Archives du blog

Domofrance : retour sur les actions phares d’innovation sociale menées en 2018 @Domofrance @ActionLogement

Source : Domofrance

L’innovation sociale chez Domofrance, filiale du Groupe Action Logement, fait partie des ambitions du projet stratégique d’entreprise PEPSE 2019-2023. Retour sur toutes les actions phares menées en 2018 par Domofrance en matière d’innovation sociale (éducation, emploi, développement économique, accessibilité, soutien aux initiatives locales…)

Domofrance

Éducation et orientation scolaire :
– Participation au Forum de l’Emploi de Cenon
– Présentation des métiers du logement social dans un lycée professionnel de Bordeaux-Chartrons
– Formation à la diversité culturelle dans les relations professionnelles : 9 collaborateurs Domofrance formés
– Accueil de 28 stagiaires au siège et dans les agences de Domofrance

 Emploi, insertion, formation :
– 34 649 heures de clauses d’insertion au bénéfice de 185 personnes soit 22 Equivalent Temps Plein (ETP) sur l’année
– 3 chantiers d’insertion à Talence Thouars, Bordeaux-Les Aubiers et Lormont Génicart
– 11 chantiers jeunes
– 2,9 millions d’euros de chiffre d’affaires confié aux structures de l’économie sociale et solidaire en 2018
Formation au métier de gardien pour 12 candidats en insertion sociale

 Développement économique :
– Co-création de l’association VRAC qui rend accessibles des produits de qualité à prix abordable aux habitants des quartiers prioritaires
– Soutien à la création de la startup Alogia : accompagnement de personnes âgées

 Services de proximité, accessibilité aux produits et services de l’entreprise :
– Accueil d’entreprises dans des locaux d’activité situés en Quartier Prioritaire de la Ville (QPV), des hôtes d’entreprises …
– Dispositifs de médiation
– Partenariat avec l’association ARI pour l’accompagnement des locataires présentant des troubles psychiatriques
– Mise en œuvre de 3 chantiers d’intérêt général à Mérignac Yser et Pont de Madame, Bordeaux Leybardie/Lombard et résidence Saint-Jean.

Toutes les actions à voir ici…

Lire également :

EPF Île-de-France publie son rapport d’activité 2018 @EPF_IDF

Source : EPF Ile-de-France

L’EPF Île-de-France, l’Etablissement public foncier d’Île-de-France, est l’opérateur public foncier des collectivités franciliennes. Il contribue au développement de l’offre de logements et au soutien du développement économique, par la production de foncier constructible. Découvrez son rapport d’activité 2018 !

EPF Île-de-France (EPFIF)

Choc d’offres foncières sur le marché du logement francilien
Créé à la fin de l’année 2006, l’Établissement Public Foncier d’Ile-de-France est devenu en une décennie un acteur majeur des territoires en raison de la puissance de son intervention, du portefeuille foncier qu’il a constitué et du réseau partenarial unique de collectivités franciliennes qu’il a noué au fil des années. Son expertise des prix du marché, de la négociation avec les propriétaires et de la transformation foncière lui permet d’acquérir des terrains dans les périmètres définis avec les collectivités locales. Tout au long de la durée de portage, la collectivité dispose du temps nécessaire pour définir, en lien avec les opérateurs, le nouveau projet immobilier. La vente des terrains s’effectue au prix de revient sans percevoir ni bénéfice, ni rémunération de sorte de ne pas contribuer à l’inflation du prix de vente des logements mais au contraire afin de créer de nouvelles références de prix plus basses. Les opérateurs immobiliers privés, les bailleurs sociaux et aménageurs sont systématiquement désignés par la collectivité.

Aujourd’hui, l’EPF Ile-de-France couvre tous les départements franciliens, Ses interventions concernent principalement les tissus urbains constitués, en raison de la nature même de sa mission, et s’étendent sur l’ensemble du territoire régional. En 2018, le niveau de ses cessions a atteint un pic historique en dépassant le seuil des 7000 logements générés.

>>>> Consulter le rapport annuel 2018

Lire également :

Innovation : la Région Grand-Est lance son plan Intelligence Artificielle @regiongrandest #IA

Source : Région Grand-Est

Dans le cadre de l’événement « 360 possibles – Innovons ensemble dans le Grand Est », Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a présenté le 26 juin 2019 à Strasbourg, le Plan régional en faveur de l’Intelligence Artificielle (IA), à l’occasion d’une rencontre transfrontalière autour de l’intelligence artificielle.

Le site internet de la Région Grand Est

Enjeu de territoire, d’attractivité et de développement économique, le Plan Intelligence Artificielle de la Région, élaboré en lien avec l’Agence Régionale d’Innovation, Grand E-nov, en co-construction avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème (académiques, privés, institutionnels, etc.), s’inscrit dans le projet de « Smart Région » et de structuration de la filière numérique. Il concerne trois filières prioritaires du SRDEII que sont l’Industrie du Futur, la bioéconomie et la santé.

Le plan adopté en séance plénière le 20 juin 2019, s’articule autour de 6 axes :
– booster la compétitivité des entreprises par l’intelligence artificielle,
– soutenir l’excellence scientifique en intelligence artificielle et assurer son rayonnement et sa valorisation,
– dynamiser les startups depuis la formulation d’une idée jusqu’à la levée du premier million d’euros, en fédérant tous les acteurs de l’entrepreneuriat,
– développer les compétences en IA afin de répondre aux besoins croissants des entreprises en s’appuyant sur des formations en ligne ainsi que des nouveaux cursus et écoles dédiés,
– garantir une intelligence artificielle éthique, transparente, inclusive.

Un institut régional « Grand Est 4 IA » va être créé afin de fédérer la communauté IA du Grand Est réunissant des chercheurs des Universités de Haute-Alsace, de Strasbourg, de Lorraine, de Reims Champagne-Ardenne et de Troyes, ainsi que les entreprises (ETI, PME ou start-ups) engagées à leurs côtés. Cet institut a également vocation à proposer un espace de rencontre favorisant la valorisation et la co-innovation et à promouvoir le territoire régional pour le rendre visible et attractif au niveau européen et international.

Plus d’infos ici…

Lire aussi :

Angers Loire Développement : retour sur les temps forts de 2018 @Angers_ALDEV

Source : ALDEV

L’ALDEV, l’agence de développement économique de la communauté urbaine Angers Loire Métropole, a publié son rapport d’activité 2018. Découvrez les chiffres clés de l’année, la nouvelle organisation, le budget, ainsi que toutes les actions de l’ALDEV durant 2018…

aldev-logo

– UNE ANNÉE HISTORIQUE EN MATIÈRE D’IMPLANTATIONS
Du jamais vu depuis plus de 20 ans pour l’implantation d’entreprises exogènes, 19 implantations généreront 1 438 emplois à horizon 3 ans et 1 688 à 5 ans
– DES ENTREPRISES LOCALES BIEN ACCOMPAGNÉES ET CRÉATRICES D’EMPLOIS
188 projets de développement, création ou reprise d’entreprises installées sur Angers Loire Métropole ont abouti avec, à la clé, 521 emplois
– LES ACTIONS EN FAVEUR DU RETOUR À L’EMPLOI PORTENT LEURS FRUITS
2330 habitants d’Angers Loire Métropole ont trouvé ou retrouvé un emploi après avoir bénéficié d’un programme d’accompagnement auquel participe Aldev
– L’AVENIR ÉCONOMIQUE DU TERRITOIRE SE PRÉPARE EN ACCOMPAGNANT LES FILIÈRES
34 projets des filières d’excellence ou d’avenir du territoire ont été accompagnés
– DES FINANCEMENTS ATTRIBUÉS AUX ENTREPRISES QUI SE DÉVELOPPENT
74 entreprises accompagnées par Aldev ont reçu pour leur développement un soutien financier (subvention ou prêt)
– DES MARCHÉS FONCIER ET IMMOBILIER DYNAMIQUES ET PROMETTEURS
10 cessions foncières, soit 1,8 ha pour 0,6 M€. 15 parcelles sous compromis de vente, soit 29,6 ha pour 6,9 M€. 4 biens immobiliers vendus pour 1,9 M€

Implantations : année record
Depuis 2006 et l’implantation de Soviba/Elivia, le territoire angevin n’avait connu aucune annonce d’implantation affichant au moins 300 créations d’emplois. Et auparavant, pour retrouver une telle nouvelle, il fallait remonter à l’an 2000 avec l’annonce de l’arrivée de Stream (Concentrix) et à 1990 avec celle de Scania. Tout cela pour donner la mesure de l’incroyable année 2018 en matière d’implantations et d’annonces de créations d’emplois. Au cours de ces douze mois, c’est tout simplement trois annonces d’implantations majeures qui ont été faites.
Action, le leader européen de la distribution discount de produits non alimentaires, va construire sa plate-forme de distribution à destination de ses magasins du Grand Ouest. Plus de 500 emplois sont attendus.
Verisure, leader européen des alarmes connectées, a annoncé l’ouverture d’un centre de télésurveillance, qui, avec ses 500 emplois, a vocation à devenir le plus grand centre français.

Plus d’infos ici…

Lire aussi :

Création d’un fonds d’investissement immobilier dédié aux tiers-lieux et espaces de coworking @AnruOfficiel

Source : ANRU

Le 17 juin dernier, le fonds de co-investissement de l’ANRU et Amundi ont crée un fonds d’investissement dédié aux tiers-lieux et aux espaces de coworking, dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Anru

Le fonds de co-investissement de l’ANRU utilise le levier de l’investissement immobilier pour contribuer à la mixité fonctionnelle des quartiers concernés par la politique de la Ville. Il participe ainsi à améliorer leur image, renforcer leur attractivité, favoriser le développement économique et l’emploi et améliorer la qualité de vie des habitants. Il a rapidement identifié l’investissement dans les tiers-lieux et centres de coworking comme un outil lui permettant d’atteindre ses objectifs.

Les tiers-lieux et le coworking, en tant qu’instrument du développement économique, mode d’hébergement des entreprises, d’appartenance à une communauté et de capacité d’accompagnement des entrepreneurs, n’ont plus à démontrer leurs vertus. Pour proposer des formules attractives en termes de prix, être accessibles au plus grand nombre et offrir des services de qualité, les exploitants ont pour enjeu prioritaire de bénéficier d’un immobilier à des prix adaptés.
Amundi, acteur pionnier de l’investissement socialement responsable (ISR) et le Fonds de co-investissement de l’ANRU, ont donc signé aujourd’hui une déclaration d’engagement pour la création avant fin 2019 de ce fonds doté de 50 millions d’euros dédié à l’émergence de tiers-lieux et d’espaces de coworking dans les territoires. Ce fonds aura pour vocation de porter les murs de plusieurs dizaines de tiers-lieux et d’espaces de coworking en QPV. Ces acquisitions devraient intervenir dès le deuxième semestre 2019 et être réalisées dans un délai de 2 ans. Une vingtaine de projets répondant aux critères du fonds coworking ont d’ores et déjà été identifiés dans toute la France et certains sont actuellement en cours d’analyse.

Consulter et télécharger le communiqué de presse

Lire aussi :