Archives du blog

La plateforme média Ici Rennes remporte le Grand Prix 2019 du Cap Com @Rennes_presse

Source : Rennes

Le jeudi 5 décembre 2019, au Centre des Congrès de Bordeaux, a été dévoilé le palmarès du Grand Prix du 31e Forum de la communication publique et territoriale. Le dispositif d’information Ici Rennes, mis en place en novembre 2018 par la Ville et la Métropole de Rennes, a reçu le Grand Prix des mains du designer Ruedi Baur, président d’un jury composé de professionnels de la communication.

Lancé après une longue phase de conception associant les usagers et les habitants, Ici Rennes est un média 100 % numérique et 100 % mobile dédié à l’actualité des politiques publiques. Par la diversité des sujets abordés et des formats proposés, Ici Rennes vise à : 

  • Mieux informer les habitants sur les politiques publiques, avec des contenus adaptés : articles, vidéos, vidéos courtes verticales sous-titrées, infographies fixes ou animées, teasers, cartographies interactives, reportages sonores, documentaires, explorations data, etc.
  • Proposer un dispositif média cohérent et en phase avec les nouveaux usages (mobilité, interactivité, conversation).

>En savoir plus

La ville d’Arras reçoit le 27e Grand Prix Cap’Com !

  Source : Cap’Com
Plus de 600 communicants publics étaient réunis au Point Haut ce mercredi 16 décembre pour découvrir le palmarès du 27e Grand Prix Cap’Com. La cérémonie s’est déroulée en présence de Geoffrey Dorne, président du jury 2015, de Marie-France Beaufils, sénatrice-maire de Saint-Pierre-des-Corps et de Cédric de Oliveira, vice-président de Tours Plus en charge de la culture. La ville d’Arras s’est vue décerner le très convoité Cap’Com d’or pour une opération de communication originale. Dans le cadre de l’émission de France 2 « Le monument préféré des Français », la ville a su jouer de tous les supports et de tous les partenariats pour mobiliser un maximum de votants et faire ainsi gagner le beffroi d’Arras. Auparavant, une dizaine de prix ont été attribués dans les catégories du concours. Une délégation représentant les conseils de jeunes a remis le Prix des jeunes Cap’Com-Anacej à la région Centre-Val de Loire tout en exprimant leur intérêt pour une communication institutionnelle, pratico-pratique, qui touche les jeunes dans leurs préoccupations quotidiennes. Le jury de professionnels a quant à lui décerné son prix coup de coeur à la ville de Saint-Cergues, 3375 habitants, pour son dispositif de prévention routière original, humoristique et audacieux…en savoir plus…

« Faire évoluer les comportements » : Logement Français et EMMAÜS lauréats du prix CAP’COM 

Source : Groupe Logement Français 

  Le Groupe Logement Français et EMMAÜS Solidarité ont été lauréats du 27ème Grand Prix Cap’Com, dans la catégorie « Faire évoluer les comportements », pour la conception et la promotion de l’outil pédagogique KIJOULOU. Le Grand Prix Cap’Com distingue, depuis 27 ans, les meilleures campagnes de la communication publique et territoriale. Lauréat dans la catégorie « Faire évoluer les comportements en matière de civisme », KIJOULOU a séduit le jury pour son concept original : conçu sur le principe du jeu de société, cet outil pédagogique a pour vocation d’aider les personnes en attente de logement, ou déjà locataires, à réussir leur intégration dans un logement autonome et à bien y vivre au quotidien. Il consolide ainsi le travail mené pour favoriser le relogement des ménages sortant d’hébergement. Animé par les professionnels du logement et de l’action sociale, KIJOULOU favorise le débat et le partage d’expériences en recréant des situations de la vie quotidienne : organisés en équipe, les participants vivent, durant deux heures, un mois de location dans le logement social à travers un parcours jalonné de problématiques et d’imprévus. Sont ainsi abordés les droits et les devoirs du locataire, la gestion du budget, les économies d’énergie, l’entretien du logement, les accidents domestiques, la vie en collectivité. …en savoir plus

Réforme territoriale : Mobiliser les agents, assurer la transition

Source : CAP’COM

L’actualité mouvante et incertaine des territoires suscite de nombreuses interrogations chez les agents. Plus que jamais, le rôle de la communication interne est de les accompagner dans le changement, de les écouter et de les conforter dans leurs missions de service public. Comment rassurer les agents, les mobiliser et les rendre acteurs des transformations à venir ? De l’implication des managers à l’accompagnement du dialogue social, comment travailler avec tous les acteurs pour renforcer sa communication interne ?

LE RENDEZ-VOUS UNIQUE DES COMMUNICANTS INTERNES

Chaque année depuis près de 10 ans, le réseau des communicants internes se réunit traditionnellement à Paris pour une journée et demi de formation, d’échanges de bonnes pratiques et de réflexions autour du renforcement du positionnement stratégique de la communication interne au sein des collectivités et organismes publics. Les travaux de ces journées se poursuivent tout au long de l’année par des échanges au sein du réseau Cap’Com. …en savoir plus…

Réforme territoriale, comprendre les changements qui s’annoncent

« Les années 2015 et 2016 seront des années de grands bouleversements tant dans l’organisation territoriale de la République que dans l’exercice des compétences. Pour les communicants publics, cela ouvre une période assez difficile ». Géraldine Chavrier, avocate et professeure de droit public à l’Université Paris I, nous explique le sens des réformes engagées et les changements qui s’annoncent. Comprendre ce qui attend les communicants publics, saisir les opportunités de communication que cela peut représenter, anticiper dans les actions d’information, prévoir et accompagner les évolutions dans les collectivités, tels sont les enjeux qu’elle décrypte ici et qui ont été au centre de son intervention au Forum de Nancy en décembre dernier.

Les années 2015 et 2016 seront des années de grands bouleversements tant dans l’organisation territoriale de la République que pour l’exercice contrarié des compétences. Mais c’est, à ce jour, la seule certitude que nous ayons. Peut-être est-ce d’ailleurs préférable si l’on se souvient de la citation d’Alphonse Karr qui rappelait que « l’incertitude est le pire de tous les maux jusqu’au moment où la réalité vient nous faire regretter l’incertitude » !
Pour les communicants, cela demeure une période assez difficile.

Une grande réforme décentralisatrice est toujours un accouchement dans la douleur

Pourtant, on a déjà connu un temps d’intense indétermination s’agissant de l’évolution de la décentralisation. En effet, à la suite du rapport « vivre ensemble » d’Olivier Guichard de 1976, l’esquisse d’une décentralisation a été fortement contestée, notamment par les maires. Faisant suite à une longue concertation préalable, le projet de loi de développement des responsabilités locales, déposé en novembre 1978, s’est trouvé bloqué par de fortes réticences au parlement. Le Sénat n’est parvenu à l’adopter en première lecture qu’après 15 mois de travaux, en avril 1980. Transmis à l’Assemblée nationale, il n’a pas été voté avant les élections présidentielles et la victoire de la gauche en mai 1981. La durée de l’incertitude relative à une véritable révolution par laquelle la tutelle de l’État était supprimée, l’exécutif du département était élu, et bien d’autres évolutions encore, a donc duré de 1976 à 1982.

Cela valait néanmoins la peine puisque cette tension a finalement débouché sur une réforme que tout le monde salue aujourd’hui : la décentralisation tant crainte et critiquée -à cette époque- a permis le développement de la démocratie locale et, surtout, l’amélioration des actions publiques et des services publics locaux.
C’est peut-être à partir de cet exemple qui s’est achevé par un happy end que l’on peut puiser une communication marketing optimiste : le signe annonciateur d’une grande réforme décentralisatrice est l’accouchement dans la douleur, après de longues tergiversations.
Pour le reste, il faut reconnaître que les messages que l’État lui-même veut faire passer est brouillé. On va donc tenter de donner sens à ce brouillard avant d’exposer le calendrier des changements.

Lire l’article site Cap’Com