Archives du blog

CHU de Nantes : feu vert pour le projet de reconstruction ! @CHUnantes

Source : CHU de Nantes

Le projet le plus important en terme de santé publique verra bien le jour !
Le 16 juillet, le permis de construire relatif au projet de nouvel hôpital sur l’Ile de Nantes a été délivré, au nom de l’État, par Claude d’Harcourt, préfet des Pays de la Loire, préfet de la Loire Atlantique. Cette décision conclut un processus d’instruction de près d’une année et fait suite aux différents avis favorables rendus sur le projet. Autorisant la construction du nouvel hôpital et de l’IRS 2020, elle représente une étape majeure dans la poursuite de l’opération ouvrant la voie au lancement des travaux en 2020.

Le projet le plus important en matière de santé publique en France connaît une étape importante de son avancement. Au cœur de la première métropole de l’ouest de la France, le futur hôpital sur l’Ile de Nantes regroupera, sur un même site, les services de l’actuel Hôtel-Dieu et de l’hôpital mère enfant (Nantes) et de l’hôpital Laennec (Saint-Herblain), ainsi que l’Institut de Recherche en Santé – IRS 2020, au sein d’un nouveau quartier de la santé associant soin, formation, recherche.

Une première autorisation avait été délivrée le 24 octobre 2018 pour permettre la création d’une hélistation dédiée aux transports sanitaires du futur CHU.
Les 3 autorisations délivrées aujourd’hui concernent :
– un permis de construire délivré par l’État,
– une autorisation environnementale unique « Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE),
– une demande de permis d’exploitation et une autorisation d’une installation de géothermie à basse température.

Ces décisions concluent un processus d’instruction du projet de près d’une année par les différents services de l’État et du Département (DREAL, DDTM, DGAC, DSNA, DRAC, SDIS…). Elle fait suite aux différents avis émis sur le projet :
– L’avis de l’Autorité environnementale en février 2019,
– Les trois avis favorables de la Commission d’enquête en mai 2019, suite à l’enquête publique relative à cette opération qui s’est déroulée du 25 mars au 26 avril 2019,
– Les deux avis favorables à l’unanimité du Conseil départemental de l’environnement et des risque sanitaires et technologiques (CODERST) attribués le 4 juillet 2019.

Le préfet de la Loire-Atlantique a donc délivré ce jour au CHU le permis de construire, l’autorisation environnementale et le permis d’exploiter une installation de géothermie.
Par ailleurs, les travaux de préparation de l’assiette foncière sur l’Ile de Nantes se poursuivent, sous l’égide de Nantes Métropole, avec la démolition en cours de l’ancien MIN et la préparation des voiries et réseaux.
Le démarrage des travaux du nouvel hôpital est prévu en octobre 2020 pour une ouverture en 2026.

Plus d’informations sur le projet…

Lire aussi :

Icade et ses partenaires désignés pour l’aménagement du nouveau quartier du CHU de Caen @Icade_Officiel

Source : Icade

Le groupement composé d’ICADE, de l’aménageur régional SHEMA et des promoteurs régionaux SOTRIM, le Groupe POZZO et FLAVIAE, a été désigné lauréat de la consultation d’aménagement lancée par le CHU de Caen, en collaboration avec la ville, en vue de la cession d’un foncier de près de 8 hectares anciennement occupé par l’hôpital Clémenceau.

Aménagement CHU Caen.PNG

Un très beau succès pour ce groupement : le projet retenu, portant sur la réalisation de logements et bâtiments tertiaires pour plus de 44 000 m², est le fruit de la collaboration interactive entre tous les partenaires, qui a mobilisé les équipes de l’agence territoriale Bretagne-Normandie et de Synergies Urbaines d’ICADE Promotion.
Le lancement prévisionnel des travaux est fixé à horizon fin 2020.

Avec la cession de ce foncier non aménagé par le CHU de Caen, le groupement a pour ambition de développer un nouveau quartier résidentiel, convivial et familial.
Le projet « Les Grands Jardins de Calix » a été conçu à partir des conditions paysagères du site, aux côtés de l’agence Thierry Laverne (paysagiste-urbaniste) et de l’agence Cobe (architecte-urbaniste), pour une relation harmonieuse entre la nature et les nouveaux modes de vie. Le programme global s’articule autour de plus de 44 000 m² environ dont 5 000 m² réhabilités, comprenant :
– 600 logements représentant environ 40 000 m²,
– 3 000 m² de bâtiments tertiaires aménagés dans des bâtiments conservés et réaménagés,
– 1 600 m² de bâtiments permettant d’accueillir des tiers lieux dynamisant le site : conciergerie dans les Pavillons d’entrée, espaces de restauration dans un manoir, maison du jardinier dans un bâtiment ancien réinterprété, halle gourmande et café littéraire dans une Chapelle reconvertie, espaces d’animation…,
– Des espaces extérieurs partagés : jardins potagers collectifs, marché forain hebdomadaire…

>> Téléchargez le communiqué de presse

Lire aussi :

L’AP-HP, 1er CHU à signer la charte « Cancer et Emploi » @APHP

Source : APHP

Jérôme Marchand-Arvier, Directeur général adjoint de l’AP-HP, a signé la charte cancer et emploi qui vise à favoriser le maintien et le retour dans l’emploi des salariés atteints de cancer.

Accueil

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris est le premier centre hospitalo-universitaire à rejoindre le club des Entreprises créé par l’Institut national du cancer, l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) et l’Association nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT).

La charte « Cancer et Emploi », à laquelle vient d’adhérer l’AP-HP, a pour principal objectif d’accompagner, dans le maintien et le retour dans l’emploi, les salariés touchés par le cancer et promouvoir la santé.

Largement impliquée dans la prise en charge du cancer, l’AP-HP prend en charge dans ses hôpitaux un tiers des patients d’Île-de-France suivis pour un cancer.
Elle confirme aujourd’hui son engagement auprès de ses 100 000 agents en signant cette charte.

Plus d’informations sur la charte…

Lire également :

CHU Clermont-Ferrand : focus sur le projet médical 2022 @RESEAUCHU @CHUClermontFd

Source : Réseau CHU

Le projet médical 2022 du CHU de Clermont-Ferrand a l’ambition d’apporter des réponses concrètes aux futurs défis médicaux. Quels sont alors les objectifs de ce projet ? Quels sont les défis à relever ? Quels sont les projets du CHU de Clermont-Ferrand ? Plus d’informations ci-dessous…
logo-reseauchu

Des restructurations territoriales majeures (fusion des universités de Clermont-Ferrand, métropolisation de l’agglomération, fusion des régions, organisation hospitalière en Groupements Hospitaliers de Territoire) positionnent et renforcent le CHU comme établissement de santé de référence à l’Ouest de la région Auvergne-Rhône-Alpes. D’autre part, une orientation législative et réglementaire forte pousse à revoir l’organisation interne du CHU : stratégie nationale de santé, virage ambulatoire, modernisation du parcours-patient, renforcement du suivi financier, valorisation des personnels et gestion du temps de travail.

Ce contexte a conduit le CHU à vouloir relever six défis :
– l’attractivité de l’établissement pour les professionnels de santé ;
– la réponse à une demande croissante de soins ;
– le travail sur une trajectoire financière permettant des investissements structurants ;
– la modernisation de la prise en charge avec la médecine des 4 P (Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative) ;
– l’amélioration de la qualité du service rendu au patient ;
– la consolidation des missions hospitalo-universitaire en lien avec l’enseignement et la recherche.

Lire la suite

Santé : le CHU de Nantes se dote d’un entrepôt de données @RESEAUCHU @CHUnantes

Source : Réseau CHU

A Nantes, le CHU s’est récemment doté d’un entrepôt de données de santé pour gérer 2,3 millions de dossiers patients, 16 millions de documents et plus de 50 millions de données. 

logo-reseauchu

Un entrepôt de données de santé: qu’est-ce que c’est ?
Un entrepôt de données de santé est un outil permettant de rassembler dans une seule  grande base, les données administratives, sociales et médicales des dossiers informatisés de patients pris en charge au CHU.
Il s’agit donc de données produites et collectées à l’occasion des soins et réutilisées à des fins de recherche. Les recherches réalisées utilisent a posteriori ces données recueillies et ne nécessitent donc aucune participation active du patient.

Un entrepôt de données de santé : à quoi ça sert ? 
Constituer un entrepôt de données de santé a pour objectif de faire progresser la médecine actuelle, pour l’amener vers une  médecine du futur qui, le cas échéant pourra s’appuyer sur des technologies innovantes d’intelligence artificielle :
– Médecine prédictive et préventive, puisque les données vont permettre de mieux identifier les populations à risque pour cibler le déploiement des programmes de prévention.
– Médecine personnalisée : L’entrepôt permet de mutualiser l’ensemble des données disponibles, pour évaluer chaque cas précis et prendre des décisions appropriées au patient.
– Médecine participative : Certaines données de santé sont générées par les patients eux-mêmes, via des outils en ligne ou des objets connectés. L’implication des patients dans le suivi du traitement de leur pathologie est primordiale.

Quelle transparence envers les patients, pour la ré-utilisation de leurs données ? 
Depuis avril 2018, chaque patient, lors de son admission au CHU de Nantes, est informé par la remise d’un document de la possibilité d’utilisation de ses données à des fins de recherche; un contact lui permet d’exercer ses droits, notamment d’opposition.

Plus d’informations…

Lire aussi :