Archives du blog

Les collectivités n’échappent pas aux plateformes de crowdfunding @cmarkea

Lisez cette brève sur la Plateforme des Institutionnels
logo PDI simple

Publication Régions de France & Finance Active – Juin 2017  –  Le crédit aux collectivités locales à l’heure de la digitalisation

Le marché du crédit n’échappe pas aux grandes évolutions structurantes de l’économie du XXIème siècle : digitalisation, suppression des intermédiaires, démultiplication en un clic des relations possibles.

Si les acteurs du crédit aux collectivités restent majoritairement les grands établissements bancaires français, la désintermédiation commence à se faire une place via les émissions populaires ou les placements privés par exemple. Le recours aux plateformes de crowdfunding est déjà entré dans les pratiques, même si les sommes levées sont encore de l’ordre du symbolique au niveau de nos collectivités locales.

Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels (E&I), partenaire historique du secteur public local,  s’est lancé dans un projet digital avec la « Plateforme des institutionnels ». 

L’objectif premier de la « Plateforme des institutionnels » est d’offrir aux collectivités une nouvelle source de financement, entre le financement bancaire et l’émission obligataire. La collectivité présente les projets de son territoire et fixe elle-même les conditions financières qu’elle sollicite (montant, taux et durée des financements). La « Plateforme des institutionnels » leur permet de se financer autrement que par l’intermédiaire de leurs banques traditionnelles. La « Plateforme des institutionnels »  permet en outre aux investisseurs institutionnels de financer l’économie réelle en accompagnant des projets locaux et utiles.

flecheDécouvrez l’intégralité de l’interview de Laetitia Boussarie & Vincent Guerillon d’Arkea Banque Entreprises et Institutionnelsdans la Publication Régions de France & Finance Active – Juin 2017

Pour plus d’informations :  pierre-eloi.acar@arkea.com   –   laetitia.boussarie@arkea.com   –   vincent.guerillon@arkea.com

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Objectif : Réduire la pollution à @Paris #RSE

Source : presse.paris.fr

paris-fr

Réduire la pollution dans la Capitale, tel est l’objectif de base lié cet engagement !

Alors que la Semaine européenne du développement durable s’est conclue il y a quelques jours, la Mairie de Paris, Amaury Sport Organisation et ses partenaires rappellent leurs engagements pour réduire la pollution des évènements dans la capitale.

La Mairie de Paris, Amaury Sport Organisation et ses partenaires ont initié lors du dernier Schneider Electric Marathon de Paris une politique RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) forte, au coeur d’une démarche globale.

« Ensemble, engageons-nous pour un Marathon responsable » : tel est le sens de la politique entreprise en 2017. Une quinzaine d’actions ont été mises en place avec l’objectif de faire du Schneider Electric Marathon de Paris un marathon et une épreuve sportive, maitrisant son empreinte et devenant neutre en carbone. Trois grands axes avaient été déterminés : la gestion des déchets, la réduction et la compensation de l’empreinte carbone et l’innovation pour les générations futures au travers de l’opération « Génération Maratheens ».

En savoir plus

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

 

 

Quelles alternatives pour une ville durable ? @Territoires

Source : territoires.gouv.fr

ministère de la cohésion

La problématique de la ville durable engage tous les acteurs de la vie courante, à tel point ils sont tous en quête des solutions pour y faire face. L’État et les collectivités encouragent toutes initiatives pouvant apporter une réponse à cette problématique.

En début d’année, une session de l’appel à projets « Démonstrateurs industriels pour la ville durable » a été lancé par Ségolène Royal et Emmanuelle Cosse, ex-ministres, afin d’identifier de nouveaux sites pilotes et aider les élus et les entreprises à réaliser leurs projets innovants.

Dans cette même ordre de continuité, se tiendra cet après-midi, à Pantin, Le Forum des Démonstrateurs industriels pour la ville durable. Une après-midi pour découvrir les solutions pour la ville durable et rencontrer les acteurs privés et para-publics qui innovent pour inventer la ville de demain.

Des laboratoires de la ville durable soutenus par l’État

Bâtiment intelligent, boucle locales d’énergie et auto-consommation, smart grids et smart-cities, stationnement intelligent, véhicules autonomes, blockchain  : les démonstrateurs industriels pour la ville durable sont des projets soutenus par le ministère pour tester et mettre en application des solutions d’avenir, innovantes et exemplaires.

Une après-midi pour rencontrer et échanger

Tout au long du forum, les démonstrateurs industriels pour la ville durable présenteront leurs projets et leurs innovations autour d’espaces d’échange et d’exposition. Le forum sera aussi ponctué par des mini-conférences sur des sujets d’innovation.

En savoir plus

Lire aussi :

@Institutionnels           @royojm                     @AlexandraPoloce

 

Une collectivité sur deux réfléchit à la smart city

Source : Villes de France

 

Réalisée par « La Gazette » et m2oCity du 23 mars au 13 avril, une enquête révèle la montée d’une volonté politique de construire des stratégies smart city associée à un manque de moyens pour ce faire. Les petites villes font quant à elle le choix des objets connectés.

Stratégies, applications et enjeux

Une collectivité sur deux réfléchit à la smart city et a élaboré une stratégie ou a l’intention de le faire. En revanche, seulement 15% en sont au stade des projets concrets et ce sont souvent les structures les plus peuplées avec en effet plus de la moitié des communes de moins de 10 000 habitants non intéressées. Pourtant 48% des collectivités sans stratégies, mais qui vont en adopter ont d’ores et déjà des projets tandis que 24% des collectivités n’envisageant pas de stratégies emploient des objets connectés. En moyenne, ce sont près de 5 applications diverses qui sont utilisées par les collectivités impliquées : dématérialisation, éclairage public et transport sont dans le peloton de tête. Les principales motivations sont le renforcement des liens avec les administrés (60%), l’attractivité du territoire (47%) et la volonté de créer des nouveaux services (46%).

Frein financier, économie et obligations légales…en savoir plus…

Une collectivité sur deux réfléchit à la smart city

Source : Villes de France

 

Réalisée par « La Gazette » et m2oCity du 23 mars au 13 avril, une enquête révèle la montée d’une volonté politique de construire des stratégies smart city associée à un manque de moyens pour ce faire. Les petites villes font quant à elle le choix des objets connectés.

Stratégies, applications et enjeux

Une collectivité sur deux réfléchit à la smart city et a élaboré une stratégie ou a l’intention de le faire. En revanche, seulement 15% en sont au stade des projets concrets et ce sont souvent les structures les plus peuplées avec en effet plus de la moitié des communes de moins de 10 000 habitants non intéressées. Pourtant 48% des collectivités sans stratégies, mais qui vont en adopter ont d’ores et déjà des projets tandis que 24% des collectivités n’envisageant pas de stratégies emploient des objets connectés. En moyenne, ce sont près de 5 applications diverses qui sont utilisées par les collectivités impliquées : dématérialisation, éclairage public et transport sont dans le peloton de tête. Les principales motivations sont le renforcement des liens avec les administrés (60%), l’attractivité du territoire (47%) et la volonté de créer des nouveaux services (46%).

Frein financier, économie et obligations légales…en savoir plus…