Archives du blog

La cohésion sociale en questions : Habitat en Région publie son rapport d’activité 2018 @HabitatenRegion

Source : Habitat en Région

Le 1er août, Habitat en Région, 2e acteur privé du logement social, a publié son rapport d’activité 2018, basé sur le thème de la cohésion sociale. Quoi ? Qui ? Où ? Quand ? Pourquoi ? Comment ? Et demain ? Découvrez les témoignages de locataires, élus, collaborateurs, penseurs… Résultat de recherche d'images pour "habitat en région"Un groupe HLM au modèle singulier
Habitat en Région est un groupe HLM présentant un modèle de développement unique, né de sa filiation avec les Caisses d’Epargne. Ses 17 entreprises jouissent de tous les bénéfices de la mutualisation des moyens associés à la préservation de leurs expertises locales. Fidèles à leur vocation de concepteurs de cohésion sociale, elles agissent en permanence au plus près des besoins des habitants. Toutes partagent un même plan stratégique, mais conservent leurs circuits de décisions propres sur le terrain, déclinant la stratégie en fonction de leurs spécificités régionales comme patrimoniales, et échangent leurs savoir-faire dans une logique permanente de co-construction.

Un réseau réunissant 33 entreprises
Aux côtés du Groupe, le Réseau Habitat en Région, composé de 33 sociétés HLM adhérentes au même GIE, est un outil de politiques et d’expertises partagées. Attaché à servir la cause de l’habitat social et les valeurs de la République, Habitat en Région s’est donné pour mission de « réinventer l’habitat social », plaçant l’humain au cœur de sa stratégie et de toutes ses actions.

Mettre l’habitant au cœur de tout
Cette ambition s’est traduite dans les sept axes de son plan stratégique et plus particulièrement dans le premier, « Être un groupe générateur de cohésion sociale ». Les entreprises d’Habitat en Région mettent ainsi tout en œuvre pour rendre les habitants acteurs de leur logement et de leur quartier, leur permettre de tisser des relations harmonieuses entre eux par la mise en place de projets communs, les aider à entamer ou sécuriser leur parcours professionnel ou éducatif, leur offrir un environnement adapté à leur état de santé, ou encore participer à réhabiliter les villes au-delà de nos résidences. Autant d’actions que les collaborateurs déploient sur le terrain tous les jours comme l’a révélé la première édition des prix de l’Académie organisée en mars 2018 à l’occasion de la Convention Groupe. Ces projets sélectionnés pour leur ingéniosité ont d’ailleurs été compilés dans un livre, « Grandir Ensemble, les 28 projets de l’Académie » qui met en lumière l’action et l’engagement des collaborateurs qui les ont portés.

Consulter le rapport d’activité 2018

Lire également :

Caisse des Dépôts : 5 podcasts à écouter pour connaître ses actions et ses missions @caissedesdepots

Source : Caisse des Dépôts

La Caisse des Dépôts a lancé « Caisse de résonance » afin de faire découvrir la diversité de ses actions et de ses missions au service de tous les territoires et au bénéfice de tous ses concitoyens. 5 podcasts sont à retrouver ci-dessous… 

Caisse des depots

Episode 1 : La cohésion sociale
La Caisse des Dépôts est le 1er financeur dans le secteur du logement social.
Quelles sont ses actions ?

Episode 2 : Innovation et transformation numérique
La Caisse des Dépôts est pionnière depuis 200 ans de la transformation numérique du pays et l’innovation en général. Comment ?

Episode 3 : Attractivité des territoires
La Caisse des Dépôts accompagne les projets locaux, pour renforcer l’attractivité des territoires. En savoir plus ?

Episode 4 : Enjeux climatiques
Au coeur des enjeux de la Caisse des Dépôts, en quoi consistent les solutions pour le climat ?

Episode 5 : Investisseur engagé
Quelles sont les actions de la Caisse des Dépôts pour lutter contre les fractures sociales et territoriales ?

>>>>> Cliquez ici pour écouter les podcasts 

Lire aussi :

Responsabilités sociétales : les territoires en 1ère ligne @France_urbaine

Source : France Urbaine

Le 19 septembre prochain se déroulera la 18e Conférence des villes, à l’Hôtel de ville de Paris, sous le thème « Responsabilité sociale, autonomie fiscale : les villes s’engagent ! »

france urbaine

Le constat est partagé par tous : c’est au plus près du terrain que s’organisent au mieux les solidarités et la cohésion sociale et urbaine entre les habitants et les territoires.

Le document fondateur des engagements des grandes villes et des intercommunalités sur ces sujets qu’est le Pacte de Dijon, qui a été signé le lundi 16 juillet par le Premier ministre Edouard Philippe, en est la première illustration : les collectivités veulent agir et ont appelé le gouvernement à les suivre et à s’engager à leurs côtés. En effet, comme souligné dans ce Pacte pour une nouvelle politique de cohésion urbaine et sociale : «Rien ne se fera sans l’action des territoires, rien ne se fera sans l’action de l’Etat, rien ne se fera sans un engagement collectif, réciproque et coordonné.»

A la rentrée, s’ouvriront des débats autour du plan de lutte contre la pauvreté, de la nouvelle organisation territoriale de l’offre de soins ou encore de la définition de politiques d’insertion et d’éducation… Ces sujets étant plus que jamais au cœur des responsabilités des territoires, France urbaine vous invite à en débattre lors de la 18e édition de la Conférence des villes.

——> Pour vous inscrire, cliquez ici

——> Pour consulter le programme, cliquez ici

Lire aussi :

Grand Paris Express : les enjeux de demain – Interview de Hugo Bevort @CGET_gouv @HugoBevort

Source : CGET

Hugo Bevort, directeur des Stratégies territoriales du CGET, présente les enjeux de cohésion territoriale et sociale, soutenus par le réseau du Grand Paris Express.

cget

Le Grand Paris Express (GPE) doit répondre à des enjeux de cohésion territoriale. Quels sont-ils ?
Le premier enjeu concerne un rééquilibrage à l’intérieur de la région Île-de-France, mais aussi entre la Métropole du Grand Paris et le reste de la France. En effet, ces dix dernières années, la dissociation s’est accrue entre Paris/petite couronne et le reste du territoire francilien. La première zone attire les emplois qualifiés à forte valeur ajoutée, tandis que la seconde voit son développement fondé sur une croissance démographique – au détriment de Paris, qui perd 15 000 habitants par an, les familles étant écartées de la capitale trop chère, notamment –, et moins sur une dynamique d’emploi.

Dans cette géographie de la région capitale, on distingue trois frontières physiques et psychologiques : au-delà du périphérique parisien ; au-delà de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val de Marne) qui connaît un fort développement de l’emploi ; au sein de la grande couronne moins homogène en termes d’urbanisation, mais qui accueille 44 % de la population d’Île-de-France, une frontière historique entre la banlieue Ouest, résidentielle et siège des grandes entreprises du CAC40, et la banlieue Est, ouvrière et industrielle.

Le deuxième enjeu de cohésion, c’est de rendre attractifs – en termes de logements, d’implantation d’activités économiques, d’équipements collectifs… – de nouveaux territoires, desservis par les nouvelles gares : les quartiers prioritaires de la politique de la ville et la grande couronne.

Cliquez ici pour lire la suite…

Sur un même sujet :

Sabine Fourcade, nommée Secrétaire Générale des ministères chargés des affaires sociales @MinSoliSante

Source : Ministère des solidarités et de la santé

Sabine Fourcade a été nommée Secrétaire générale des ministères chargés des affaires sociales

JPEG - 38.9 ko

Ancienne élève de l’ENA (promotion Marc Bloch 1997), Sabine Fourcade a été Directrice générale de la cohésion sociale (DGCS) de 2011 à 2015. Après avoir commencé sa carrière d’administratrice civile à la direction de la sécurité sociale (DSS), elle est nommée au centre Georges Pompidou administratrice du musée national d’art moderne (2002-2003) puis directrice des ressources humaines (2003-2007). En 2008, elle rejoint la direction générale de l’action sociale d’abord comme sous-directrice puis comme cheffe de service. Elle participe à la création en 2010 de la DGCS dont elle prend la direction un an plus tard. À ce titre, elle pilote et évalue les politiques publiques de solidarité, de développement social et de promotion de l’égalité. Inspectrice générale des affaires sociales depuis 2015, elle a participé à plusieurs missions dans le champ de l’emploi et de la formation professionnelle, notamment pour réaliser un bilan d’étape du déploiement du compte personnel de formation (CPF) en 2017.
Elle succède à Pierre Ricordeau qui a occupé la fonction de mars 2014 à février 2018, et elle prendra ses fonctions le 22 mai.

La dimension interministérielle du Secrétariat général
Le Secrétariat général des ministères des affaires sociales remplit une mission de soutien aux politiques publiques, de modernisation de l’administration et de coordination des services. Il porte la vision et l’unité des ministères sociaux, en particulier vis-à-vis de l’interministériel et des services territoriaux dont il assure l’animation et le pilotage (ARS, DRJSCS et DIRECCTE).

Lire la suite…

Lire aussi :