Archives du blog

Les français placent l'environnement pour la première fois en haut de la liste de leurs préoccupations @ademe

Source : ADEME

Au lancement de la COP25, l’ADEME publie son baromètre sur les représentations sociales de l’effet de serre et du changement climatique pour la 20ème année consécutive. 1570 particuliers et 495 élus ont été interrogés. Ce baromètre rend compte d’une préoccupation toujours plus grande de la part des Français pour les sujets environnementaux. Face à ce constat, les élus se disent quant à eux disposés à aller plus loin dans leur action publique et politique, qu’ils jugent insuffisante à ce stade. On peut donc penser que les enjeux environnementaux seront un point fort de la campagne des prochaines élections municipales.

Les Français de plus en plus enclins à modifier leurs pratiques pour les rendre davantage écoresponsables

L’environnement apparaît pour la première fois comme l’enjeu le plus important aux yeux des Français, à égalité avec le chômage et devant l’immigration. Les mentalités ont évolué et la nouvelle génération est d’avantage engagée sur la question : les jeunes de moins de 35 ans se démarquent significativement de leurs aînés en plaçant l’environnement devant le chômage…Lire la suite

Lire aussi :

Rentrée 2019 : dans quelles villes investir ? @SeLoger

Source : Se Loger

En cette rentrée 2019, dans quelle ville faut-il investir ? Découvrez le top 10 des villes où il faut réaliser un investissement locatif 

1. Toulouse : 3 382 € du m² / + 6 % en 1 an
Les données recueillies par SeLoger nous incitent à penser que Toulouse mérite d’occuper la première place de notre classement des villes où il est intéressant de réaliser un investissement locatif. Et pour cause, celle que l’on surnomme la Ville Rose remplit tous les critères requis pour un investissement locatif réussi. Le prix de son l’immobilier, tout d’abord, qui reste très raisonnable pour une ville de sa taille (475 438 habitants y ont été recensés en 2016).

2. Nantes : 3 475 € du m² / + 6,3 % en 1 an
Profitant du niveau exorbitant du prix de l’immobilier bordelais, Nantes fait figure de nouvel eldorado des investisseurs locatifs ! En effet, refroidis par le prix des logements à Bordeaux (plus de 4 600 €/m²), de nombreux investisseurs ont ainsi déserté la Belle Endormie au profit de la Capitale des Ducs de Bretagne. Et on les comprend. Le prix au mètre carré à Nantes avoisine 3 375 €.

3. Lille : 3 224 € du m² / + 2,9 % sur 1 an
C’est la Capitale des Flandres qui occupe la troisième marche de notre podium. Bien qu’il ait augmenté de 13,2 % depuis 2015, force est de constater que le prix de l’immobilier lillois reste accessible pour une métropole. D’après les informations qu’a récoltées le baromètre LPI-SeLoger, la cote de l’immobilier à Lille se monte à 3 244 €/m².

4. Lyon : 4 817 € du m² / + 5,6 % sur 1 an
S’il est une valeur sûre de l’immobilier locatif qui ne se démode pas, c’est bien Lyon. Boosté par un marché dynamique sans toutefois tomber dans l’hyper-activité, le prix au m² à Lyon enregistre une forte croissance.

La liste des autres villes ici…

Lire aussi :

Immobilier à Lyon : ça y est, le cap des 4 800 € le m² est atteint ! @SeLoger

Source : Se Loger

Le prix moyen d’un appartement ancien à Lyon est désormais de 4 817 euros le m² !
Regardez la vidéo ci-dessous pour plus d’explications…

4 817 €/m² : le prix moyen d’un appartement à Lyon
Devenir propriétaire d’un appartement dans la Capitale des Gaules n’a jamais coûté aussi cher ! Et pour cause, le baromètre LPI-SeLoger nous apprend que le prix du m² à Lyon atteint désormais 4 817 €. En termes de prix immobilier, la Cité des Gones n’est certes pas au niveau de Paris (10 450 €/m²) mais elle surclasse tout de même toutes les autres grandes villes de province : Bordeaux, Nice, Lille, Nantes…

Arrondissements : ça baisse dans le 2e, ça monte dans le 6e…
En termes d’évolution des prix, tous les arrondissements lyonnais ne sont pas logés à la même enseigne. Le 2e (Cordeliers, Ainay) et le 6e (Les Brotteaux, Cité Internationale), qui restent les deux arrondissements les plus chers (avec des prix immobiliers qui culminent respectivement à 6 136 € et à 6 250 €/ m²) de Lyon, en sont la parfaite illustration.

Plus de détails ici…

Lire également :

Immobilier à Paris : les prix continuent de grimper dans tous les arrondissements @SeLoger

Source : Se Loger

A Paris, les prix de l’immobilier ne cessent d’augmenter encore et encore… Le prix moyen d’un appartement ancien est de 10 450 € par m², soit une hausse de 6,5% en une année… 

Voici la répartition des prix de l’ancien par arrondissement : 

<em>Modifier Article</em> À Paris, les prix au m² dépassent les 10 400 € !

Entre le 6e et le 19e, les prix des logements varient du simple au double
Il faut remonter au mois de novembre dernier pour retrouver trace d’un prix immobilier parisien inférieur à 10 000 €. En effet, c’est en décembre 2018 que la barre (pas si symbolique que ça !) des 10 000 € a été franchie. À l’époque, un appartement parisien se monnayait aux environs de 10 008 €/m² et à fin juin 2019, le prix immobilier à Paris dépasse 10 000 € dans pas moins de douze arrondissements. C’est du côté de Saint-Germain-des-Prés qu’il coûte actuellement le plus cher de devenir propriétaire et pour cause, le prix au m² dans le 6e arrondissement de Paris atteint 14 003 € ! Ces tarifs sont presque deux fois plus élevés que ceux que le LPI-SeLoger a relevés dans le nord-est parisien car la cote de l’immobilier dans le 19e arrondissement de Paris se limite à 7 825 €/m².

6,5 % : la hausse annuelle du prix de l’immobilier à Paris
À Paris, comme dans la plupart des grandes villes de France, le rythme de progression du prix de l’immobilier se maintient. Dans la capitale, acheter un appartement coûte ainsi 6,5 % plus cher qu’il y a un an, à la même époque. C’est dans le 3e arrondissement (rue Beaubourg, rue des Archives) que les prix des logements enregistrent la plus forte hausse, avec un gain de 11,9 % sur l’année

Plus d’informations en vidéo…

Lire également :

Immobilier : des records de prix et de volumes en ce début d’année ! @meilleursagents

Source : Meilleursagents

Meilleursagents a publié le baromètre national des prix immobiliers au 1er juillet 2019. Comment se passe le début d’année 2019 sur le marché immobilier ? Comment ont évolué les prix ? Quelles est la dynamique du marché ? 

Meilleursagents

Points clés de ce premier semestre 2019 :
– En ce début d’été, l’heure est venue de faire un premier bilan de 2019. Comme nous l’anticipions dès septembre dernier, les prix ont continué à grimper (+1% au global).
– La menace d’une remontée des taux qui aurait pu inverser le marché à court terme semble s’éloigner.Les dernières annonces de la Banque Centrale Européenne pourraient stopper l’érosion du pouvoir d’achat immobilier.
– Le volume de ventes continue à progresser. Les acquéreurs se décident de plus en plus vite.
– Aux antipodes l’un de l’autre, les marchés lyonnais et niçois prennent des directions différentes. Tandis que l’un voit ses prix flamber, l’autre à l’inverse continue à reculer.

Une hausse des prix conforme à nos attentes :
Nous annoncions en septembre dernier une année dynamique portée par une augmentation moyenne des prix en France de l’ordre de 1,5% maximum d’ici l’été 2019. Nos prévisions semblent se confirmer. En effet, depuis janvier, les tarifs de l’immobilier ont enregistré une hausse globale de 1%. Si les zones rurales apparaissent certes toujours légèrement en retrait (+0,5%), les 50 plus grandes villes de France continuent elles à performer (+1,9%). Et que dire des dix communes (hors Paris) les plus importantes qui voit leurs prix fortement augmenter avec un nouveau rebond de 2,9%, soit quasiment autant que la capitale sur le même laps de temps (+3%).

Principales locomotives de cette évolution des prix, Lyon (+6,6%), Nantes (+6,5%) et Rennes (+5,9%) font la course en tête. Au point pour les préfectures du Rhône et de la Loire-Atlantique de dépasser les 10% de hausse sur les douze derniers mois (respectivement, +10,2% et +11,3%). A peine plus tranquilles, Lille (+2,9%) et Toulouse (+2,5%) sont talonnées de près par Marseille (+1,8%), Montpellier (+1,8%) et Strasbourg (+1,7%) qui ont de leur côté essuyé une forte poussée au cours du printemps (respectivement, +0,7%, +1% et +1,3%).

Zoom sur Lyon et Nice, deux marchés que tout oppose

Lire la suite