Archives du blog

Municipales 2020 : 10 points à savoir sur les relations entre élus et bailleurs sociaux @HabitatenRegion

Source : Habitat en Région

Le prochain scrutin des municipales est l’occasion de faire le point sur la nature des relations entre les élus et les bailleurs sociaux. Car communes et intercommunalités jouent un rôle clé en matière de construction et de gestion des logements sociaux. D’où l’intérêt de cultiver le lien avec elles afin de travailler en bonne intelligence.

1. Une responsabilité croissante des collectivités locales

Si l’État conserve un rôle important en matière de logement social, les lois de décentralisation ont donné aux collectivités locales une responsabilité croissante, décisionnelle et opérationnelle. Cela concerne surtout la commune et l’intercommunalité. Le département a aussi un rôle pour le logement de certaines populations (personnes âgées, jeunes travailleurs, etc.). De plus, il copilote avec l’État le plan départemental pour le logement des personnes défavorisée et gère le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) qui accorde des aides aux personnes ayant des difficultés à payer les dépenses de leur logement (factures, loyers, etc.). Enfin, la région est compétente pour promouvoir l’accès au logement et son amélioration. Elle soutient des actions liées à la rénovation énergétique, au logement des jeunes, à la politique foncière, etc. Son rôle est surtout financier…

Découvrir les autres points à savoir

Création de l’Agence nationale de la cohésion des territoires : un nouveau partenaire pour les collectivités locales @Min_Territoires

Source : Ministère de la cohésion des territoires

Dans un décret daté du 18 novembre dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, entérine la création de l’Agence nationale de la cohésion des territoires. Ce décret donne officiellement naissance à cette agence qui rassemble les expertises et les champs d’intervention de trois entités – CGET, Epareca et Agence du numérique –, en ordre de marche pour le 1er janvier 2020.

Signé également par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, et Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, le décret précise les règles d’organisation et de fonctionnement de cette agence au service des projets des territoires et des collectivités.

En savoir plus

Palmarès des Prix de l’Innovation du Salon des Maires et des Collectivités Locales 2019 @salondesmaires #SMCL

Mardi 22 octobre, Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et le jury des Prix de l’Innovation ont remis, au Commissariat général à l’égalité des territoires, les Prix de l’Innovation du Salon des Maires et des Collectivités Locales 2019 (SMCL).

Le concours des Prix de l’Innovation du SMCL récompense les exposants du salon présentant un produit, procédé, matériel, système, service ou technique innovant.

Les Prix de l’Innovation, des réponses concrètes au service des villes d’aujourd’hui et de demain

Le SMCL, première manifestation professionnelle du secteur des collectivités locales et unique événement annuel national rassemblant tous les grands acteurs de la commande publique et leurs partenaires, organise depuis plus de 17 ans les Prix de l’Innovation.

——> Cliquez ici pour consulter le palmarès des prix de l’innovation 2019

Lire aussi :

Villes étudiantes : quelles sont les plus chères de France ? @UNEF

Source : UNEF

Découvrez le classement 2019 des villes les plus chères de France selon le coût de la vie étudiante. Entre le logement et le transport, de nombreuses inégalités et différences persistent chaque année… Quelles sont les 10 villes les plus chères ? Quelles sont les 10 villes les moins chères ? 

Retour Accueil

L’accès au logement : première source d’inégalités territoriale 
Les disparités dans l’accès au logement pour les étudiant·e·s sont très importantes l’écart du loyer mensuel moyen entre la ville universitaire la plus chère (Paris avec 873 euros) et la ville la moins chère (Le Mans avec 340 euros) est donc de 533 euros par mois. Avec 3,86% d’augmentation des loyers au niveau national, la rentrée 2019 est celle de l’explosion des coûts des logements tandis que les aides au logements (APL) sont quant à elle gelée. Les dépenses en logement des étudiant·e·s deviennent donc de plus en plus importante, il est donc urgent de généraliser l’encadrement des loyers à toutes les villes universitaires afin de protéger l’accès des étudiant·e·s à des logements abordables et décents sur leur lieu d’étude.

L’accès aux transports : des évolutions disparates des tarifs et des inégalités territoriales importantes : 
L’évolution des tarifs étudiants dans les transports en commun est très disparates en fonction des politiques locales mises en œuvre par les collectivités territoriales. En effet de nombreuses villes ont fait le choix de diminuer leurs tarifs cette année ou encore de créer des tarifs spécifiques pour les boursier(e)s alors que dans le même temps d’autres villes continuent d’augmenter chaque année les tarifs, précarisant de plus en plus les étudiant(e)s.

Classement des villes étudiantes les plus chères de France :
1. Paris : 1288,83 €
2. Nanterre : 1140,65 €
3. Créteil : 1084,65 €
4. Guyancourt : 1066,65 €
5. Champs sur marne : 1049,65 €
6. Saint Denis : 1041,65 €
7. Cergy : 1020,65 €
8. Orsay : 1018,65 €
9. Evry : 1017,65 €
10. Nice : 1002,83 €
11. Bordeaux : 962,45 €
12. Lyon : 962,41 €
13. Aix en Provence : 946,08 €
14. Marseille : 914,08 €
15. Lille : 912,95 €

Cliquez ici pour voir le classement des 40 villes

Lire aussi :

Collectivités locales : lancement d’un guide pour encourager les coopérations et mutualisations @Min_Territoires

Source : Ministère de la cohésion des territoires

 Les ministres Jacqueline Gourault et Sébastien Lecornu ont adressé aux territoires un « guide des coopérations » afin de faciliter, d’encourager la coordination et la mutualisations des actions des collectivités locales.

Résultat de recherche d'images pour "ministère cohésion territoire"

Souvent, les collectivités s’estiment démunies pour envisager des coopérations ou des mutualisations. Pourtant beaucoup d’outils ou d’instruments existent déjà, mais ils sont souvent méconnus. C’est le sens du « Guide des coopérations » que le ministère a adressé aux collectivités locales. Il recense les différents dispositifs existants leur permettant de mettre en commun leurs moyens et de coordonner leur action en vue de l’élaboration de leurs projets : mutualisation des services supports ou missions fonctionnelles comme les ressources humaines, l’ingénierie, l’administration… ou mutualisation des compétences ou missions opérationnelles.

Cinq formes d’actions de mutualisation et de coopération, selon des degrés d’intégration croissants :
1. Une action est effectuée de manière coordonnée par deux ou plusieurs partenaires, sans création de structure commune (par exemple, dans le cadre d’un groupement de commande) ;
2. un partenaire confie à un autre le soin de réaliser une mission pour lui (par exemple, dans le cadre d’une prestation de service) ;
un partenaire met ses moyens au service des autres personnes publiques (mise à disposition de services ou d’équipements par voie de convention) ;
3. un des partenaires crée en son sein un service mutualisé spécifique qui intervient pour tous les participants (création de service commun) ;
4. les communes transfèrent une ou plusieurs de leurs compétences vers un EPCI qui les met en œuvre pour tout le territoire concerné.

Consultez le guide des coopérations

Lire aussi :