Archives du blog

Dépenses en Travaux Publics : quelles sont les métropoles les plus dynamiques ? @FNTP_info

Source : FNTP

En cette dernière année pleine du cycle électoral pour le bloc communal, les métropoles font preuve de dynamisme avec une hausse de 6% des dépenses TP inscrites dans leurs budgets primitifs 2019.

logo fntp

Des dépenses TP dynamiques en 2019
D’après l’analyse des budgets primitifs 2019 de 19 métropoles (hors MGP, Aix-Marseille-Provence et Tours), les dépenses en Travaux Publics devraient progresser de +6% et représenter 3,2 Md€ faisant de cet échelon territorial un maître d’ouvrage incontournable pour le secteur.
L’ensemble des composantes des dépenses TP et l’ensemble des domaines d’intervention profiteront de cette dynamique.
– La part travaux de l’investissement direct affiche une croissance proche de 5% et totalise près de 2,8 Md€ d’investissement. Les subventions bondissent de plus de 26% mais sur une base peu élevée de 236 M€. Enfin, les dépenses d’entretien s’établissent à 180 M€ en hausse de 3,1%.
– Les transports, la voirie, l’eau & assainissement, les aménagements et l’énergie, environnement, déchets sont tous en augmentation mais sur des bases très variables. Les transports et la voirie représentent 69% des dépenses TP et progressent respectivement de +4% et +3%.

Évolution des dépenses TP par métropole :
– Toulon Provence Méditerranée : 132 %
– Saint Etienne Métropole : 111 %
– Clermont Auvergne Métropole : 37 %
– Grand Lyon : 33%
– Métropole du Grand Nancy : 30 %
– Metz Métropole : 28 %

Lire la suite…

Lire aussi :

Les collectivités maintiennent la pression sur les dépenses de personnels @localtis

Source : Caisse des Dépôts des Territoires

Les politiques d’emploi et de gestion des personnels conduites par les collectivités territoriales demeurent placées sous le signe de la rigueur, révèle le baromètre « HoRHizons », que les associations d’élus locaux et les institutions de la fonction publique territoriale ont dévoilé ce 10 octobre.

Les dépenses de personnels continuent de progresser, principalement du fait de décisions unilatérales prises par l’Etat, critiquent les élus locaux. Les perspectives de recrutement dans le secteur sont en léger progrès.

Alors que les dotations de l’Etat aux collectivités territoriales ont baissé en 2017 pour la quatrième année consécutive, la recherche d’économies s’impose encore aux politiques de ressources humaines des collectivités territoriales.

C’est ce que révèle la troisième édition du baromètre des ressources humaines de la fonction publique territoriale initié par les associations d’élus locaux (Association des maires de France, Assemblée des départements de France, Régions de France), en partenariat avec la Fédération nationale des centres de gestion (FNCDG) et le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT).

Avec des contraintes inédites sur leurs budgets, les collectivités territoriales surveillent de très près l’évolution de leur masse salariale. 51% des 805 collectivités de tous types et de toutes tailles (mais constituées aux trois quarts par des communes) ayant répondu en juin et juillet derniers par téléphone à l’enquête conduite par l’institut CSA parviennent à stabiliser celle-ci par rapport à 2016 et 12% la réduisent. Cet objectif conduit beaucoup d’entre elles à geler les recrutements. Seulement 26% des répondants ont déclaré envisager recruter en 2018. Autre levier à la disposition des collectivités : le non-remplacement de tous les départs à la retraite. 46% d’entre elles comptent s’en servir (avec 14% de collectivités ne sachant pas si elles l’utiliseront), mais ce taux grimpe à plus de 70% lorsque les communes comptent plus de 3.500 habitants.

Les non-remplacements virent parfois au casse-tête…en savoir plus…

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Réduire sa consommation d’énergie avec @nexity

Source : Nexity

nexity

Nexity accompagne les copropriétaires dans leur démarche d’économie d’énergie et défend leur pouvoir d’achat.

Réduire la consommation d’énergie est synonyme de réduction des dépenses ! C’est le pari que veut gagner Nexity dans le cadre de sa démarche auprès des copropriétaires.

« Nexity, en tant que syndic de copropriétés, s’inscrit au quotidien au cœur des enjeux de société. À ce titre, nous sommes particulièrement vigilant au coût d’usage du logement. Nous sommes engagés depuis plusieurs années dans une démarche active de réduction des charges énergétiques. Synonymes de gain de pouvoir d’achat, d’amélioration du confort de vie et de valorisation des copropriétés. Et au final, de mieux vivre ensemble. » soutient Frédéric Verdavaine, Directeur général adjoint de Nexity, Président des activités de services immobiliers aux particuliers de Nexity.

Négociation de tarifs préférentiels pour le gaz : de 5.5% jusqu’à 13% d’économie avec des contrats à prix indexés

Depuis la libéralisation des marchés de l’énergie, les copropriétés équipées d’un système de production de chaleur collectif ont l’obligation de souscrire un contrat de fourniture de gaz en offre de marché.

Nexity, groupe national, présent partout en France a négocié pour ses clients copropriétaires des contrats cadres préférentiels :

  • Gaz Européen, partenaire de Nexity depuis 2013 pour les contrats à prix indexés, propose des contrats pour une durée de 1 à 5 ans, résiliables sous 60 jours, sur la base d’une réduction de -5,5% sur le prix unitaire du tarif réglementé B1 en vigueur pour chaque MWh consommé + une bonification tarifaire régionale accordées en fonction du nombre de copropriété souscrivant au contrat de fourniture de gaz, pouvant aller jusqu’à -10% en cumul.
  • ENGIE propose une offre indexée sur la formule tarifaire validée par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) et qui sert à la détermination des tarifs réglementés de vente de gaz naturel. L’économie résultante, qui varie selon le profil de consommation des copropriétés et leur localisation géographique, correspond à une baisse de l’ordre de -8% à -13% par rapport aux tarifs réglementés en date d’avril 2017.

En savoir plus

 

Lire aussi :

 

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Collectivités locales : trop de dépenses inutiles?

Les Français pensent que leurs maires font trop de dépenses inutiles et qu’ils pourront très bien faire face aux baisses de dotations de l’Etat


Source : Odaxa

Oui, les Français ont une bonne image de leurs maires, mais un rude challenge attend toutefois les maires de France à l’occasion de leur salon annuel prévu à la fin du mois : les Français pensent qu’ils font trop de dépenses inutiles et, du coup, sont de plus en plus persuadés que les communes pourront très bien se débrouiller avec la baisse de dotations de l’Etat sans augmenter leurs tarifs ni leurs impôts. Bref, faire aussi bien voire plus avec moins.

Charge aux maires de renverser la vapeur et de finalement remporter la bataille de la communication à ce sujet …

Voici les principaux enseignements de cette enquête :

1 – Une majorité de plus en plus importante de Français (55% contre 44%) pense que les communes pourront très bien faire face aux baisses de dotations de l’Etat sans augmenter leurs tarifs ni leurs impôts

2 – C’est que pour 80% des Français, les communes font « trop de dépenses inutiles » et nombreux sont ceux qui pensent qu’il existerait des solutions simples (fusions de communes notamment) pour faire des économies…en savoir plus…

Les français inégaux face à la précarité énergétique

Selon une étude du CREDOC publiée le jeudi 7 mars 2013, les Français ne sont pas égaux face à la dépense énergétique, pour des raisons qui ne tiennent pas uniquement au niveau de revenu. Les Français les plus vulnérables au renchérissement du coût des énergies sont ceux qui cumulent à la fois un habitat à mauvaise efficacité thermique et un éloignement des commerces et services.

Lire la suite