Archives du blog

Olivier Noël, Fondateur de MaSuccession.fr et de Maretraite.fr répond aux questions du @blog_commerce

      Lisez cette brève sur Le blog du e-commerce 

 

Témoignage d’Olivier Noël, Fondateur de MaSuccession.fr et de Maretraite.fr

Dans tous les cas, retenez que distribuer ou diffuser ces nouveaux services financiers est désormais à la portée de tous les e-commerçants, en moins de 30 jours et quelques clics.”

Pouvez vous nous présenter Masuccession.fr ?

Il n’existait aucun intervenant sérieux, ou à minima industriel qui prenne en charge les particuliers souhaitant pouvoir appréhender leurs plus gros enjeux économiques.

Alors nous l’avons fait !

Nous avons tout mis en œuvre pour que les gens cessent de subir, leurs héritages ou leurs retraites car ils n’en connaissent pas les enjeux économiques et encore moins le moyen d’exploiter tous les droits qui sont à leur disposition.

Des milliers « d’héritiers » règlent tous les ans 13 Milliards d’€ de frais de succession, en partie pour rien…Notre technologie et nos expertises permettent de compresser par anticipation ce montant de 64 %, en moyenne ! Des milliers de futurs « retraités » ne savent pas si leurs revenus pendant les 28 ans de cette future très belle période sera de 654 326 € ou de 2 276 986 € !

Comme vous l’avez compris, s’organiser et appréhender ces deux sujets est important. D’autant plus que maintenant nous apportons toutes les solutions d’optimisations potentielles et surtout légales.

Nos serveurs gèrent désormais un peu plus de 4 Milliards de combinaisons potentiellement exploitables en matière de fiscalité, finance et d’organisations juridiques.

Cette superbe technologie nous permet d’obtenir un ratio : coût du service (99 €) Vs montant des économies produites pour nos clients de 80 000 € en moyenne. (via Masuccession.fr)

C’est ce même ratio qui explique nos résultats auprès de nos clients mais aussi des professionnels (banques & assurances) qui distribuent nos services à leurs clientèles.

Quels sont les enjeux entre les Fintech et le secteur du e commerce ?

Avec un gisement d’opportunités qui se construit sur les bases de l’incroyable inertie du secteur de la bancassurance en matière de digitalisation !

Nous partageons (e-commerce & Fintech) une même stratégie « clients », retenez que dans l’immédiat tout le secteur de la bancassurance reste campé sur son historique stratégie « produits ».

…lire la suite…

Le projet Rennes urban data interface (RUDI) obtient un cofinancement européen @metropolerennes

   Source : RENNES

Mardi 6 août 2019, la Commission européenne a présenté les 20 projets retenus dans le cadre de la 4ème édition de l’appel à projets Action urbaine innovante (Urban Innovative Action ou UIA) et les financements accordés pour ces projets innovants dans les domaines de la sécurité, du numérique, de l’environnement et de l’inclusion. Unique collectivité française lauréate, Rennes a été retenue pour son projet Rennes urban data interface (RUDI) avec un co-financement européen à hauteur de 80 % (soit 3,96 millions d’euros).

Une interface de données urbaines pour faciliter l’accès aux données

Le projet RUDI s’inscrit dans la continuité de la mise en place du service public métropolitain de la donnée (SPMD) initié à Rennes Métropole depuis 2017. L’enjeu de cette gouvernance partagée des données du territoire est de mettre en oeuvre un écosystème performant et favorable à la génération de nouveaux services numériques autour des valeurs du service public.

Le projet d’interface RUDI consiste à proposer un portail d’accès à des données et à des services, destiné aux citoyens, associations ou entreprises. Imaginé comme un « réseau social de données », il permettra aux porteurs de projets de développer des services innovants en leur donnant accès à des données venant d’acteurs et de sources multiples, y compris à des données personnelles libérées par les citoyens ayant donné leur consentement.

«  Depuis 2017 et la préfiguration du Service public métropolitain de la donnée, Rennes Métropole mène une véritable stratégie partenariale et collaborative autour de la donnée. Nous sommes très satisfaits que cette réflexion et notre travail sur les enjeux de la donnée aient retenus l’attention de la Commission européenne. C’est une véritable reconnaissance pour la collectivité et nos partenaires. « 

Isabelle Pellerin, vice-Présidente de Rennes Métropole déléguée à la recherche, à l’enseignement supérieur et à l’innovation.

…lire la suite…

Rennes Métropole lance ROAZ, le nouvel assistant virtuel de service public @metropolerennes #Roaz

Source : Rennes Métropole

La ville de Rennes et Rennes Métropole lancent un nouvel assistant virtuel de service public, Roaz, afin d’accompagner et de guider les citoyens dans leurs démarches administratives. Regardez la vidéo ci-dessous pour plus d’informations…

Robot conversationnel (ou « chatbot »), Roaz est un assistant virtuel de service public destiné à guider les usagers de A à Z dans leurs démarches administratives les plus fréquentes : actes d’état civil, cartes d’identité, passeports, inscriptions scolaires, PACS, inscriptions sur les listes électorales, recensement à 16 ans.

Sur l’ensemble de ces démarches, Roaz peut dialoguer avec l’usager à partir de questions fermées ou à choix multiple, afin de l’accompagner jusqu’à l’information dont il a besoin. Pour répondre, Roaz s’appuie sur les données ouvertes de Service-public.fr et sur l’expérience des services aux usagers de la ville de Rennes et de Rennes Métropole.
Ce nouvel outil, opérationnel 24h/24h, vient en complément de l’action du service des prestations administratives à la population (ouvert au public rue Victor-Hugo), déjà reconnu pour l’efficacité de son organisation (prises de rendez-vous et délais d’instruction).

En savoir plus

Lire aussi :

Grand Paris Sud : découvrez le territoire de Sénart en 3D @epasenart

Source : Epa Sénart

Sénart regroupe au total 10 communes (Cesson, Combs-la-Ville, Lieusaint, Moissy-Cramayel, Nandy, Réau, Savigny-le-Temple, Vert-Saint-Denis, Tigery et Saint-Pierre-du-Perray) qui appartiennent à la Communauté d’Agglomération « Grand Paris Sud ». Découvrez le territoire en 3D grâce à la carte interactive ci-dessous… 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir Sénart en 3D 

Epa Sénart 3D

Sénart a répondu à de nombreux défis et en particulier celui de réguler et d’organiser une croissance urbaine spontanée en seconde couronne de la région parisienne et d’accueillir une partie de la croissance démographique régionale. Sénart tend à équilibrer le développement résidentiel par un développement économique dynamique grâce à un travail collaboratif des acteurs locaux qui est de convaincre des opérateurs économiques importants et innovants de s’installer sur son territoire à l’identité reconnue de ville « verte ».

Quelques chiffres clés sur Sénart :
– 124 865 habitants dont 61 641 actifs, une des populations les plus jeunes d’Ile-de-France
– 46 552 logements dont 2/3 de maisons individuelles
– 2 quartiers en renouvellement urbain
– 6 267 entreprises et 42 754 emplois
– 1 000 emplois créés chaque année

Plus d’infos sur Sénart ici…

Lire aussi :

Livre Blanc : l’usage des outils numériques dans la santé @laFHF

Source : FHF

La FHF a apporté sa contribution au Livre Blanc portant sur l’usage des outils numériques dans la transformation des organisations de santé.
Ce Livre Blanc réunit des acteurs de toute la société qui ont exprimé leur vision et 
leurs préoccupations relatives à la révolution annoncée par la dématérialisation en santé.

FHF pays de la Loire

La députée Brigitte Bourguignon, présidente de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, défend l’émancipation sociale, la dignité sociale et l’égalité, notamment pour les femmes. Dans la santé, l’un de ses territoires de prédilection, ces objectifs relèvent de l’intérêt général au-delà des aspects partisans.  Elle permet d’accompagner et de porter une initiative collaborative novatrice à laquelle participe la FHF : partager les points de vue sur la contribution potentielle des outils numériques dans la transformation des organisations de santé.

Voici un extrait de l’ouvrage :
« L’émergence rapide des technologies de la connaissance connectée et partagée est considérée comme la troisième révolution industrielle ; celle de l’intelligence après celle de la mécanisation, de la production de masse et de l’automation. Les outils numériques connectés font désormais partie de nos activités personnelles et professionnelles ; la santé – en tant que service dématérialisé – est le prochain domaine d’impact systémique. »

« Les outils numériques, à leur place, peuvent contribuer à maintenir notre modèle de protection sociale et sanitaire solidaire. Pour ce faire, les technologies digitales doivent être utiles à la santé publique en répondant aux besoins des patients et aux usages des soignants. Il est nécessaire qu’elles préservent la confidentialité des données personnelles, qu’elles assurent le fonctionnement des systèmes de prise en charge.
Nous assistons à une transition très rapide des usages qui requiert une adaptation – possiblement difficile – pour les citoyens et les professionnels de santé. Il faut veiller à ne pas oublier les plus fragiles que sont les personnes dépendantes, les handicapés, les habitants des zones mal desservies dites zones blanches. D’autre part, les offreurs de services publics ou privés doivent impérativement sécuriser leur système numérique et les adapter à l’usage des patients. »

>>> Consulter le Livre Blanc

Lire aussi :