Archives du blog

Strasbourg : vers la transformation de la biomasse en hydrogène vert dès 2021 @R_GDS_

Source : R-ENR

R-ENR, filiale du distributeur de gaz strasbourgeois R-GDS, a conclu un partenariat avec l’entreprise innovante Haffner Energy pour développer et valoriser un procédé novateur de thermolyse de la biomasse. R-HYNOCA, la co-entreprise créée à cet effet, prépare la construction d’un démonstrateur industriel qui permettra dès 2021 d’alimenter en hydrogène vert des flottes de véhicules à zéro émission : une première mondiale.

L’hydrogène occupe une place prééminente parmi les énergies d’avenir. Ses principaux atouts sont bien connus : une densité énergétique trois fois supérieure à celle de l’essence, et surtout aucune émission de carbone ni de poussières lors de sa combustion. En brûlant ou lors de son utilisation dans les piles à combustibles, l’hydrogène ne produit en effet rien d’autre que de l’énergie et de la vapeur d’eau, ce qui le qualifie comme vecteur énergétique hautement performant et propre – idéal pour alimenter des véhicules zéro émissions. Il reste cependant à résoudre la problématique de son mode de production qui est encore très émissif en CO2 car plus de 95% de l’hydrogène actuellement consommé par l’industrie provient du reformage d’hydrocarbures fossiles, notoirement incompatible avec la transition écologique.

Pour faire de l’hydrogène une solution au triple défi énergétique, climatique et économique, il est par conséquent indispensable de décarboner de manière compétitive son mode de production. A ce jour, la technologie la plus vertueuse pour y parvenir est l’électrolyse de l’eau à partir d’électricité solaire ou éolienne, un procédé maîtrisé de longue date, mais produisant un hydrogène malheureusement coûteux.

Résoudre l’équation de l’efficacité énergétique et du coût de production
Le procédé HYNOCA® développé par Haffner Energy, entreprise récente issue du bureau d’ingénierie Soten, basée à Vitry-le-François, s’appuie sur la thermolyse de la biomasse et le vapocraquage du gaz produit, pour obtenir de l’hydrogène pur à 99,97%. Ce procédé, qui constitue une rupture par rapport aux technologies dominantes de l’industrie, permet de produire de l’hydrogène décarboné avec un rendement énergétique proche de 70%. Un prototype qui fonctionne depuis plusieurs mois à Vitry-le-François, au siège de Haffner Energy, a permis d’apporter la preuve du concept et confirmer la stabilité du procédé ainsi que ses performances. C’est ce même procédé qui sera déployé pour la première fois à Strasbourg, pour produire à échelle industrielle de l’hydrogène non carboné.

Lire la suite

Fonds chaleur : réduire la facture énergétique

Afin de promouvoir le Fonds chaleur et le 5e appel à projets BCIAT émis récemment en direction des entreprises et des collectivités territoriales, une campagne presse et internet a été lancée par l’Ademe, du 2 novembre jusqu’au 31 décembre.

Lire la suite

Eilañ, nouvelle société d’investissement dédiée au développement des énergies renouvelables en Bretagne



Eilañ, en breton, signifie accompagner. Eilañ SAS, la nouvelle société qui sera officiellement lancée le 16 novembre à Rennes, aura pour mission d’investir, sur le territoire breton, dans toute entreprise réalisant des équipements ou des infrastructures de production d’énergies renouvelables, en particulier dans les filières éolienne et biomasse.

L’objectif d’Eilañ, société d’investissement voulue par la Région, est d’accélérer la mise en oeuvre de projets, en apportant des fonds qui permettront un bouclage plus rapide des plans de financement. C’est la SEMAEB, Société d’Economie Mixte pour l’Aménagement et l’Equipement de la Bretagne, qui porte cette SAS et met en place l’expertise et le financement des projets.

D’autres partenaires privés, fournisseurs d’énergie et groupes bancaires, contribuent à cet ensemble. Ont ainsi adhéré au projet la Caisse des dépôts, EDF, le groupe Crédit Mutuel Arkéa et le Crédit coopératif.

Dotée de 3 M€ pour démarrer, Eilañ engagera 4,7 M€ dans les 3 ans à venir et envisage d’augmenter progressivement son capital afin de soutenir une douzaine de projets d’ici à 2016. L’effet de levier financier aura pour effet la réalisation d’environ 100 M€ d’investissements sur cette première période.