Archives du blog

Ikea développe SolarVille, un projet de Smart City solaire @Bouygues_C @IKEA_France ‏

        Source : blog bouygues construction

SOLARVILLE. Et si Ikea nous vendait demain non pas des meubles mais des Smart Cities en kit ? C’est ce que semble préparer le géant suédois si l’on en croit sa dernière annonce. Baptisé SolarVille, ce projet conçu par son laboratoire d’innovation Space10 permet d’alimenter une ville en énergie solaire grâce à une « smart grid » utilisant la technologie blockchain.

En réalité, cette technologie sur laquelle se base SolarVille n’est pas exactement nouvelle. En effet, elle alimente depuis 2016 un quartier de Brooklyn, et de nombreuses start-up s’y intéressent, comme Power Ledger ou We Power. Néanmoins, elle peine encore a se démocratiser du fait des coûts importants d’installation. Or, c’est un domaine où Ikea pourrait mener des économies d’échelle.

Concrètement, des panneaux photovoltaïques et des batteries de stockage équiperont chaque habitation.

D’autre part, des capteurs mesureront la production et la consommation des foyers. Et ces données s’inscriront dans une blockchain de façon infalsifiable. Ce registre servira ensuite de bourse d’échange automatisée.

Ainsi, un foyer qui consommerait plus que sa production pourra acheter de l’énergie à ses voisins de façon automatique. Et les consommateurs les plus économes seront rétribués financièrement. Une façon pragmatique d’encourager la sobriété, et d’accompagner la transition vers une économie décarbonée.

…en savoir plus…

#CES2019 : Le digital au service des personnes – Marc Brière répond à @LaTribune @ces @MarcBriere29 @Aziliz31 @cmarkea

    Source : LA TRIBUNE

Le CES accueille des entreprises du monde entier, Chine, Corée, Israël, … la France également est bien présente avec la French Tech ; le CES foisonne d’idées nouvelles.

> Découvrez l’interview de Marc BRIERE, Directeur Général d’Arkéa Capital Investissement

In’li signe le 1er marché de travaux « blockchainé » d’Europe @ActionLogement @inli_officiel

    Source : In’li

Dès sa création, in’li, filiale du Groupe Action Logement a souhaité soutenir et accélérer l’innovation.
Suite à un appel à projets, in’li accueille, depuis juillet 2018, six startups au sein d’in’li Lab son incubateur. C’est notamment le cas de ContractChain.

Le 20 décembre dernier, in’li a signé le premier contrat de construction de logements « blockchainé » d’Europe pour la construction de 50 logements au Blanc-Mesnil en Seine-SaintDenis.

Le dossier original de 120 documents a été compacté en un document de seulement 7 pages grâce au système développé par ContractChain qui authentifie et horodate les documents originaux sur la blockchain Bitcoin.

Lire la suite

La France est assise sur un tas d’or #CES2019 @ces @LaTribune @Aziliz31

     Source : LA TRIBUNE

 Il faut miser sur les innovations digitales pour reconstruire la compétitivité de la France. Par Xavier Dalloz, expert en stratégie digitale.

L’ardente obligation est, désormais, de rompre avec le passé afin de construire l’avenir que nous voulons. Nous devons, pour cela, exploiter l’apport des innovations digitales dans un monde devenu massivement interconnecté, ce qui influence directement la production de valeur. Encore faut-il combattre une vision à la fois mécaniste et uniquement monétaire. La valeur financière, humaine, est toujours le fruit d’interactions pertinentes entre des objets, des idées, des personnes, des entreprises, des organisations…

L’objectif est de faire passer la création de valeur des équipements vers les services avec l’« Internet of Me », c’est-à-dire l’implication du citoyen consommateur avec comme conséquence : repenser les métiers des entreprises pour les transformer en des entreprises plateformes. Rappelons que toute interaction ne débouche sur une transaction (et donc sur une création de valeur pour les parties prenantes) que si trois conditions sont remplies. Il faut qu’il y ait : 1) émotion, car toute décision comporte une dimension affective ; 2) communication (je n’achète un produit ou un service que si je sais qu’il existe) ; 3) confiance (j’achète l’espoir d’être satisfait). Les trois mots : émotion, relation, confiance résument les grandes tendances des innovations digitales.

L’ère des réseaux interconnectés

Outre cette facilitation des interactions, les capacités de traitement de l’information progressent constamment, parallèlement à la miniaturisation des composants. Ces tendances, qui vont de pair avec la facilitation des communications, font que tous les objets deviennent capables de traiter des données, voire de capter et de communiquer entre eux et avec nous. Le monde ne peut plus se décrire que comme un ensemble de réseaux intriqués à tous les niveaux. Ce sont des réseaux de capacités différentes, certains se bornent à transmettre des mesures et des ordres comme notre système nerveux, d’autres véhiculent des flux de données avec de très hauts débits, à l’instar de notre système sanguin transportant les substances dont notre organisme a besoin pour vivre.

Cette décentralisation massive de tout nécessite de mesurer le PEC (Productivité des échanges collaboratifs). Cet indicateur va être au coeur de la nouvelle façon de faire du business. D’où une logique de communication entre pairs, entre égaux, opposée à l’organisation centralisée, pyramidale, qui est celle de la majorité des entreprises et des administrations. Un autre facteur important est celui qui facilite les communications, au point, parfois, d’entraîner une confusion des genres. Il tient dans le mot unimédia : tous les modes d’expression, tous les produits de l’esprit humain peuvent être traduits, stockés, transformés et transmis en langage numérique. Les frontières entre marchés et métiers s’estompent, du même coup, suscitant des concurrences nouvelles. Pour comprendre ces enjeux, des innovations digitales doivent être au coeur de la reconstruction de la compétitivité de la France.

IA, blockchain… ces innovations technologiques bientôt à la portée de tous

…lire la suite…

La blockchain va-t-elle révolutionner l’immobilier ? @nexity

Source : Nexitylab

Sur le marché de l’immobilier, les applications de la blockchain commencent à voir le jour depuis 2 ans, avec la promesse d’une gestion et des transactions moins coûteuses, plus transparentes et plus sécurisées.  La blockchain est donc une technologie qui permet de certifier des transactions et des contrats de façon transparente et sécurisée.

A priori, l’immobilier et la blockchain semblent pouvoir former le duo parfait. Le secteur se base en effet sur des transactions, de l’information (financière, juridique, immobilière, etc.), de la certification et des contrats. C’est justement sur ces aspects que la blockchain peut jouer son rôle.

Valider la propriété des biens immobiliers

La blockchain est depuis peu utilisée pour la certification de la propriété. En 2015, le gouvernement du Honduras faisait appel à l’organisme Epigraph pour répertorier l’entièreté de son territoire sur la blockchain et éviter que les plus riches ne s’octroient des biens qu’ils ne possèdent pas. Si le projet n’est pas encore abouti, cette démarche gouvernementale a été accueillie très favorablement par la société civile hondurienne, notamment par la Fondation Eléutera qui soutient fermement ce projet et a publié une étude sur le bénéfice de l’usage de la blockchain en matière d’administration foncière au Honduras.