Archives du blog

BIM et maquette numérique au service de la qualité des logements @vinciimmobilier

Source : Vinci Immobilier

La digitalisation imprègne de plus en plus la construction. Le BIM ou « Building Information Modeling » en est l’exemple parfait. Derrière cet acronyme anglo-saxon, se cache un nouveau processus de travail pour les acteurs de la construction. Il repose sur une maquette numérique, contenant des données intelligentes et structurées pour concevoir ou entretenir un bâtiment.

Le BIM désigne à la fois un processus métier et un logiciel d’intégration, de génération et d’exploitation de données. Il permet de concevoir, construire et exploiter (entretien, réparation et modification) un bâtiment lors de son cycle de vie. Le BIM offre des avantages quasi illimités : gains qualitatifs, rapidité dans la réalisation des constructions et meilleures conditions d’entretien des ouvrages. Le BIM pourrait bientôt devenir l’ingrédient nécessaire de tous les projets de construction, logements compris.

Dans un processus BIM, chaque acteur de la construction (constructeur, architecte, ingénieur, entrepreneur…) crée, renseigne et utilise cette maquette, et en tire les informations dont il a besoin pour son métier. En retour, il alimente la maquette de nouvelles informations pour aboutir à un objet virtuel renseigné. Ce dernier est représentatif de la construction, de ses caractéristiques techniques, de ses performances et de ses comportements (résistance au feu, par exemple)…En savoir plus…

Du BIM à la stratégie numérique globale @UnionHlm

Source : Actualités Habitat

Le BIM est désormais omniprésent dans la construction, la rénovation et la gestion. Cette généralisation du BIM dépend beaucoup de la capacité de tous les acteurs de l’acte de construire à adapter leurs pratiques professionnelles. Si les difficultés sont grandes, le potentiel en termes de qualité, coûts, délais et optimisation de la gestion du patrimoine mobilise largement.

Les représentants de sept organismes Hlm et les chercheurs du Laboratoire PREFics de l’université Rennes 2 se sont réunis, le 2 juillet, à l’USH, afin de lancer la recherche Du BIM à la stratégie numérique globale qui porte sur l’intégration opérationnelle du BIM dans les pratiques des organismes. Ce séminaire avait pour objectifs d’affiner les thématiques du projet de recherche, de faire connaître l’état des connaissances scientifiques dans ce domaine et d’organiser la démarche jusqu’à sa conclusion fin 2020. En ouvrant les débats, Dominique Belargent, responsable des partenariats institutionnels et de la recherche à l’USH, a rappelé que la coopération avec la recherche sur la maquette numérique est d’autant plus pertinente que sa mise en œuvre suscite autant d’interrogations qu’elle porte de promesses en matière de qualité, de maîtrise des coûts, de délais, de productivité. « Il est important que les chercheurs aident les organismes impliqués dans cette recherche à objectiver leurs interrogations à partir d’une observation approfondie et d’un recul critique sur les situations et les pratiques. »

Une réponse aux problématiques des organismes

« L’intérêt de ce projet de recherche est de comprendre les problèmes posés par le BIM aux acteurs afin de contribuer à la recherche de solutions concrètes et opérationnelles », fait valoir Baptiste Sion, chargé d’études économiques à la direction des prêts de la Banque des territoires qui soutient cette recherche. « Notre but n’est pas seulement d’accompagner les bailleurs sur le plan financier, il consiste aussi à les soutenir dans les évolutions de fonds comme c’est le cas pour le BIM et la transformation numérique.« 

En savoir plus…

Lire également :

BIM : quels sont les avantages ? @vinciimmobilier

Source : Vinci Immobilier

Vinci Immobilier

La digitalisation imprègne de plus en plus la construction. Le BIM ou « Building Information Modeling » en est l’exemple parfait. Derrière cet acronyme anglo-saxon, se cache un nouveau processus de travail pour les acteurs de la construction. Il repose sur une maquette numérique, contenant des données intelligentes et structurées pour concevoir ou entretenir un bâtiment. Le BIM offre des avantages quasi illimités : gains qualitatifs, rapidité dans la réalisation des constructions et meilleures conditions d’entretien des ouvrages. Le BIM pourrait bientôt devenir l’ingrédient nécessaire de tous les projets de construction, logements compris.

Le BIM : une nouvelle méthode de travail collaborative autour d’une maquette numérique
Le BIM désigne à la fois un processus métier et un logiciel d’intégration, de génération et d’exploitation de données. Il permet de concevoir, construire et exploiter (entretien, réparation et modification) un bâtiment lors de son cycle de vie.

Dans un processus BIM, chaque acteur de la construction (constructeur, architecte, ingénieur, entrepreneur…) crée, renseigne et utilise cette maquette, et en tire les informations dont il a besoin pour son métier. En retour, il alimente la maquette de nouvelles informations pour aboutir à un objet virtuel renseigné. Ce dernier est représentatif de la construction, de ses caractéristiques techniques, de ses performances et de ses comportements (résistance au feu, par exemple).

Le recours au BIM est une tendance en forte croissance. De plus en plus de porteurs de projet ont compris son avantage clé. En prototypant virtuellement les bâtiments à construire, ils peuvent en revoir la conception plus facilement et plus rapidement, mieux maîtriser la phase de construction, les délais et, in fine, évaluer en cours de réalisation des alternatives en termes de coût. Toutefois, le BIM n’est pas une fin en soi. Il s’agit d’un outil moderne et d’une méthodologie collaborative au service des acteurs de la construction. Il doit s’adapter à tout type de projet.

Le BIM et ses multiples avantages : construire mieux, plus vite et moins cher
Sans nul doute, le BIM permet de réduire le gaspillage dû à la non-qualité des bâtiments. Cette perte est estimée à des dizaines de milliards d’euros par an en France. Parallèlement, le BIM réduit les délais de livraison et les coûts de construction et de maintenance.

Plus de détails ici…

Lire également :

EpaMarne : inauguration des premiers logements BIM @_EpaMarne

Source : EpaMarne

Le 10 juillet dernier, EpaMarne a inauguré les premiers logements BIM ! Emmaüs Habitat a réalisé 109 logements, 100 % sociaux. La résidence compte 11 maisons individuelles et 98 logements collectifs, répartis dans 5 bâtiments.

epamarne

Cette opération se distingue par les différentes innovations qu’elle cumule :
– Premier permis de construire déposé en BIM de France : à l’initiative et grâce au soutien de Bussy Saint-Georges et d’EpaMarne, Emmaüs Habitat a déposé le 30 mars 2016 le permis de construire en BIM. Initiée par EpaMarne en partenariat avec le CSTB et fortement soutenue par le Plan Transition Numérique dans le Bâtiment, cette démarche va à présent faire l’objet d’un retour d’expérience afin d’alimenter la réflexion au niveau national.
– Ossature bois pour les logements individuels
– Premier programme immobilier raccordé au réseau de chauffage urbain de l’écoquartier (80 % de biomasse à terme)
– Certification CERQUAL NF HABITAT HQE
– Terrasses végétalisées

Le permis de construire numérique, installer la confiance dès l’esquisse
La maquette numérique permet aux acteurs de l’aménagement et du bâtiment d’être plus efficaces dans la gestion et le partage des données avec leurs collaborateurs et leurs partenaires. Au niveau du permis de construire, le BIM apporte une visualisation du projet de construction aussi bien dans sa globalité que dans sa conception plus précise. Les composants du bâtiment et leurs caractéristiques principales y sont référencés, les informations techniques et réglementaires réunies, mises en interaction et leur conformité vérifiée.

Plus d’informations ici…

Lire également :

Marne-La-Vallée : construction de 62 logements triplement innovants ! @_EpaMarne

Source : EpaMarne

Le 11 juin 2019, a eu lieu l’inauguration d’un chantier exemplaire avec la pose d’une poutre en bois, pour la construction du programme de 62 logements en structure bois, à énergie positive et à faible empreinte environnementale. EpaMarne et Terralia confirment la réalisation d’une opération en BIM-BOIS-BEPOS (B-Cube) à Marne-la-Vallée.

epamarne

BIM
L’usage de la maquette numérique BIM, en partenariat avec le CSTB, participe à la démarche d’éco-construction engagée par les partenaires du projet. Outre les gains en qualité, en productivité et en construction, la maquette numérique centralise toutes les données thermiques et énergétiques du programme, ce qui permet de concevoir un bâtiment le plus résilient possible face à ces contraintes. EpaMarne a étendu la démarche de maquette numérique à l’échelle du quartier en intégrant des données liées à la mobilité, l’occupation des sols, les trames vertes, les données INSEE… transformant alors le BIM en CIM (City Information Modeling).

BOIS
Conformément au principe constructif prescrit par EpaMarne et avec l’accompagnement du FCBA, les 62 logements sont entièrement construits en bois, grâce au savoir-faire de Lifteam. L’entreprise a développé des systèmes bois constructifs durables, innovants et répondant aux normes HQE, à partir de l’utilisation de bois massif sans colle et sans traitement chimique. Elle utilise la technologie des dalles O’portune® qui permet de construire des structures en bois de grandes portées.

BEPOS
Par sa forme architecturale et le choix des matériaux, ce programme résidentiel vise une performance énergétique répondant à la RT 2012 -20% et l’obtention de la certification NF Habitat HQE ainsi que des labels BEPOS Effinergie 2013 et Bâtiment Biosourcé. Des capteurs photovoltaïques seront installés sur les toitures pour couvrir les besoins en électricité de la résidence. Chanteloup-en-Brie, EpaMarne et Terralia ont confié la conception-réalisation du programme Woodway à l’agence d’architecture Daufresne-Le Garrec et l’entreprise bois Lifteam. La livraison est attendue pour le premier semestre 2020.

Plus d’informations ici…

Lire aussi :