Archives du blog

Immobilier : des records de prix et de volumes en ce début d’année ! @meilleursagents

Source : Meilleursagents

Meilleursagents a publié le baromètre national des prix immobiliers au 1er juillet 2019. Comment se passe le début d’année 2019 sur le marché immobilier ? Comment ont évolué les prix ? Quelles est la dynamique du marché ? 

Meilleursagents

Points clés de ce premier semestre 2019 :
– En ce début d’été, l’heure est venue de faire un premier bilan de 2019. Comme nous l’anticipions dès septembre dernier, les prix ont continué à grimper (+1% au global).
– La menace d’une remontée des taux qui aurait pu inverser le marché à court terme semble s’éloigner.Les dernières annonces de la Banque Centrale Européenne pourraient stopper l’érosion du pouvoir d’achat immobilier.
– Le volume de ventes continue à progresser. Les acquéreurs se décident de plus en plus vite.
– Aux antipodes l’un de l’autre, les marchés lyonnais et niçois prennent des directions différentes. Tandis que l’un voit ses prix flamber, l’autre à l’inverse continue à reculer.

Une hausse des prix conforme à nos attentes :
Nous annoncions en septembre dernier une année dynamique portée par une augmentation moyenne des prix en France de l’ordre de 1,5% maximum d’ici l’été 2019. Nos prévisions semblent se confirmer. En effet, depuis janvier, les tarifs de l’immobilier ont enregistré une hausse globale de 1%. Si les zones rurales apparaissent certes toujours légèrement en retrait (+0,5%), les 50 plus grandes villes de France continuent elles à performer (+1,9%). Et que dire des dix communes (hors Paris) les plus importantes qui voit leurs prix fortement augmenter avec un nouveau rebond de 2,9%, soit quasiment autant que la capitale sur le même laps de temps (+3%).

Principales locomotives de cette évolution des prix, Lyon (+6,6%), Nantes (+6,5%) et Rennes (+5,9%) font la course en tête. Au point pour les préfectures du Rhône et de la Loire-Atlantique de dépasser les 10% de hausse sur les douze derniers mois (respectivement, +10,2% et +11,3%). A peine plus tranquilles, Lille (+2,9%) et Toulouse (+2,5%) sont talonnées de près par Marseille (+1,8%), Montpellier (+1,8%) et Strasbourg (+1,7%) qui ont de leur côté essuyé une forte poussée au cours du printemps (respectivement, +0,7%, +1% et +1,3%).

Zoom sur Lyon et Nice, deux marchés que tout oppose

Lire la suite

Bordeaux, le nouvel eldorado pour y vivre ? @meilleursagents @bordeaux

Bordeaux est souvent en tête des classements des villes où il fait bon vivre depuis 5 ans

En 2017, le Lonely planet a élu Bordeaux comme la meilleure ville pour voyager grâce à son architecture et sa gastronomie. Mais est-elle la ville pour trouver son nouveau chez soi ? Peut-on encore faire de bonnes affaires immobilières ? Quels sont les quartiers les plus chers ? Les régions limitrophes sont-elles plus attractives pour les familles ? Si vous avez envie de faire parti des nouveaux 300 000 habitants estimés d’ici 2030, MeilleursAgents a décrypté cette ville, rien que pour vous avec l’aide de 4 agents immobiliers de la région.

Surnommée la belle endormie Bordeaux s’est réveillée depuis 20 ans

Bordeaux est souvent en tête des classements des villes où il fait bon vivre depuis 5 ans. Pourtant dans les années 90, sa situation ne faisait pas rêver. La ville était envahie de vastes hangars et de parkings à perte de vue sur les quais au bord de la Garonne.La ville avait des façades noircies à cause de la pollution des activités industrielles et portuaires.Et surtout, la ville était entourée d’immenses voies de circulation. Après 20 ans de travaux et plus de 800 millions d’euros d’investissements, Bordeaux a entrepris une profonde mutation.

Après des milliers de façades ravalées, les immeubles en pierre de taille ont enfin retrouvé leurs couleurs d’origines. Fini le tout voiture, place au tramway avec ses 3 lignes d’une longueur totale de 66.1km. Une quatrième ligne devrait se terminer fin 2019 qui partira de la place des Quinconces pour se rendre au Bouscat, à Bruges et à Eysines. De plus, le centre-ville est entouré de zones piétonnes et de grands espaces verts.

Les pistes cyclables sont devenues importantes et la ville met à disposition le Vcub, (l’équivalent des Velibs parisiens) des vélos en libre-service.

…lire la suite…

Regain d’activité sur le marché de l’immobilier ! Baromètre MeilleursAgents @meilleursagents

 

 

 113ème édition du Baromètre MeilleursAgents d’analyse du marché immobilier résidentiel à Paris, en Île-de-France et dans les dix et cinquante plus grandes villes de France.

Les points clés

  • Le retour des beaux jours s’accompagne traditionnellement d’une hausse du volume des transactions. Si le printemps est loin d’être terminé, cet effet saisonnier se fait déjà̀ sentir avec des ventes plus rapides et des acquéreurs plus nombreux.
  • À quelques mois du retour de l’encadrement des loyers parisiens, le prix des petites surfaces continue à flamber (+6,5% en un an). Faut-il redouter un retournement de marché ?
  • Calme depuis plusieurs années, le marché́ des cinquante plus grandes villes de province connaît un léger rebond (+0,4% en un mois).

Les chiffres clés

  • Moyenne des prix au m2 en France : 2 546€ (+0,3%)
  • Moyenne des prix au m2 à Paris : 9 611€ (+0,8%)
    • Lyon, Rennes : +1,5%
    • Bordeaux : -0,7%

> En savoir +

Le marché reste dynamique malgré un coup de frein dans quelques métropoles @meilleursagents

 

 Le baromètre national des prix de l’immobilier de MeilleursAgents au 1er avril 2019.

Les points clés

  • Orientés à la hausse depuis le début de l’année, les prix à Paris intra-muros ont enregistré une forte poussée en mars (+0,8%) au point d’atteindre les 9 500€/m2. Si la menace des 10 000€/m2 plane plus que jamais, la marche à franchir nous apparaît néanmoins trop grande pour 2019.
  • Malgré une bonne tenue du marché dans les dix plus grandes villes de France (+0,3% au cours du mois écoulé), certaines d’entre elles semblent aujourd’hui s’essouffler. Sans parler encore de retournement, les acheteurs ont désormais la main à Marseille, Nice, Montpellier et surtout Bordeaux.
  • Avec 10,3% d’augmentation en un an, Nantes explose. Demande au top, délais de transactions qui raccourcissent, prix qui flambent… la préfecture de Loire-Atlantique serait-elle le nouveau Bordeaux ?

Les chiffres clés

  • Moyenne des prix au m2 en France : 2 538€ (+0,1%)
  • Moyenne des prix au m2 à Paris : 9 536€ (+0,8%)
    • Nantes : +1,4%
    • Bordeaux, Montpellier et Nice : -0,3%

> En savoir plus 

Immobilier : a quoi s’attendre pour le printemps 2019 ? @meilleursagents

Source : MeilleursAgents

MeilleursAgents a publié le 111e baromètre national des prix de l’immobilier au 1er mars 2019, recensant les prix de l’immobilier à Paris, et dans les dix et cinquante plus grandes villes de France. Quelles sont les évolutions ? Dans quelle ville les prix ont-ils le plus augmenté ? 

Carte des Prix IPI France MeilleursAgents mars 2019

Quelques chiffres clés : 
– Avec une augmentation de +0,3%, les prix restent orientés à la hausse dans les 50 plus grandes villes de France
– Notre observatoire laisse entrevoir un ralentissement de l’offre avec moins de nouveaux mandats signés mais le maintien d’une demande assez soutenue en particulier dans les grandes métropoles régionales.
– La stabilité des taux très bas et la légère amélioration de l’environnement économique encouragent toujours les ménages solvables à entrer sur le marché immobilier.
– Avec la moitié des arrondissements à plus de 10 000€, les ménages parisiens sont repoussés au-delà du périphérique. Ce phénomène de report joue sur les prix de la petite couronne et particulièrement, ceux de la Seine-Saint-Denis qui voit ses prix augmenter plus vite que ceux de Paris sur les douze derniers mois.

Contrastes et fractures
Les prix sont restés stables en moyenne en France en février. S’ils ont augmenté de +0,2% à Paris (9 463€/m2), ils ont surtout progressé de +0,3% dans les principales métropoles régionales. Des hausses compensées au plan national par la baisse de – 0,2% dans les zones rurales.
La fracture entre ces deux France s’affirme encore un peu plus sur un marché qui reste dynamique dans les zones économiquement fortes et apathique ailleurs. La corrélation entre la vigueur du marché immobilier local et l’évolution du marché du travail est quasiment parfaite.

Plus de précisions ici…

Lire également :