Archives du blog

Immobilier et open data : découvrez le prix de vente de tous les logements de France @servicepublicfr #DVF

Source : Service Public

La Direction générale des finances publiques (DGFiP), a lancé une nouvelle application « Demande de valeur foncière » permettant de connaitre la valeur immobilière et foncière de toutes les transactions qui ont eu lieu depuis 5 ans. 

service public

Cette application de visualisation cartographique des données immobilières repose sur la base « demandes de valeurs foncières » (DVF) qui recense  :

  • les ventes de bien (achat d’une parcelle, d’un appartement ou d’une maison) ;
  • les ventes en l’état futur d’achèvement (aussi appelées « vente sur plan ») ;
  • les ventes de terrain à bâtir ;
  • les échanges de parcelles ;
  • les adjudications (ventes aux enchères) ;
  • les expropriations.

Une fois sur l’application, vous choisissez le département et la commune qui vous intéresse. Ensuite, grâce à l’outil cartographique, vous pouvez retrouver les différentes ventes ayant eu lieu récemment avec des précisions notamment sur le type de bien vendu, la surface, le prix brut et la date de la transaction.

Cliquez ici pour découvrir cette nouvelle application

Lire également :

ALERTE : vos cotisations vont migrer au prélèvement SEPA

Le télérèglement, moyen de paiement dédié aux règlements interentreprises va disparaître le 1er février 2016 et sera remplacé par le prélèvement Sepa  CORE ou prélèvement Sepa interentreprises (SDD B2B). Les organismes de la sphère publique et sociale (AGIRC-ARRCO, URSSAF, DGFIP et DGDDI) ont opté pour la migration au prélèvement SEPA interentreprises.

Pour ce dernier, pensez à bien transmettre à la banque dans laquelle le prélèvement est domicilié votre mandat signé, pour la bonne réalisation de l’opération.

…en savoir plus…

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Dématérialisation de la chaine comptable, les élus témoignent

Découvrez le film qui démonte quelques idées reçues sur le sujet…

« La dématérialisation, c’est trop compliqué pour les petites communes ! » « Cela va nous coûter cher pour nous rapporter quoi ? » Pour dissiper les inquiétudes manifestées, ici ou là, devant la perspective de dématérialiser les échanges de données comptables avec la direction générale des Finances publiques (DGFiP), cette dernière a choisi de donner la parole à des élus locaux et à des fonctionnaires territoriaux qui ont déjà franchi le pas. En moins de cinq minutes, un petit film monté sous forme de micro-trottoir raconte l’expérience en ce domaine de six collectivités très différentes, d’une petite commune de 270 habitants jusqu’à un conseil général. Outre l’adoption du nouveau protocole informatique PES V2 bien avant la date-butoir du 1er janvier 2015, cinq de ces collectivités travaillent désormais en « full-démat », c’est-à-dire n’envoient plus aucun papier à leur comptable : les bordereaux de mandats et de titres sont signés électroniquement, et les pièces justificatives de recette et de dépense partent vers la DGFiP en version numérique.

 Source : www.collectivites-locales.gouv.fr

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Les Finances des Collectivités Locales en 2014

????????????????

Le rapport de l’Observatoire des finances locales dresse depuis maintenant dix-neuf ans un état des lieux des finances locales, avec pour objectif de nourrir le débat entre les parties prenantes.

Après la vue d’ensemble sur les années 2013 et 2014, l’analyse détaillée des finances des collectivités suit classiquement la nature des opérations budgétaires.

Chaque niveau de collectivité (secteur communal, département et région) fait ensuite l’objet d’une fiche.

Les annexes permettent d’analyser en profondeur les thèmes essentiels et d’en présenter les principaux résultats. Certaines reprennent et développent les points abordés dans le commentaire d’ensemble.

La lecture du rapport peut donc se faire par deux entrées distinctes : le commentaire d’ensemble ou les annexes.

  • Les informations sur l’exercice 2013, issues de la comptabilité publique et de la comptabilité nationale, sont des premiers résultats, sujets à réajustements.
  • Les informations sur l’exercice 2014 sont des prévisions ou des estimations à interpréter avec prudence. Elles reposent pour certaines d’entre elles sur les inscriptions aux budgets primitifs (départements, régions), dont on sait l’écart avec les réalisations.
    Afin de faciliter la lecture de l’analyse financière d’ensemble, ces informations sur 2014 sont signalées par un filet bleu.
  • Les volumes ou croissances indiqués pour l’ensemble des collectivités locales ne reposent pas sur des consolidations des comptes locaux, en ce sens qu’ils ne neutralisent pas les transferts entre collectivités. Toutefois, lorsque des montants de dépenses et de recettes sont agrégés pour les communes et les groupements à fiscalité propre, le total est neutralisé des reversements de fiscalité des groupements vers les communes.

Les principales sources d’informations sont issues de la Direction générale des finances publiques (DGFiP), de l’Insee et de la Direction générale des collectivités locales (DGCL).

D’autres sources, trop nombreuses pour être citées ici, ont été utilisées pour ce document, elles sont
citées individuellement lors de leur utilisation.

Télécharger le rapport de l’observatoire des finances locales 2014

.

>Source : www.collectivites-locales.gouv.fr

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

La DGFIP publie son rapport d’activité 2012

DGFIPBruno BÉZARD,
Directeur général des Finances publiques

« Le bilan des actions de l’année écoulée, objet de ce rapport d’activité, est un exercice habituel mais essentiel pour la Direction générale des Finances publiques (DGFiP). Comme pour toute administration, il est, simplement et légitimement, l’occasion de rendre compte à nos concitoyens de notre action et de l’accomplissement des missions qui nous sont confiées.
S’agissant de la DGFiP, ce rapport illustrera la variété et l’importance de ses missions, missions fiscales de gestion et de contrôle, missions de gestion publique au service de l’État et du secteur public local. Sa lecture permettra également et surtout d’apprécier la qualité du travail accompli, en donnant la mesure de nos performances dans chacun de nos métiers. Lire la suite