Archives du blog

Jardin des Orantes, nouvel EHPAD, accueille 44 résidents

logo-reseauchu

Source : Réseau CHU

A quelque 80 km de Nîmes, la commune du Vigan, dont le centre hospitalier est dirigé par intérim par Martine Ladoucette, Directrice générale du CHU de Nîmes, vient d’ouvrir un nouvel EHPAD. L’établissement flambant neuf accueille 44 résidents dont 14 en secteur protégé et six places d’accueil de jour. La création d’un Pôle d’activités et de soins adaptés (PASA) aux personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées et présentant des troubles modérés est envisagé à horizon 2020. 

Le premier étage accueille 30 personnes autonomes ou semi-autonomes. Il se divise en trois ailes de neuf à 11 chambres individuelles de 20 m2, équipées de salle de bain. À cet étage, se trouvent également une salle de bain avec baignoire et un salon pour accueillir les résidents. Le bâtiment abrite au même niveau un secteur protégé dédié à la prise en charge de 14 résidents atteints de troubles cognitifs. Il est équipé d’une salle Snoezelen qui invite aux explorations sensorielles, à la détente et au plaisir.

Le rez-de-chaussée s’organise autour du service de soins infirmier à domicile, de l’équipe spécialisée Alzheimer et de six places d’accueil de jour. C’est dans cet espace qu’il est prévu d’installer le PASA.

Financement
Le montant total de l’opération s’élève à 6 260 536 €. Le Jardin des Orantes a été financé par une subvention du Département du Gard à hauteur de 1 300 000€ par l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie à hauteur de 633 146 €.

Catégorie : CHU Nîmes, Gériatrie – Gérontologie – Alzheimer

Le CHU de Nîmes plus connecté et plus accessible @CHUNimes

logo-reseauchu

Source : CHU Réseau

Le CHU de Nîmes (CHUN) est l’un des premiers CHU de France à adopter la prise de rendez-vous en ligne. Les patients peuvent désormais prendre directement rendez-vous par Internet. Ce service, gratuit et accessible 24 heures sur 24, sept jours sur sept, s’inscrit dans une démarche plus globale de modernisation et de fluidification du parcours de soins de l’établissement nîmois, qui accueille près de 400 000 consultations par an.

Quatre services pilotes. À partir du 17 mai, ce service de prise de rendez-vous en ligne est proposé dans un premier temps dans quatre services pilotes : ORL, Chirurgie orthopédique et traumatologique, Ophtalmologie et Centre de vaccinations internationales (CVI). Les patients peuvent y accéder via le site web du CHU (www.chu-nimes.fr) ou celui de MonDocteur.
En quelques clics, les patients, qui ont accès aux disponibilités des spécialistes, peuvent ensuite sélectionner le créneau qui leur convient le mieux. Ils bénéficient également de services innovants tels que le carnet de santé en ligne ou des alertes SMS pour être prévenus d’un nouveau créneau disponible ou d’un retard.
Dès le début de l’été, la prise de rendez-vous en ligne sera généralisée à l’ensemble des services du CHUN.

Un quotidien facilité. En plus du service rendu aux patients, MonDocteur facilite le quotidien des soignants et du personnel administratif du CHU. En effet, la prise de rendez-vous en ligne permet  de libérer les lignes téléphoniques (- 50 % d’appels reçus), de gagner en agilité dans la gestion des agendas médicaux et de dégager un temps précieux pour des tâches à plus forte valeur ajoutée. Les mails et SMS de rappel envoyés par MonDocteur en amont de la consultation préviennent également les oublis et retards des patients.
« Avec le déploiement de la prise de rendez-vous en ligne, le CHUN atteste, une fois de plus, de sa volonté de simplifier l’accès à ses spécialistes. La solution MonDocteur s’inscrit également dans une volonté de fluidification des liens ville-hôpital puisque des créneaux seront également spécialement dédiés aux médecins libéraux afin qu’ils puissent en faire bénéficier leurs patients », indique Martine Ladoucette, Directrice générale du CHU de Nîmes.

Lire la suite de l’article

Naissance de la 1ère Communauté Hospitalière de Territoire du Languedoc-Roussillon, la plus vaste de France

CHU Nîmes
lundi 16 mai 2011.


Le 11 mai 2011 naissait la 1ère Communauté Hospitalière de Territoire du Languedoc-Roussillon et la plus vaste du territoire. Du Gard à la Camargue en passant par les Cévennes, la CHT couvre tout un département. Elle réunit 7 établissements : le CHU de Nîmes et  les Centres Hospitaliers d’Alès, de Bagnols-sur-Cèze,de Ponteils, d’Uzès, de Pont-Saint-Esprit et du Vigan*. Elle concerne 8 512 professionnels équivalent temps plein dont 965 médicaux et compte 4 752 lits dont 553 en établissements sociaux et médico-sociaux.

De nombreuses conventions existent déjà entre les différentes structures : filière de soins AVC, consultations avancées de neurologies, meilleure orientation des patients fragiles nécessitant des soins gérontologiques… Cette communauté hospitalière de territoire renforcera les partenariats existants et développera de nouvelles complémentarités en s’appuyant sur un projet médical commun. Il s’agit d’organiser une réponse adaptée aux besoins d’une population qui va progresser de 21% (contre 7,9% au niveau national) et prendre en compte l’augmentation particulièrement importante du nombre de personnes âgées de plus de 60 ans de 53%. Le Gard connaît en outre un taux de pauvreté et une part de bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire parmi les plus élevés de l’Hexagone. La nouvelle CHT se donne aussi pour ambition de garantir au patient, à chaque étape de son parcours de soins depuis le diagnostic jusqu’au suivi post hospitalisation, la prise en charge dans la structure la plus adaptée compte-tenu de la technicité de l’acte mais aussi de la proximité géographique du lieu de soins par rapport au domicile de la personne.

Des parcours de soins adaptés aux pathologies les plus lourdes et les plus fréquentes ou aux traitements les moins accessibles seront mis en place notamment en oto-rhino-laryngologie et en ophtalmologie où l’offre publique est insuffisante.

Evolution notable, ce seront les spécialistes qui se déplaceront et non plus aux patients. Ainsi les médecins se rendront plusieurs demi-journées par semaine ou par mois dans une structure partenaire qui ne dispose pas de leurs compétences.

En gériatrie le renforcement des partenariats et des activités d’évaluation (évaluation cognitive, évaluation pré-opératoire, onco-gériatrie) doit permettre d’augmenter les entrées directes et programmées plutôt que les urgences. En aval de ces prises en charge, le renforcement de la capacité d’accueil en services de soins infirmiers à domicile et en EHPAD doit également améliorer la réponse apportée au vieillissement de la population locale.

Un terreau fertile

Les premières conventions bipartites ont été signées en 1994 entre le Centre Hospitalier Universitaire de Nîmes et le Centre Hospitalier Alès-Cévennes pour une mise à disposition d’une demi-journée par mois en néphrologie, et entre le CHU et le Centre Hospitalier de Bagnols-sur-Cèze pour une mise à disposition de deux journées et demie par mois en anatomie pathologie. Depuis, plus d’une centaine
de conventions de mise à disposition ou de temps médicaux partagés de professionnels de santé, d’utilisation de plateaux techniques, de recherche, de coopération avec le secteur médico-social ou
d’organisation de filières de soins ont été signées.
9 filières sont concernées – Les filières d’urgence (accidents vasculaires cérébraux, urgences cardio-vasculaires, polytraumatologie),  la cancérologie, les soins de suite et de réadaptation, la gérontologie, la périnatalité, la psychiatrie, la prévention et les soins d’accompagnement (prévention de la douleur et soins palliatifs)

Forte de ces nombreux accords, la nouvelle communauté hospitalière de territoire explorera de nouvelles pistes de coopération telles que le renforcement de la télémédecine, le développement de la recherche clinique en cancérologie pour qu’un plus grand nombre de patients puissent y accéder, la mutualisation des achats ou encore la consolidation des missions universitaires d’enseignement et de recherche.

*Liste des signataires de la convention constitutive de la CHT
Jean-Olivier Arnaud, directeur général du Centre Hospitalier Universitaire de Nîmes

Denis Bruguier, directeur du Centre Hospitalier d’Uzès
Daniel Desbrun, directeur du CH Pont Saint-Esprit
Jean-François Serradelle, directeur du Centre Hospitalier de Pointeils
Pierre Aury, directeur par intérim du Centre Hospitamlier Le Vigan
Philippe Péridont, directeur du Centre Hospitalier de Bagnols-sur-Cèze
François Mourgues, directeur du Centre Hospitalier Alès-Cévennes

source: 

La Chambre Régionale des Comptes félicite « La gestion exemplaire mise en oeuvre au CHU de Nîmes »

« La gestion exemplaire mise en oeuvre au CHU de Nîmes » Ces propos élogieux sont extraits du rapport rapport de la Chambre Régionale des Comptes de 2010. Un satisfecit rarissime de la part de cette juridiction administrative qui mérite d’être relayé. « Les prévisions budgétaires sont établies avec une très grande fiabilité tant sur les charges que sur les produits » précisent les magistrats. D’où un Etat des Prévisions de Recettes et de Dépenses (EPRD) -c’est-à-dire un budget- qui répond au critère de sincérité comptable.

La Chambre Régionale des Comptes souligne également que « contrairement à un phénomène généralisé, les ressources de l’établissement ont progressé largement plus vite que ses charges ».
Pourquoi ? Parce que le CHU a augmenté son attractivité : pour l’ensemble des activités de chirurgie les parts de marché du CHU sont passées de 19% en 2006 à 21,3% en 2008…

Lire l’article complet sur CHU Réseau