Archives du blog

Un radeau végétalisé installé sur le Canal de l’Ourq à #Paris pour favoriser la biodiversité @Paris

Source : Paris

Un radeau végétalisé a été installé sur le canal de l’Ourcq, dans le 19e arrondissement. Un aménagement rendu possible par le Budget Participatif qui favorise la biodiversité, à la fois dans l’eau et hors de l’eau.

Installation d'un radeau végétalisé quai de l'Oise

C’est le deuxième radeau végétalisé à prendre place sur les canaux parisiens. Après celui du canal Saint-Martin, la Ville de Paris a installé un îlot végétal dans le 19e arrondissement, au niveau du quai de l’Oise, accolé au pont levant de Crimée et devant le square Serge-Reggiani (ex-square de la place de Bitche).

Comme pour le premier radeau, cette structure favorise la biodiversité dans l’eau et hors de l’eau. Véritable lieu de refuge pour la faune, l’îlot offre nourriture et espace de reproduction pour les espèces aquatiques et subaquatiques. Le radeau permet également d’embellir le paysage du canal de l’Ourcq et de créer un espace d’observation pour le public et propice aux animations pour les scolaires.

En savoir plus

La France se mobilise pour la COP25 @Min_Ecologie

Source : Ministère de la Transition écologique et solidaire

Événement phare autour des enjeux climatiques, la 25e Conférence des Parties (COP) sur le climat se tient du 2 au 13 décembre 2019 à Madrid, sous présidence chilienne. La France est fortement mobilisée sur l’ambition et l’action climatique, en lien avec les priorités chiliennes : les océans, la biodiversité, l’adaptation, l’économie circulaire, les villes ou encore l’électromobilité.

Pour limiter les conséquences du changement climatique, le réchauffement de la planète doit être contenu sous 2°C. C’est l’engagement qui a été pris lors de la COP21 à Paris. Mais pour tenir cet objectif, les États doivent redoubler d’efforts.  Le dernier rapport du GIEC montre que la réduction des émissions de gaz à effet de serre n’est pas suffisante et que le réchauffement risque de dépasser 3°C avec des conséquences irréversibles pour l’humanité.

….Lire la suite…

Pourquoi Lyon est désignée capitale française de la biodiversité ? @Demain_la_Ville @villedelyon

Source : Demain la Ville

La métropole de Lyon est désignée capitale française de la biodiversité 2019. Une récompense qui vient souligner les efforts entrepris par la 3ème ville française en matière de gestion des arbres et des eaux pluviales. Un exemple à suivre en matière de ville durable ?

La question de la biodiversité est majeure dans le développement des villes durables. Une question qui doit se gérer aux frontières de la ville – avec l’idée de réduire au maximum l’étalement urbain et l’artificialisation des sols – ainsi qu’à l’intérieur de celles-ci, puisque la nature en ville augmente la résilience des zones urbaines face aux changements du climat. La métropole de Lyon, désignée “capitale française de la biodiversité 2019” pourrait faire figure d’exemple à suivre en la matière…Lire la suite

Lire aussi :

Domofrance et ses collaborateurs, accélérateurs de lien social et de biodiversité ! @domofrance @ActionLogement

Source : Domofrance

Certifiée ISO 50001 depuis 2016 pour son management de l’énergie, Domofrance est engagée dans le développement d’actions autour du lien entre l’écologie et l’habitat.

Lors de la Semaine du Développement Durable en juin, tous les collaborateurs de Domofrance ont été sensibilisés à la démarche énergétique de l’entreprise. A cette occasion, un quizz solidaire a été mis en place, chaque bonne réponse représentant 1 € reversé à des associations. 3 000 € ont pu être récoltés…En savoir plus

Lire aussi :

La Métropole de Lyon est la nouvelle « Capitale française de la Biodiversité » @grandlyon

Source : Grand Lyon

La Métropole de Lyon vient d’être élue « Capitale française de la Biodiversité 2019 » lors de la 9e édition du concours organisé par l’Agence française pour la biodiversité. Une distinction qui récompense le travail mené par la collectivité depuis plusieurs années pour lutter contre le réchauffement climatique.

La Métropole de Lyon associe depuis plusieurs années son travail sur le climat à celui sur la place de l’arbre, de l’eau et de la nature sur son territoire. Dans son plan Climat et dans son document de planification urbaine (le PLU-H), elle fixe des objectifs ambitieux d’augmentation des surfaces d’espaces publics et privés ombragées par les arbres : c’est une des manières de répondre au défi déjà bien réel des îlots de chaleur urbains. Des arbres qui seront plantés massivement, grâce à la mobilisation de plus de 120 acteurs publics, privés et associatifs réunis au sein de la Charte de l’Arbre. A horizon 2030, 300 000 arbres supplémentaires devraient permettre de faire passer la part du territoire ombragé de 27% à 30%.

>>Consulter le communiqué de presse

Lire aussi :