Archives du blog

Commerce et e-commerce à l’heure du déconfinement dans la Métropole du Grand Paris @__Apur__ #GrandParis

Source : Apur

La crise sanitaire liée à la Covid-19 subie par les Français au printemps 2020 a contraint les commerçants et les consommateurs à s’adapter. Une partie de ces derniers ont modifié leurs habitudes d’achats. 

Les effets de la crise ont touché différemment les secteurs de la vente. Les commerces de première nécessité ont pu conserver une activité tandis que les autres secteurs n’ont pas pu ouvrir leurs magasins. Ainsi, seul un commerce sur quatre a été autorisé à ouvrir à Paris. Face à cette situation, le e-commerce s’est présenté comme une solution efficace pour respecter la distanciation sociale et maintenir une activité commerciale. Interrogés par l’Apur, des commerçants ayant choisi de vendre leurs produits sur internet expliquent comment ils l’ont mise en place. 

De leur côté, face aux restrictions sanitaires et au développement de ces services de livraison, les consommateurs ont dû modifier leurs comportements d’achat. Pour certains d’entre eux, cette période a été l’occasion de faire des courses sur internet pour la première fois. Pour comprendre comment les Grands Parisiens ont réagi face à ces nouveaux services commerciaux, l’Apur leur a adressé un questionnaire en ligne au cours du mois de mai 2020…

…En savoir plus

L’après-crise réconciliera les notions de e-commerce et de local @nexity #Enviesdeville

Source : Envies de ville by Nexity

Le jour d’après est une série d’interviews et de tribunes qui portent un regard sur les enseignements que nous pourrons tirer, demain, de la crise sanitaire que nous vivons actuellement. Quels nouveaux besoins, quels nouveaux usages et relations sociales s’organisent dans ce contexte sans précédent ? Comment les initiatives positives créées par cette situation inédite peuvent-elle constituer des enseignements durables pour plus d’urbanité et une meilleure qualité de vie en ville ? Urbanistes, sociologues, géographes, architectes, mais aussi start-upper nous éclairent de leurs regards multiples sur l’urbanité bousculée que nous vivons aujourd’hui, pour inspirer durablement celle de demain.

En quoi les acteurs de la logistique urbaine – comme Stuart – sont-ils devenus des maillons clés de la smart city en cette période de confinement ?

La logistique urbaine joue un rôle essentiel dans l’approvisionnement des commerces et des particuliers. Dans le spectre général de la logistique urbaine, la livraison à domicile permet de ravitailler la population en produits de première nécessité (denrées alimentaires, médicaments…). On circonscrit trop souvent la livraison à domicile en ville à des produits dits récréatifs ou de confort. Cette conception est réductrice.

Chez Stuart, nous avons mis notre plateforme au service des acteurs les plus touchés ou sollicités en renforçant notre collaboration avec les distributeurs alimentaires, petits commerçants et acteurs de la santé. Nous enregistrons une augmentation de 250% des livraisons de paniers de course et de 300% des livraisons de médicaments à domicile. Les places de marché locales partenaires de Stuart ont quant à elles multiplié leur nombre de livraisons par 10.

…Lire la suite…

Arkéa Banque E. & I. et Oxatis signent un partenariat @cmarkea @OxatisFr

Source : Arkea Banque Entreprises et Institutionnels

Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels et Oxatis signent un partenariat pour accélérer la transformation numérique des PME et le développement du e-commerce.

Donner aux PME les moyens de profiter des perspectives de croissance offertes par le e-commerce, c’est le sens de ce partenariat stratégique. Il conjugue l’expertise e-commerce d’Oxatis avec la confiance et la proximité client qui font la force d’Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, filiale du groupe Arkéa dédiée au financement des entreprises, des institutionnels et des professionnels de l’immobilier. Les responsables de clientèle de la banque, appuyés par l’expertise des équipes d’Oxatis, seront au cœur de ce dispositif innovant.

Malgré le caractère impératif de la transformation numérique dans l’ensemble des secteurs économiques, les PME françaises accusent un retard certain en la matière. Ainsi,à ce jour, seule 1 PME sur 8 a adopté une solution de vente en ligne.Or, entre le B2C et le B2B, celles-ci sont toutes concernées. Parmi les différents freins qu’elles rencontrent, figurent la complexité et la diversité des compétences à réunir pour assurer le succès de la mise en œuvre d’un outil e-commerce.
 
Une banque experte du e-commerce  
Face à ce constat, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, qui a positionné la thématique de la digitalisation des entreprises comme un axe stratégique prioritaire, a décidé d’agir. La Banque a noué un partenariat avec Oxatis, la solution e-commerce leader en Europe, pour offrir à ses clients les meilleurs conseils et outils leur permettant de saisir les opportunités de développement offertes par le e-commerce.

>>> Consulter le communiqué de presse

Qu’est ce que le e-commerce ? @cmarkea

Focus sur le e-commerce par Sophie Noël, Responsable e-commerce chez Arkea Banque E&I

 

Comment améliorer la performance logistique du e-commerce ? @iauidf

Source : IAU-IDF

Ce rapport synthétise les résultats de l’enquête réalisée auprès de 3 800 internautes franciliens de 15 à 75 ans grâce au soutien financier de la région Île-de-France. Près de 9 Franciliens sur 10 ont acheté au moins un produit ou un service au cours des 12 derniers mois.

Tout le monde achète en ligne, sur tout le territoire francilien que l’on vive en zone dense ou rurale, en logement individuel ou collectif. Voyages et loisirs, habillement, produits culturels sont les plus achetés sur internet. Pour les voyages/loisirs, la grande majorité des internautes a basculé la totalité de ses achats sur internet (60 %). En revanche, les produits de consommation courante (alimentaire, santé) sont encore peu concernés (moins de 10 %). La complémentarité entre internet et magasins est confirmée, en particulier pour l’habillement pour lequel un consonaute sur deux achète dans les deux circuits.

Si l’on considère les seuls achats internet ayant généré une livraison ce sont alors 8 internautes sur 10 qui sont concernés. La livraison à domicile est privilégiée. Elle prévaut pour ceux qui optent pour un seul mode, en particulier les inactifs. Elle est combinée avec le retrait en point relais quand le Francilien utilise deux formules. Globalement, plus on achète sur internet, plus on multiplie les modes de livraison. Ceux qui achètent le plus se font livrer davantage en magasin et moins à domicile ou en point relais. 

Des variations apparaissent entre territoires. Par exemple, on recourt davantage au point relais et au drive quand on s’éloigne de la zone centrale et on recourt davantage au bureau de poste à Paris. On se déplace à pied pour retirer son colis livré en point relais à Paris et en voiture en grande couronne. En revanche, les Franciliens choisissent un point relais à moins de 10 minutes à pied ou en voiture, qu’ils habitent en zone rurale ou en cœur d’agglomération. … en savoir plus….