Archives du blog

Le coût du remboursement anticipé d’un crédit immobilier @SeLoger

Source : Se Loger

Vouloir rembourser son prêt immobilier de façon anticipée, n’est pas forcément la meilleure chose à faire. Cela entraîne des pénalités, représentant un pourcentage du montant restant à rembourser.

A combien s’élèvent les pénalités de remboursement d’un crédit ?

Le remboursement anticipé désigne le remboursement total ou partiel d’un crédit immobilier, pouvant notamment intervenir en cas de vente d’un bien ou d’une rentrée d’argent imprévue. Il peut occasionner des frais, appelés Indemnité de Remboursement Anticipé (IRA) ou Pénalité de Remboursement Anticipé (PRA). Cette indemnité de remboursement anticipé doit être fixée lors de la signature du contrat de prêt. Elle représente au maximum 3 % du capital restant dû, c’est-à-dire ce qu’il reste à rembourser au moment où lemprunteur décide de rembourser par anticipation, ou à 6 mois d’intérêts. En cas de prêt immobilier à taux variable ou mixte, cette pénalité peut être majorée des intérêts compensateurs. Dans le cadre d’un remboursement partiel, le contrat de prêt immobilier peut prévoir une valeur minimale de remboursement fixée à maximum 10 % du montant initial du prêt. Les indemnités de remboursement anticipé sont négociables avant la signature du contrat de prêt ou au moment où l’emprunteur souhaite rembourser.

Comment calculer les frais de remboursement de votre prêt immobilier ?

Dans le cas d’un remboursement partiel, c’est l’emprunteur qui décide du montant de son remboursement anticipé. En revanche, la totalité du capital restant dû doit être versée lorsqu’il s’agit d’un remboursement total. Si l’emprunteur souhaite réaliser le calcul de sa pénalité de remboursement anticipé, il doit dans un premier temps évaluer son capital restant dû et le montant de ses intérêts mois par mois en simulant son tableau d’amortissement. Il pourra déterminer le capital restant dû après le paiement de la dernière échéance mensuelle et multiplier ce capital par 3 %. Il pourra ainsi connaître le montant maximum de son indemnité de remboursement anticipé (IRA). En se reportant au tableau d’amortissement, l’emprunteur doit également repérer et additionner le montant mensuel des intérêts des 6 mensualités suivantes. En effet, le montant de l’indemnité demandée par la banque prêteuse correspondra au plus faible des 2 montants : 3 % du capital restant ou 6 mois d’indemnités.

En savoir plus

Immobilier : quelles prévisions pour fin 2019 et 2020 ? @pap_fr

Source : PAP

Malgré une forte hausse des prix, le marché de l’immobilier se porte plutôt bien en de début d’année. Cependant, cette tendance va-t-elle encore durer longtemps ? Quelles sont les prévisions pour la fin de l’année 2019 ? Quelles perspectives pour 2020 ?

Résultat de recherche d'images pour "pap"

Crédit : les taux immobiliers vont-ils remonter ?
L’emprunt toujours moins cher. Entre la fin 2012 et la mi-2019, le taux immobilier moyen toutes durées confondues est passé de 3,21% à 1,20% hors assurances selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Une baisse liée à la politique accommodante de la Banque centrale européenne (BCE), à la chute des indices financiers et à la concurrence entre les banques. Elles se servent du crédit immobilier pour attirer de nouveaux clients et sont même prêtes à accorder des rabais aux meilleurs profils

Logement : l’euphorie sur le marché de l’ancien va-t-elle durer ?
Toujours plus de transactions : un fort engouement pour la pierre dopé par des taux d’intérêt ultra bas : « le marché de l’ancien à plein régime » signalent les Notaires de France dans leur dernière note de conjoncture. « Avec 985 000 mutations réalisées sur douze mois à fin mars 2019, le volume annuel des transactions dans l’ancien reste à un niveau historiquement haut » précisent-ils dans ce document qui porte sur les données enregistrées ce printemps.
– Le marché trouve du crédit : depuis, la dégringolade des taux s’est poursuivie. L’envie d’acheter ne s’est pas démentie. Les banques, pour soutenir la demande, ont continué à assouplir certains de leurs critères. Entre autres exemples, les durées de crédit s’allongent (20 ans et 9 mois au premier semestre 2019, le plus haut niveau jamais observé selon la banque de France). Et le taux d’apport personnel baisse de 6,9% sur les sept premiers mois de 2019 d’après Crédit Logement/CSA.
– Les prix de l’immobilier augmentent : Avec des taux historiquement bas et une très forte demande, les prix ne peuvent que monter. Une hausse que les Notaires de France chiffrent à 3,7% pour les appartements et à 2,5% pour les maisons sur douze mois à fin mars dernier. D’après leurs indicateurs avancés, la hausse annuelle à fin août 2019 atteindrait 4,5% en collectif et 2,6% en individuel. Bref, la hausse des prix de l’ancien va rester d’actualité en 2019.

Plus d’informations…

Lire également :

Immobilier : tous les voyants sont au vert ! @Galivel

Source : Galivel 

Les taux de crédit immobilier ne cessent de baisser encore en ce mois de juillet, permettant ainsi l’accession à la propriété pour tous. En effet, le taux moyen appliqué en juin sur 20 ans était de 1,08% pour la clientèle Cafpi (0,63% sur 10 ans, 0,89% sur 15 ans et 1,26% sur 25 ans).

galivel

Tous les voyants sont au vert
Avec 0,93% négociés sur 20 ans par Cafpi pour sa clientèle en juillet, contre 0,95% un mois plus taux (0,50% sur 10 ans, 0,72% sur 15ans et 1,12% sur 25 ans), les taux n’ont jamais autant favorisé l’achat d’un bien immobilier « Les taux affichés pour ce mois de juillet sont à destination des bons profils, mais pour les très bons profils, avec une bonne épargne, des revenus stables… nous pouvons encore négocier et gagner 0,25% », indique Philippe Taboret.

Un marché de l’immobilier très dynamique
Les taux au plus bas permettent une amélioration du pouvoir d’achat des emprunteurs, et ce, quelque soit leur profil. Les primo-accédants continuent de profiter de cette baisse, tout en restant raisonnable sur leur capacité d’emprunt. « Dans la plupart des cas, ces derniers réalisent leur projet dans des zones détendues où les prix de l’immobilier restent stables et où il n’est donc pas obligatoire d’augmenter le montant de l’emprunt », précise Philippe Taboret. «Les autres accédants, qui profitent également de ces taux très avantageux, utilisent cette hausse du pouvoir d’achat pour augmenter leur enveloppe budgétaire et acheter des biens avec une plus grande surface, ou plus proche des centres villes » poursuit-il. Autre facteur important, alors que le marché de l’ancien est en bonne santé depuis quelques années déjà, le marché de l’immobilier neuf observe un redémarrage. Entre mars à mai 2019, les autorisations de construction de logements ont augmenté de 3,8%, signe d’une reprise du marché de l’immobilier neuf.

Plus d’informations ici…

Lire aussi :

Immobilier : les taux baissent encore @Galivel

Source : Galivel

En ce début de mois de mai, les taux de crédit immobilier sont toujours en baisse, Le marché reste donc très dynamique et le pouvoir d’achat immobilier se maintient.

galivel

Premiers records battus dans un marché dynamique
Les taux de crédit immobilier continuent leur baisse en ce mois de mai. « Dans ce cadre, la concurrence entre les banques fait rage. Elles sont prêtes à rogner sur leurs marges pour attirer de nouveaux emprunteurs », précise Philippe Taboret. Ainsi les taux les plus bas obtenu par le courtier battent les records d’octobre 2016 sur 10 ans et 15 ans (respectivement 0,60% contre 0,65% et 0,85% contre 0,90%).

De leurs côtés, les taux les plus bas et les plus hauts négociés par Cafpi sur 25 ans tendent à se rapprocher preuve d’une réelle volonté des banques d’attirer une clientèle moins aisée, qui pourra emprunter grâce à des durées plus longues.

Le pouvoir d’achat immobilier se maintient
Cette baisse des taux permet de compenser les légères hausses des prix de l’immobilier dans les principales grandes villes françaises. Le pouvoir d’achat immobilier des ménages se maintient (+0,1m² en moyenne). Ainsi à Lyon, où le prix au m² a augmenté de 42€ en un mois, les emprunteurs peuvent acquérir 0,33 m² supplémentaire entre mars et avril, pour un montant emprunté pour 1 000 € par mois de remboursement sur 20 ans.

Lire plus d’informations…

Lire également :

Immobilier : top 3 des régions de France où les taux sont les plus bas @SeLoger

Source : Se Loger

Cette année encore, les taux en terme de crédit immobilier atteignent des niveaux très bas. Cependant, on note d’importantes différences selon les régions de France. Dans quelles régions les taux sont-ils alors les plus bas ? 

Bourgogne-Franche-Comté : les taux les plus bas sur la plupart des durées
Depuis le début de l’année, les taux sont stables et toujours aussi attractifs. Selon le courtier Cafpi, au mois de mars, ils atteignent 0,70 % sur 10 ans, 1 % sur 15 ans, 1,15 % sur 20 ans et 1,35 % sur 25 ans. Conséquence, on constate une hausse de 10 % du nombre des nouvelles demandes en janvier et février 2019 par rapport à la même période en 2018.

Nouvelle-Aquitaine : des taux des crédits immobiliers à 0,70 % sur 10 ans
La Nouvelle-Aquitaine continue d’être la région la plus attractive sur 10 ans, avec des taux de 0,70 %. De son côté, la Bourgogne-Franche-Comté reste en tête sur 15 ans avec 1 %, sur 20 ans avec 1,15 % et sur 25 ans avec 1,35 %.
Plus d’informations ici…

Lire aussi :