Archives du blog

Elisabeth Borne, nouvelle Ministre de la Transition écologique et solidaire @Min_Ecologie @BanqueDesTerr

Source : Banque des territoires

Elisabeth Borne succède à François de Rugy et devient la nouvelle Ministre de la Transition écologique et solidaire.

Résultat de recherche d'images pour "elisabeth borne"

Élisabeth Borne a succédé ce 17 juillet à François de Rugy à la tête du ministère de la Transition écologique. Elle gardera parallèlement le portefeuille des Transports, qu’elle pilote depuis 2017, sans pour autant reprendre le titre de ministre d’État de ses prédécesseurs. De nombreux dossiers l’attendent, à commencer par le projet de loi Énergie Climat en cours d’examen au Sénat.

Après les mandats écourtés de Nicolas Hulot puis de François de Rugy, qui a démissionné suite à une série de révélations de Mediapart sur son supposé train de vie fastueux, elle devient la troisième titulaire de ce portefeuille ministériel sous le quinquennat d’Emmanuel Macron, sans avoir pour autant le rang de ministre d’État comme ses prédécesseurs. Elle garde parallèlement le maroquin des Transports, qu’elle pilote depuis 2017. Brune Poirson et Emmanuelle Wargon restent quant à elles secrétaires d’État à ses côtés.

Agée de 58 ans, cette ingénieure sortie de l’École polytechnique en 1981, a consacré l’essentiel de sa carrière au service public. Membre des cabinets socialistes dans les années 1990, notamment chez Lionel Jospin à l’Éducation ou Jack Lang à la Culture, Élisabeth Borne a aussi fait un passage dans le privé, chargée des concessions du groupe Eiffage en 2007. Mais un an plus tard, elle a rejoint la mairie de Paris comme directrice de l’urbanisme. Nommée en 2013 préfète de la région Poitou-Charentes, elle a fait un premier passage à l’Hôtel de Roquelaure en 2014 comme directrice de cabinet de la ministre de l’Environnement Ségolène Royal. Dès 2015, Élisabeth Borne avait toutefois été nommée présidente de la RATP, une grande entreprise publique de transports, quelques années après avoir été directrice de la stratégie de la SNCF, au début des années 2000.

En savoir plus…

Lire aussi :

Comment la transition énergétique vient-elle booster l’emploi ? @ademe

Source : Ademe

Le 9 juillet dernier, l’ADEME a publié un état des lieux des marchés et des emplois qui participent à la transition énergétique et écologique (transports, bâtiment résidentiel et énergies renouvelables). Les marchés associés à ces filières ont plus que doublé et le nombre d’emplois directs a augmenté de 75% entre 2006 et 2017, avec plus de 370 000 personnes employées dans ces secteurs. 

3 marchés dynamiques qui favorisent la création d’emplois
– Le chiffre d’affaires des marchés liés aux modes de transport concourants à la transition écologique a été presque multiplié par quatre en 11 ans. Il atteint 33,5 Md€ en 2017 et la filière emploie plus de 94 000 ETP. Cette évolution résulte de l’augmentation de la part des véhicules moins émetteurs de COdans le parc automobile ainsi que du développement des modes alternatifs au transport routier individuel.
– Les marchés de la rénovation énergétique des bâtiments ont augmenté de 79% entre 2006 et 2017, représentant désormais un chiffre d’affaires d’environ 31 Md€. Dans cette même période, le volume d’emplois s’accroît d’environ 59%, s’établissant à plus de 218 000 ETP.
– Enfin, l’ADEME a constaté que le marché des énergies renouvelables et de récupération a plus que doublé entre 2006 et 2017, avec une augmentation de 39% des emplois. Le chiffre d’affaires représente ainsi 26 Md€ en 2017. Ce secteur emploie désormais plus de 86 000 ETP.

Des évolutions contrastées
Portés par les politiques volontaristes de l’État sur l’économie verte, ces marchés sont en nette progression depuis une dizaine d’année.
Les investissements dans la fabrication et l’installation des équipements et infrastructures représentent une part importante de ces marchés : 72% pour le secteur des transports et 90% pour celui du bâtiment résidentiel. Pour le secteur des énergies renouvelables, si les investissements dans la fabrication, la construction, l’installation et la vente des équipements représentent 30% du marché, ce sont les ventes d’énergie et la maintenance qui représentent la plus grande part du chiffre d’affaires (63%).

En savoir plus…

Lire aussi :

L’Université d’été du Medef devient la Rencontre des Entrepreneurs de France ! RDV les 28 et 29 août @medef #LaREF19

Source : Université d’été du Medef

L’Université d’été du Medef fait cette année sa révolution, et devient « La Rencontre Des Entrepreneurs de France »

Rendez-vous les 28 et 29 août, à l’hippodrome de Paris Longchamp, pour vivre l’événement incontournable de la rentrée politique et économique, sur le thème « No(s) Futur(s), climat, inégalités, conflits… Quel capitalisme demain ? »
Ces 2 jours rassembleront + de 7 500 chefs d’entreprise, 500 journalistes et influenceurs et des intervenants prestigieux français et internationaux.

 

La REF : Rencontre des Entrepreneurs de France

Plus d’infos sur l’événement…

Lire aussi :

Strasbourg : la plus haute tour de France en logements 100% bois inaugurée ! @Bouygues_Immo @strasbourg

Source : Bouygues Immobilier

Le 11 juin dernier, Bouygues Immobilier et Emmanuelle WARGON, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre d’Etat de la Transition écologique et solidaire, ont inauguré le programme immobilier SENSATIONS, à Strasbourg. Cette tour est désormais la plus haute construction bois de France. 

perspectives sensations

Une première en France !
L’Eurométropole de Strasbourg excelle une nouvelle fois pour son parti-pris et audace urbanistique. La cité européenne accueille cet été la plus haute construction bois de France, en logements. Directement connecté à l’Allemagne, par le pont de l’Europe et une passerelle piétonne, SENSATIONS est un projet ambitieux, orchestré par Bouygues Immobilier, au cœur du quartier emblématique des Deux-Rives, profitant de la remarquable métamorphose des berges du Rhin.

Vitrine naturelle…
Avec un niveau de hauteur en construction bois inédit en France, SENSATIONS s’illustre par la capacité à répondre aux enjeux climatiques. Ces programmes de logements “ bas carbone “ améliorent nettement la qualité de vie des résidents et leurs voisins.
Représentant 9.282 m2 de surface, les 3 bâtiments de SENSATIONS portent une attention particulière à la qualité de l’air intérieur. Le bâtiment affiche une faible émission de polluants, garantissant un environnement plus sain et respectueux de la nature.

Plus d’informations ici…

Lire aussi :

L’innovation sociale : une réponse aux enjeux de la transition énergétique ? @Demain_la_Ville

Source : Demain la Ville

L’innovation sociale serait-elle la clé afin de répondre aux enjeux de la transition écologique dans les villes ? La complexité des défis environnementaux exige de repenser notre rapport à la ville

Demain la ville

Aujourd’hui, près de la moitié de la population mondiale y vit et les territoires urbains, qui représentent moins de 1% de la superficie la planète, concentrent les grands problèmes écologiques, sociaux et économiques d’aujourd’hui : pollution des sols, de l’air et de l’eau, difficulté d’accès aux matières premières, gestion des déchets, concentration de la grande pauvreté et des inégalités, vieillissement de la population, fracture numérique, etc.

Pour répondre à ces défis majeurs, les acteurs impliqués dans la gestion et le développement de la ville (collectivités locales, pouvoirs publics, entreprises, associations), mais aussi les habitants, sont appelés à changer, voire à transformer profondément leur vision de la ville et leurs manières d’agir. La ville de demain, inclusive et respectueuse de l’environnement, reste à inventer. Et aucun de ces acteurs ne peut agir seul. La population l’a bien compris. 86 % des Français pensent qu’il est urgent que les associations et les entreprises travaillent ensemble pour résoudre les problèmes de la société et améliorer la qualité de vie au quotidien. Ce constat est de plus en plus partagé par les acteurs publics comme privés. De fait, on imagine mal une réponse aux besoins induits par le changement climatique sans analyse partagée ni actions collectives autour des questions de mobilité, d’isolation des bâtiments, des modes de production, de gestion des ressources naturelles et des déchets produits.

Lire la suite