Archives du blog

L’indice de référence des loyers s’élève à 130.59 au 3e trimestre 2020, en hausse de 0.46% en 1 an (source Insee)

Source : News Tank Cities

L’indice de référence des loyers s’élève à 130,59 au 3 trimestre 2020, en hausse de 0,46 % en glissement annuel, selon les chiffres de l’Insee, publiés le 15/10/2020. L’indice est en baisse par rapport au 2 trimestre 2020. Il se situe en dessous des 1 % pour le 4 trimestre consécutif. La hausse au 3 trimestre 2019 était de 1,20 % (indice : 129,99).

Consulter l’intégralité de l’article

Bâtiment : après la relance, le « reset » ? @fpi_fr

Source : FPI France

La relance de notre économie passe par celle du bâtiment, et en particulier celle de la construction neuve, créatrice d’emplois et de logements dont les français ont plus que jamais besoin.

Si l’on veut espérer sortir le plus vite possible le secteur de la promotion immobilière de la crise économique qui le touche de manière très violente, il y a pour moi deux conditions majeures :

  • donner envie d’acheter un logement neuf à ceux qui le peuvent dès maintenant (c’est le soutien de la demande)
  • avoir des grues dans le paysage en 2021 (c’est le soutien de l’emploi)

Pour ces deux raisons, le bâtiment neuf a besoin d’un plan de relance immédiat et la Fédération des promoteurs immobiliers vient d’achever la rédaction très détaillée de ses propositions.

Pour cela d’ailleurs, je remercie toutes nos instances pour leur participation active à l’élaboration du plan à mes côtés. Mais je suis convaincue que la crise nous invite à davantage qu’une relance et qu’elle réclame une réaction plus profonde, plus massive, plus radicale ; ce que j’appellerais plus audacieusement un « reset » de notre secteur, une réorganisation en profondeur autour des questions clés…

…Lire la suite

La Métropole Européenne de Lille engage un plan de relance économique massif @MEL_Lille

Source : Métropole européenne de Lille

Après la période de confinement liée à la crise sanitaire du COVID-19, la Métropole Européenne de Lille (MEL) engage un plan de relance exceptionnel de 66,1 M€ pour soutenir les entreprises, les artisans, les commerçants du territoire et les accompagner dans leur reprise d’activité. Il complète les mesures déjà engagées dès le début de la crise à hauteur de 14,6 M€.

L’arrêt momentané de nombreuses activités pendant le confinement a fragilisé des pans entiers de notre économie, et tout particulièrement l’économie de proximité comme les commerces, les cafés/hôtels/restaurants, les services aux personnes et aux entreprises, mais également l’industrie et le BTP.

Aujourd’hui, l’urgence est de réussir à maintenir l’activité de manière à préserver les emplois, notamment au sein des filières les plus impactées. Pour y parvenir, et après les premières mesures mises en œuvre au début du confinement, la MEL lance un plan de relance inédit de 66,1 M€ afin de venir en aide aux acteurs économiques en difficulté et favoriser leur reprise d’activité. Il vient en complémentarité des dispositifs mis en place par l’État et l’ensemble des acteurs institutionnels, dont la Région Hauts-de-France…

Accéder au dossier de presse

#Covid_19 : Synthèse des premières estimations des conséquences économiques @FedEpl @InseeFr

Source : lesepl.fr

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 aura des répercussions importantes sur l’économie mondiale. Différentes institutions publiques et privées se sont livrées à un exercice d’anticipation et de décryptage des conséquences à venir pour les différents acteurs économiques. Instructif.

La perte d’activité économique consécutive à la crise sanitaire et aux mesures prises par les organisations gouvernementales dans le monde sera substantielle. Elle aura notamment pour conséquence une augmentation des défaillances d’entreprises. Dans un pays qui sera moins touché par ce phénomène, les Epl françaises disposent toutefois d’atouts indéniables.

L’Insee confirme ses estimations du 26 mars de la perte d’activité économique

Dans son point de conjoncture du 9 avril, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a procédé à une actualisation de ses estimations des impacts de la crise économique et sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 et à une analyse plus détaillée. Elle a confirmé ses premières anticipations. L’activité économique française serait en proie à une baisse de 36 % par rapport à une situation normale. Un mois de confinement complet équivaudrait à une perte d’environ 3 points de croissance du Produit intérieur brut (PIB) annuel.

En savoir plus

Coronavirus et pétrole : double choc sur les marchés financiers @cmarkea @arkeaIS

Source : Arkea Investment Services

L’inquiétude sur les marchés s’est renforcée suite à la forte augmentation du nombre de personnes contaminées hors de Chine. Affectant de nombreux secteurs tels que le tourisme, le luxe, la technologie, l’automobile, les transports ou encore le secteur pétrolier, cette épidémie se développe alors que la conjoncture mondiale commençait à manifester des signes de redressement suite aux accords commerciaux USA-Chine signés mi-janvier. Le 07 mars, la décision surprise de l’OPEP d’augmenter sa production de pétrole a provoqué l’effondrement du prix du pétrole jusqu’à 33 dollars, renforçant l’anxiété des marchés.

Une économie qui souffre

Jusqu’à février, l’économie US se montrait résistante, les créations d’emplois se redressant et soutenant la consommation des ménages. Le secteur immobilier demeurait bien orienté grâce à la baisse des taux longs. Bien que moins ouverte à l’international, l’économie US commence, elle aussi, à subir les conséquences de l’augmentation de personnes contaminées. Cela devrait affecter la consommation des ménages (hôtellerie, luxe, tourisme) et l’investissement des entreprises notamment des secteurs technologiques (chaînes de production) et pétroliers (forte baisse récente du pétrole)…

Accéder à la suite de la newsletter