Archives du blog

Cumul Emploi – Retraite, qu’en est il ?

     eee Paris ,  le  2  juillet  2015 – La  Cnav (Caisse nationale d’Assurance vieillesse) et la Caisse des  Dépôts  ont  rapproché  leurs  données  pour  évaluer  les  situations  de  cumul  emploi – retraite  des  fonctionnaires retraités  de  la  Caisse  nationale  de  retraites des  agents  des  collectivités  locales  et  hospitalières  (CNRACL).  Les  deux  institutions  publient  les  résultats  de  ces  travaux 1 dans  leurs  publications respectives,  Cadr@ge  n°29 et Questions Retraite &Solidarité – Les études  n°12 . 

Questions  Retraite  et  Solidarité  – Les  études,  publiée  par  la  direction  des  retraites  et  de  la  solidarité de la Caisse des Dépôts, observe que,  parmi les retraités de la CNRACL ayant pris  leur retraite depuis 2004, 11 % ont eu une activité rémunérée en 2012 .  Les femmes ont un  taux de cumul de 14 % contre 5 % pour les hommes . Lire Questions  Retraite  &  Solidarité  – Les  études n°12  « Eclairage  sur  la reprise d’activité des  retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière ».

Cadr’@ge ,  la  revue  de  la  Cnav,  souligne  que pour  une  partie  des  retraités  de la  CNRACL,  le  cumul  emploi – retraite  correspond  à  une  poursuite  de  carrière  sous  un  autre  statut,  et  ce  d’autant plus que l’âge de retraite a été précoce.  L’étude s’intéresse aux caractéristiques des  retraités  de  la  CNRACL  qui  exercent  une  activité  en  tant  que  salariés  du  privé  en  2012.  Comparées aux cumulants du régime général, ces personnes sont plus souvent des femmes et se  caractérisent par un niveau de qualification plus élevé et un âge moyen plus faible. Leur situation de  cumul  correspond  plutôt  à  une  continuité  de  carrière  qu’à  une  transition  ou  une  activité  ponctuelle. Lire Cadr@ge n°29,  intitulé  « Les  salariés  du  régime  général retraités  de  la  fonction  publique  hospitalière ou territoriale : une seconde carrière après la retraite » .

> Source : www.caissedesdepots.fr

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

La CNRACL célèbre son 70ème anniversaire 

La CNRACL célèbre son 70ème anniversaire le 19 mai à Paris

La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) organise une cérémonie le 19 mai à l’Hôtel de Pomereu à Paris, à l’occasion de son 70ème anniversaire.

Egalement au programme : la signature de la Convention d’objectifs et de gestion (COG) pour la période 2014-2015, en présence de Pierre-René Lemas, directeur général de la Caisse des Dépôts, de Thomas Fatome, directeur de la Sécurité sociale, et de Gautier Bailly, sous-directeur du budget du ministère des Finances et des Comptes publics.

Cette manifestation sera suivie d’une célébration le 25 juin à Bordeaux, au siège du régime.

En savoir plus sur la COG adoptée

Retraite : impact de la nouvelle indexation pour les fonctionnaires

Source : site CDC

Ce onzième numéro de Questions Retraite & Solidarité – Les études est consacré à l’évaluation du passage d’une indexation sur les rémunérations à une indexation sur les prix des pensions versées par la CNRACL entre 2004 et 2013.

La réforme de 2003 a introduit une indexation des pensions des fonctionnaires basée sur les prix. Avant le 1er janvier 2004, ces pensions étaient revalorisées selon l’évolution des rémunérations indiciaires, c’est-à-dire sur la hausse de la valeur du point de la Fonction publique et sur la répercussion sur les pensions des mesures catégorielles et statutaires conduisant à des évolutions des grilles indiciaires.

L’analyse réalisée consiste à comparer l’incidence de ces deux modes d’indexation sur l’évolution des pensions de droit direct vieillesse des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers servies par la CNRACL. L’étude montre que, sur la période 2004 à 2013, une revalorisation basée sur l’inflation est relativement plus favorable avec une progression des pensions de 18 %. Dans le cas du maintien de l’ancienne réglementation, les pensions auraient progressé de 10 à 13 % suivant l’hypothèse basse ou haute d’estimation des mesures catégorielles et statutaires retenue. L’écart entre les deux mécanismes d’indexation est compris entre 60 et 90 euros mensuels pour une retraite versée en 2013.

Ce travail de recherche est diffusé par la direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des Dépôts dansQuestions Retraite & Solidarité – Les cahiers n°11.

Pour vous abonner gratuitement à cette publication,cliquez ici.











<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

L’absentéisme pour raison de santé : +18 % en 6 ans dans les collectivités locales

Elaboré par les experts de Sofaxis à partir d’un échantillon de près de 370 000 agents CNRACL employés dans 18 500 collectivités, le panorama 2014 délivre des données d’une portée inédite. Outil de référence, cette
édition 2014 détaille l’évolution des indicateurs de mesure parmi lesquels trois indicateurs essentiels : la durée des arrêts, leur fréquence et le nombre d’agents concernés.
Cette édition présente également les coûts et les typologies d’arrêts ainsi que les critères d’influence sur les absences, tels que l’âge ou la taille des collectivités.
Des interventions d’experts, délivrant leur analyse et leur expérience en matière de prévention des risques professionnels et d’amélioration de la santé au travail, viennent enrichir cet ouvrage.

Extraits:
Le taux d’absentéisme, indicateur de gravité qui mesure la part du temps perdu en raison des absences, est en constante augmentation depuis 2007.
Après une forte évolution (+ 6 % entre 2007 et 2009 et + 5 % entre 2009 et 2010), le taux d’absentéisme progresse de façon constante d’environ 2 % par an depuis 2010.
Ainsi, toutes natures d’arrêts confondues, il progresse de 18 % en 6 ans et s’établit à 8,7 % en 2013.
Ce qui signifie qu’une collectivité qui emploie 100 agents titulaires a en moyenne constaté sur un an l’absence de près de neuf d’entre eux pour raison de santé.

Le taux d’absentéisme progresse de 18 % en 6 ans

La maladie ordinaire concentre la part la plus importante des jours d’arrêt. Elle est ainsi le premier contributeur au taux d’absentéisme : sa part varie entre 41 et 45 % chaque année. La longue maladie/longue durée représente, quant à elle, environ un tiers du taux d’absentéisme global (entre 32 et 36 %).
C’est l’accident du travail qui affiche la plus forte progression : + 48 % en six ans. L’augmentation de la durée des arrêts, la meilleure prise en compte de la maladie professionnelle et le vieillissement de la population expliquent en grande partie ce phénomène.

Télécharger l’étude

La CNRACL s’engage pour la sécurité au travail

Le mardi 26 mars 2013, à l’occasion du 5ème colloque organisé par le FNP(1) de la CNRACL sur le thème des risques psychosociaux, l’ANFH et la CNRACL ont officialisé leur partenariat pour mutualiser les connaissances et les pratiques dans le champ de la santé et de la sécurité au travail.

Lire la suite