Archives du blog

Grenoble : en route vers 100 % d’énergies renouvelables pour 2033 ? @FedEpl

Source : Servir le public

Grenoble-Alpes-Métropole a pour projet de mettre en place un chauffage urbain alimenté à 100% par des énergies renouvelables pour 2033.

EPL-Servir-le-public

Le 1er juillet 2018, Grenoble-Alpes Métropole valide le nouveau contrat de délégation de service public (DSP) pour la gestion du chauffage urbain, le confiant, une nouvelle fois, à la Compagnie de chauffage intercommunale de l’agglomération grenobloise (CCIAG). Cette Saem présente, il est vrai, le profil idoine, forte d’un compagnonnage qui dure depuis le début des années 1960 ! Mais, dans un contexte de transition écologique particulièrement choyée par les élus grenoblois, la copie du délégataire historique de la métropole a fait l’objet d’une dissection poussée. Un argument de poids a fait pencher la balance : 87 % d’énergies renouvelables et de récupération composeront le mix énergétique de la CCIAG dès 2022 et 100 % à l’horizon 2033.

Pour ce faire, la Compagnie de chauffage a décidé de sensibiliser l’opinion publique en créant une nouvelle marque : MétroChaleur. La campagne de communication a été lancée début octobre pour marquer le fait que la métropole allait changer d’ère.

La suite de l’article ici…

Lire également :

Angers : la chaufferie urbaine à Monplaisir c’est pour bientôt ! @AngersAgglo @BanqueDesTerr @ENGIEgroup ‏

Source : Angers Loire Métropole

La société des énergies renouvelables de Monplaisir est née en préalable à la construction d’une chaufferie bois, qui permettra à partir d’octobre 2021 de chauffer et alimenter en eau chaude 2800 logements du quartier et l’ensemble des équipements.

Résultat de recherche d'images pour "angers loire métropole"

Il s’agissait, pour Angers Loire Métropole, Engie Réseaux et la Banque des territoires, de signer les statuts préalables à la création de la société qui aura la responsabilité, dans un premier temps, de construire la future chaufferie bois du quartier: la Société des énergies renouvelables de Monplaisir (Serem).

Cet équipement alimentera en chauffage et en eau chaude sanitaire 2800 logements du quartier ainsi que l’ensemble des équipements (écoles, piscine, gymnase…) et l’entreprise Scania. C’est d’ailleurs sur l’une de ses parcelles, située à l’angle des boulevards de l’Industrie et de Monplaisir, que la chauffera entrera en fonction en octobre 2021.

En savoir davantage…

 

Vision de Stéphane Keïta, PDG de la Scet, sur le défi climatique @SCET_Groupe @CadreVille

Source : SCET Groupe

Stéphane Keïta, Président – Directeur Général de SCET Groupe, a été interviewé par Cadre de ville à propos de la ville de demain et du défi climatique. Voici ci-dessous un extrait de l’interview :

scet cdc

Cadre de Ville – La SCET est l’un des piliers de la Banque des Territoires, déployée par la Caisse des Dépôts. Quelle vision y portez-vous de la ville de demain ? Et notamment la place qu’y occupe le défi climatique ?

Stéphane KeïtaPrendre la mesure de la transition écologique est un impératif pour la ville et les sociétés de demain. Lorsqu’on construit des solutions opérationnelles de requalification ou de revitalisation, dans les métropoles, les villes moyennes ou centres-bourgs, il est indispensable d’aborder la question de l’adaptation au changement climatique : nouvelles mobilités, sobriété foncière, rénovation énergétique, économie circulaire, développement des énergies renouvelables […]

CdV – Pour vous, quels sont, en conséquence, les enjeux pour les opérateurs urbains français – dont fait partie la Scet ?

S. K.Il me semble que l’enjeu principal aujourd’hui, c’est d’aider à construire le futur des villes et des territoires sous un angle nouveau et écologique, en tirant parti de la révolution numérique, qui met à notre disposition des millions de données […]

Voir l’interview intégrale de Stéphane Keïta

Lire aussi :

Altarea Cogedim : N°1 des sociétés cotées françaises au GRESB 2018 @altareacogedim @GRESB

Source : Altarea Cogedim

Le groupe Altarea Cogedim est classé numéro 1 des sociétés cotées françaises au GRESB 2018. Il maintient ainsi son statut de « Green Star » !

ALTAREA_COGEDIM

A l’occasion des résultats du GRESB 2018 (Global Real Estate Sustainability Benchmark), Altarea Cogedim confirme son statut de « Green star » et maintient sa position de n°1 des sociétés cotées en France. Le Groupe obtient la note globale de 92/100, venant saluer la stratégie RSE de l’entreprise. Ce classement atteste de sa performance dans la durée. Par ailleurs, Altarea Cogedim obtient la note A en transparence, un gage de qualité des publications institutionnelles, de fiabilité et d’exhaustivité du reporting RSE.

Le groupe Altarea Cogedim est également reconnu pour l’ensemble de ses activités en occupant la deuxième place sur l’ensemble des sociétés du Retail cotées dans le monde.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Retrouvez également :

Paris : un écoquartier dans l’ancien Hôpital Saint-Vincent-de-Paul @Demain_la_Ville @Paris

Source : Demain la ville

L’ancien Hôpital Saint-Vincent-de-Paul, situé dans le 14e arrondissement de Paris sera prochainement transformé en un écoquartier avec l’objectif de faire émerger un nouveau lieu de vie, un nouveau quartier durable.

Demain, l’ancien hôpital Saint-Vincent de Paul deviendra un quartier mixte avec des commerces, des équipements culturels, mais aussi une école et une crèche.

Dépasser le lieu pour l’émergence d’un nouveau quartier de vie
Le 14e arrondissement de Paris a été historiquement marqué par l’accueil d’un grand nombre d’établissements médico-sociaux. Né en 1800, l’hôpital de Saint-Vincent-de-Paul, connu pour être un hospice pour les enfants abandonnés et vulnérables, fait partie de cette histoire de Paris. Aujourd’hui, ce dernier est définitivement fermé pour laisser place à un projet ambitieux qui se veut exemplaire et démonstrateur des différentes ambitions de la capitale pour son développement urbain à venir.

Changer la ville pour changer les modes de vie
Plus que de préserver l’âme du site et une certaine vigilance pour garder son histoire et préserver l’architecture de ce lieu historique, la mairie de Paris souhaite voir demain émerger un quartier tourné vers l’avenir, dans lequel les habitants adopteront de nouveaux modes de vie, plus écologiques et responsables. Ainsi, le quartier cherchera à atteindre différentes ambitions écologiques, notamment en réduisant de 50 % les consommations, développera les mobilités douces, proposera des espaces verts éco-gérés.

Consulter la suite de l’article…

Retrouvez également :