation ?

Source : Paris

paris-fr

En attente de la présentation de la candidature finale et de l’élection par le CIO de la ville organisatrice des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, la ville de Paris passe en revue les coûts que vont générer ces activités si toutefois sa candidature sera retenue.

Des infrastructures déjà existantes 

À Paris, 95% des sites olympiques sont déjà existants et seul le centre aquatique doit être construit dans le cadre de la candidature Paris2024. Une position plus favorable pour faire des économies, contrairement à Rio en 2016 ou Sotchi en 2014, qui avaient dû construire un grand nombre d’infrastructures.

L’organisation des compétitions liées aux Jeux Olympiques et Paralympiques ne coûtera rien aux Parisiens car 100% du financement est apporté par le CIO à hauteur de 1,5 milliard d’euros, un programme marketing de 1 million et environ 1 milliard via la billetterie. Lire la suite

Qu’est-ce que l’économie sociale et solidaire (ESS)?

  Source : R le site de Rennes, Ville et Métropole

En soutenant financièrement plusieurs dispositifs ou structures d’accompagnement, Rennes Métropole permet l’émergence de nouvelles initiatives ESS et le développement des entreprises existantes.

L’économie circulaire et l’éco-construction

L’ESS se distingue également par sa capacité d’innovation sociale pour répondre à des enjeux environnementaux. C’est dans cet esprit que le Pôle Territoriale de Coopération Économique, les Éconautes, soutenu par Rennes Métropole, rapproche l’ESS des entreprises « classiques » en finançant des projets collaboratifs destinés à booster l’ESS dans l’économie verte du territoire.

>> Lire la suite…

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Les HLM, acteur imminent de l’économie française @unionhlm

Source : union-habitat.org

L'union sociale pour l'habitat

Présent sur le territoire depuis plus d’un siècle, le mouvement Hlm évolue de pair avec l’évolution économique, politique et humaine.

Indispensables, les Hlm le sont à plus d’un titre. Ils logent celles et ceux qui peinent à trouver un toit à un prix abordable, ils participent au dynamisme de l’économie française et ils sont essentiels à l’organisation de villes durables, soucieuses de mixité. Illustration en chiffres.

Chiffre HLM

4,8 millions de logements locatifs (4,5 millions) et de foyers (0,3 million) sont gérés quotidiennement par les quelques 723 organismes Hlm.

Près de 10 millions de personnes sont logées au sein du parc Hlm.

500 000 familles emménagent chaque année dans des logements neufs ou libérés par leurs occupants.

80 000 logements neufs et logements-foyers ont été mis en chantier en 2016.

14 400 logements ont été vendus en accession sociale à la propriété par les opérateurs Hlm en 2016. Par ailleurs, près de 7 700 logements locatifs ont été vendus à leurs locataires ou à d’autres personnes.

En savoir plus

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Les jardins partagés : Une tendance en plein essor !

Source : groupe3f.fr

Jardins

Depuis plus d’un dizaine d’années, les villes voient se développer des expériences de jardins collectifs. Un dispositif qui se concrétise par des actions locales portées par des associations, des municipalités et des collectifs d’habitants. Plus qu’un effet de mode, ces espaces sont reconnus comme permettant à la fois de changer la vie des locataires et des résidences, et de renforcer la place de la nature en ville.

En Île-de-France, plus d’une trentaine de jardins partagés ont déjà vu le jour dans les résidences de 3F et de nouveaux projets sont en cours.

Des jardins sous toutes leurs formes – jardins partagés, espaces cultivés en pied d’immeubles, jardins familiaux – sont également soutenus par les sociétés 3F en région, à Aussillon (81), L’Isle-d’Abeau (38), Oullins (69), Angers (49), Trélazé (49), Villeneuve-d’Ascq (59)…

En savoir plus

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Contexte économique de la semaine ! #Express_Placement

zoom-economique Macro : Au Royaume Uni, bien que le taux de chômage se soit maintenu à 4,6% en avril, la hausse des salaires continue de ralentir (+1,7% en avril vs +1,8% en mars). Par ailleurs, l’inflation annuelle a continué à accélérer en mai pour culminer à son rythme le plus élevé depuis juin 2013 à +2,9%, sous l’effet de la dépréciation de la livre sterling, qui renchérit les prix des produits importés. En conséquence, la consommation des ménages, moteur de l’économie britannique, montre des signes de ralentissement, reflétés des ventes au détail en recul de +4,2% sur un an en avril à +0,9% en mai.

Change : La BoE a maintenu sa politique monétaire inchangée ce jour. Toutefois, 3 des 8 membres ont voté pour une hausse du taux directeur, tandis qu’une opposition moins marquée était attendue. Après un recul à la suite des élections du 8/06, la livre sterling rebondi de +0,40% autour de 0,875 pour 1€.

Marchés de taux & crédit : La Réserve fédérale américaine a remonté comme attendu de 0,25% son principal taux directeur lors de son Comité de politique monétaire des 13 & 14 juin. La Fed considère que l’économie américaine va rebondir dès les prochains mois, que le marché de l’emploi reste robuste et qu’il ne fallait pas sur-interpréter le ralentissement récent de l’inflation. Elle précise que de nouvelles hausses de taux seront pertinentes dans les années à venir, dont une 3ème cette année. En parallèle, les banquiers centraux ont précisé leur stratégie de réduction de la taille de son bilan (diminution des réinvestissements de bons du Trésor et des titres hypothécaires par paliers) qui devrait débuter dans un « avenir relativement proche ». Les équipes de la Fed n’ont que très peu modifié leurs anticipations par rapport à mars, tablant sur une croissance de +2,2% (+0,1 pt), un taux de chômage de 4,3% (vs 4,5%) et une inflation de base de 1,7% (-0,2 pt) en 2017.

En savoir plus

@Institutionnels          @royojm              @AlexandraPoloce