Archives du blog

Pôles de compétitivité : la dynamique se poursuit

Les ministres en charge de la politique des pôles de compétitivité annoncent le financement de 72 nouveaux projets de R&D collaboratifs, impliquant 50 pôles de compétitivité pour un montant d’aide de l’Etat de 63,5 millions d’euros et contribuant au renforcement de chacune des filières.

Lire la suite

2,2 milliards d’euros du programme d’investissements d’avenir réorientés

Le 21 janvier 2013, le Premier ministre a annoncé la réorientation de 2,2 milliards d’euros de fonds du Programme d’investissements d’avenir vers les priorités du pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi.

Lire la suite

Flash Info : Le rapport Gallois en intégralité

Louis Gallois, commissaire général à l’Investissement, a remis son rapport « Pacte pour la compétitivité de l’industrie française » au Premier ministre, lundi 5 novembre 2012 à l’Hôtel de Matignon.

Lire la suite

Tableau de bord de l’attractivite de la France

Cette seconde édition du Tableau de bord de l’attractivité de la France poursuit une double ambition : comparer la France à onze pays de l’OCDE (les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne, l’Irlande, les Pays-Bas, la Belgique, la Finlande et la Pologne) pour chacun des indicateurs et déterminants de l’attractivité retenus pour ,cette étude ; mettre en lumière les évolutions qui ont affecté ce positionnement depuis l’été 2010. ,Le contexte international a été dominé depuis un an par la sortie progressive de la crise économique, en particulier en Europe.

Si la gestion budgétaire et la gouvernance économique continuent ,de mobiliser toutes les attentions, l’Europe a rarement été aussi attractive, continuant d’attirer vers son marché de 500 millions d’habitants, à fort pouvoir d’achat, des investissements du monde entier. De ce point de vue, 2010 aura été l’année du rebond. La France a ,été choisie, chaque semaine en moyenne, par quinze entreprises ,étrangères pour des investissements nouveaux, à l’origine de 32 000 emplois. La croissance de 22 % du nombre de projets étrangers en 2010 vaut reconnaissance de l’ouverture de notre pays et de la compétitivité de son économie.

Consulter le rapport en ligne

Mise en place de la réforme portuaire : une chance pour la compétitivité des ports français

La dernière étape de la réforme portuaire vient de s’achever. Aujourd’hui, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a officialisé la mise en place de cette reforme majeure à l’occasion d’un déplacement au port du Havre accompagné par Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement et Thierry MARIANI, secrétaire d’État chargé des Transports.

En transformant en profondeur leur organisation et leur fonctionnement, sur le modèle régissant les principaux ports européens, l’objectif final de la reforme est de renforcer la compétitivité des sept grands ports maritimes (GPM) français, Marseille-Fos, Dunkerque, Le Havre, Rouen, Nantes-Saint-Nazaire, La Rochelle et Bordeaux.

■ La réforme s’articule autour de 3 axes principaux :

Recentrer les missions des ports sur leurs missions régaliennes, 
L’autorité portuaire conserve les missions de police portuaire, de sécurité et de sûreté, en laissant la gestion des équipements aux entreprises privées.
Les personnels de manutention (grutiers, portiqueurs) sont désormais employés par les établissements publics portuaires et sont transférés vers les entreprises privés, comme c’est le cas pour les dockers depuis la réforme de 1992. 

Refonder la gouvernance des grands ports maritimes 

La réforme met en place un système à directoire et conseil de surveillance, où la représentation des acteurs économiques et des collectivités territoriales est accrue. Est également mis en place un conseil de développement, permettant de mieux associer les différents acteurs locaux concernés par le fonctionnement du port.

Organiser la coordination entre les ports d’une même façade maritime 
Afin de promouvoir la complémentarité entre les ports géographiquement proches, la reforme prévoit une coordination entre les ports d’une même façade maritime, par exemple Nantes-Saint-Nazaire, La Rochelle et Bordeaux, ou situés sur un même axe fluvial, par exemple Le Havre, Rouen, Paris.

■ Les étapes de la reforme 
Le plan de relance des ports français a été engagé dès 2008. La première étape de la réforme a consisté à mettre en place un nouveau cadre législatif nécessaire à la modernisation des ports : c’est la loi du 4 juillet 2008 portant réforme portuaire et créant les sept grands ports maritimes. Cette réforme est aujourd’hui achevée. La nouvelle gouvernance est en place. La dernière étape de la réforme concernait le transfert des outillages et des personnels de manutention vers les entreprises privées.  Apres presque deux ans de négociations, les partenaires sociaux  ont signé le 15 avril 2011, un accord national sur les métiers portuaires, et un accord de pénibilité retraite ouvrant droit a une cessation anticipée d’activité de deux ans. 

■ Objectifs économiques de la réforme :

Aujourd’hui, la moitié des marchandises qui arrivent en France par mer sont débarquées dans un port étranger. Grâce à la réforme, l’enjeu est de récupérer au moins 50% de ce trafic pour les ports français.

Les ports français bénéficient de nombreux atouts : 
–    des emplacements géographiques qui les placent comme premier point d’entrée en Europe ; 
–    des équipements modernes et performants ;
–    des réserves foncières importantes pour leur développement. 

La réforme doit leur apporter la fiabilité, c’est-à-dire la garantie pour leurs clients d’être traités rapidement et sans risque social.  

Pour mettre les ports en capacité de capter de nouveaux trafics, la question de la desserte est maintenant primordiale : dessertes ferroviaires, dessertes fluviales (canal Seine nord Europe), dessertes maritimes (les autoroutes de la mer et le cabotage). 

Au total, 2,4 Mds €  sont consacrés aux investissements portuaires, plus 4,3 Mds € pour le canal Seine-Nord.

– 6 500 personnes concernées par l’accord national de branche
– 900 personnes sont en cours de transfert des ports vers les entreprises privées

 Télécharger le communiqué de presse (PDF – 202 Ko)

Contact presse :
Cabinet de Thierry MARIANI –  Marion LAMURE :01 40 81 71 66