Archives du blog

Le CNSA fait le point sur l’activité des MDPH en 2017 @CNSA_actu #MDPH

Source : CNSA

Le CNSA a réalisé une étude sur les Maisons Départementales des Personnes Handicapées afin de faire le point sur l’activité de 2017. Au total, les MDPH ont reçu près de 4,5 millions de demandes en 2017, soit près de 80 000 de plus qu’en 2016…

Résultat de recherche d'images pour "cnsa"

En 2017, près de 4,5 millions de demandes ont été adressées aux MDPH contre 4,42 millions en 2016. La croissance des demandes se poursuit, mais sur un rythme moins élevé qu’en 2016. Ces demandes ont été déposés auprès des MDPH par 1,729 millions de personnes sur la France entière ce qui représente 26 personnes pour 1 000 habitants.

La part des demandes relatives aux enfants représente selon les départements entre 11% et 48% du total des demandes déposées.

On constate :
– Une légère hausse de la part des demandes de cartes et notamment des taux de premières demandes de cartes d’invalidité ou de priorité et de cartes de stationnement liées à l’entrée en vigueur de la carte mobilité inclusion (CMI) ;
– Une baisse de la part des demandes liées à l’emploi et en particulier les demandes d’allocation aux adultes handicapés (AAH) : l’allongement de la durée d’attribution de l’AAH (décret du 3 avril 2015) pouvant expliquer  la  diminution de la part relative des réexamens d’AAH instruits par les MDPH.

En savoir davantage sur l’activité des MDPH

Lire également :

Hébergement en EHPAD : quel est le prix médian ? @CNSA_actu

Source : CNSA

Selon une étude réalisée par le CNSA, la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie, le tarif médian pour un hébergement dans une EHPAD est de 1 953 €. Résultat de recherche d'images pour

L’approche de la CNSA privilégie ce qui est réellement payé par la personne hébergée et sa famille. En effet, plus de 80% des résidents des EHPAD bénéficient de l’allocation personnalisée d’autonomie qui leur permet de réduire le montant de leur facture.

Ainsi, le calcul de la CNSA se base sur le prix hébergement et le « talon dépendance », c’est-à-dire le tarif dépendance des personnes les moins dépendantes (GIR 5-6) qui est le plus souvent facturé au résident et ce quel que soit son niveau de GIR.

En établissement, les personnes bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie – APA – (c’est-à-dire les personnes ayant un niveau de perte d’autonomie évalué en GIR 1, 2, 3 ou 4) ayant des revenus inférieurs à 2 447,55 € par mois ne paient pas le tarif dépendance correspondant à leur GIR. Elles paient uniquement le montant du tarif dépendance pour le GIR 5-6 qui correspond à la somme minimale à payer par tous les résidents d’un EHPAD. C’est l’APA qui couvre la différence entre le tarif dépendance correspondant à leur GIR et le tarif dépendance GIR 5-6.

Cliquez ici pour en savoir davantage…

Lire aussi :

Quels est le coût des aides à domicile ?

Etude sur les coûts sur les prestations d’aide et d’accompagnement à domicile / CNSA
Source : CNSA

L’étude nationale de coûts sur les prestations d’aide et d’accompagnement à domicile menée entre septembre 2014 et février 2016 sur un échantillon de 44 structures fait ressortir trois facteurs principaux de variation du coût horaire : la convention collective, la taille du service et le taux de présence à domicile. Elle met en évidence le fait que le volume des plans d’aide est fortement lié au niveau de dépendance des personnes et qu’ils présentent une certaine homogénéité par profil de public.
La CNSA et la DGCS publient aujourd’hui les résultats de l’étude nationale de coûts sur les prestations d’aide et d’accompagnement à domicile. Elle visait à mieux connaître les prestations réalisées par les services d’aide à domicile (SAAD) et leurs coûts…en savoir plus..

La CNSA lance son nouveau site

Pour ses dix ans, la CNSA lance son nouveau site : elle met en ligne aujourd’hui un nouveau site internet, quelques semaines après l’ouverture de son compte Twitter : @CNSA_actu.

Plus moderne et ergonomique, le nouveau site institutionnel de la CNSA met davantage en avant ses activités, ses publications ainsi que les projets innovants ou les initiatives de terrain qu’elle soutient, de façon à répondre aux attentes de son public cible composé des professionnels des secteurs social, sanitaire et médico-social.

Depuis sa création, la CNSA est soucieuse d’assurer un même niveau d’information à tous. Pour ses sites Internet, elle s’est engagée dans une démarche de respect des règles d’accessibilité établies au niveau international (« Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) ») et reportées dans le Référentiel général d’accessibilité des administrations (RGAA) version 3.  Il propose aussi une sélection d’articles traduits en « facile à lire et à comprendre » avec et à l’attention des personnes en situation de handicap mental.

…en savoir plus…

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

CNSA veut relever le grand défi du vieillissement

 Dix ans après sa création, la CNSA organisait hier, mercredi 17 juin 2015, un colloque pour mesurer le chemin parcouru et tracer de nouvelles pistes pour l’avenir. A cette occasion.

Porter un projet de société

Les débats ont été ouverts et clos par Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, de Laurence Rossignol, secrétaire d’État chargée de la Famille, des Personnes âgées, de l’Autonomie et de l’Enfance et de Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion.

Les ministres ont rappelé la place désormais centrale occupée par la CNSA dans les politiques de l’autonomie en tant que caisse, agence et espace d’échange. Elles ont fait part de leurs attentes pour les années à venir.

La CNSA devra mettre en œuvre les nouvelles missions que lui confie le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement, et notamment celles relatives à l’information des personnes — avec le portail http://www.pour-les-personnes-agées.gouv.fr —, au soutien des proches aidants, et à la prévention de la perte d’autonomie avec la préfiguration des conférences des financeurs. « Nous comptons pleinement sur la CNSA pour relever le grand défi du vieillissement. C’est notre responsabilité commune, parce que nous aurons besoin de la mobilisation de l’ensemble de la société pour agir en faveur du bien vieillir et de la protection des plus vulnérables » insistait Laurence Rossignol.

Lire la suite