Archives du blog

Le projet d’habitat coopératif de Bègles «La Ruche» représentera la France aux Green Solutions Awards 2018 #Axanis

Green Solutions Awards 2018 – Bâtiments

Concours international organisé par le réseau Construction21, les Green Solutions Awards mettent en avant des bâtiments, des quartiers et des infrastructures exemplaires contribuant à la lutte contre le changement climatique.

En 2018, le concours bâtiments propose aux candidats de choisir une des 5 catégories suivantes : Energie & Climats Tempérés, Energie & Climats Chauds, Bas Carbone, Santé & Confort et Smart Building.

Le projet, porté par Axanis, est une opération d’expérimentation sociale qui prend à bras le corps la notion d’ «expérimentale» pour qu’elle puisse s’inscrire dans une réalité compréhensible et accessible à tous les acteurs du projet, depuis sa conception jusqu’à sa réalisation et toute sa vie durant.

C’est un projet d’habitat collectif coopératif social, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un groupe de personnes raisonnées constitué par cooptation pour mettre en commun leurs moyens afin de réaliser leur habitat. Les usagers bénéficient de l’investissement d’un bailleur social et d’une assistance à la maîtrise d’ouvrage. Pour autant cela nous éloigne du processus classique de montage d’opération. Par la nature même du projet, chacun (usagers/maîtrise d’ouvrage/maîtrise d’œuvre) se retrouve investi et responsable offrant au projet une dimension « amène ».
Le système constructif en ossature et bois et remplissage paille, l’ambition passive de l’opération, le caractère bio-sourcé des matériaux mis en œuvre et toutes les attitudes de projet découlent de cette dynamique humaine. Cette attitude est au cœur des enjeux sur les économies d’énergie, aussi simple soit-elle.

Le projet

…en savoir plus…

A Juppé et J Mangon inaugurent la Résidence du Lac @Bordeaux @EiffageConstruc @cmarkea

L’immeuble Bordeaux Résidence du Lac a été récemment inauguré en présence des élus de Bordeaux Métropole, Alain Juppé, Jacques Mangon et Pierre de Gaétan Njikam-Moulion et les opérateurs du projet (La Fabrique, les architectes, Axanis, Eiffage et Domofrance)

Axanis filiale d’Aquitanis commercialise 34 logements en accession sociale à la propriété en PSLA et VEFA dont 14 avec une pièce en plus… Une opération qui préfigure, dans un contexte immobilier tendu, la future rénovation du quartier des Aubiers à l’horizon 2030.

3 acteurs HLM engagés dans l’habitat participatif

 za

Trois bailleurs engagés dans l’habitat participatif Axanis, Le Col et le Groupe des Chalets ont tous trois dans leurs gênes la volonté de favoriser l’accès à la propriété au plus grand nombre et dans les meilleures conditions. Tous se sont lancés dans l’aventure de l’habitat participatif en accompagnant des groupes d’habitants dans la mise en œuvre de projets.
Arkéa Banque E&I les accompagne tous trois activement dans leurs programmes

> Télécharger le dossier de presse

> De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Qu’est-ce que l’habitat participatif ? Par AXANIS à Bordeaux

Source : AXANIS

 La Loi ALUR (Loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) adoptée par le parlement le 20 février 2014 reconnaît une pleine existence à ce mode d’habitat en développement partout en France en précisant :

L’habitat participatif est une démarche citoyenne qui permet à des personnes physiques de s’associer, le cas échéant avec des personnes morales, afin de participer à la définition et à la conception de leurs logements et des espaces destinés à un usage commun, de construire ou d’acquérir un ou plusieurs immeubles destinés à leur habitation et, le cas échéant, d’assurer la gestion ultérieure des immeubles construits ou acquis.

Souvent qualifié de troisième voie du logement, ce type d’habitat permet aux futurs habitants de se réapproprier la conception du bâti, de l’espace et du vivre ensemble, en somme d’être réellement parties prenantes pour disposer d’un habitat à la mesure de leurs besoins et de leur mode de vie.

La loi ALUR sécurise également l’habitat participatif en créant un statut juridique adapté (la société d’habitat participatif ) qui vient simplifier les démarches des groupes d’habitants tout en préservant une certaine souplesse pour favoriser la diversité des projets.

> Bien vivre ensemble, chacun chez soi

Avec les programmes d’habitat participatif proposés par axanis, chaque famille bénéficie de tous les avantages de l’accession sociale à la propriété (prêt à taux zéro, accession sécurisée, location accession possible,…) et devient propriétaire de son logement tout en partageant avec les autres habitants certains espaces. Ces derniers sont définis collectivement tout comme leurs modalités d’usage (une buanderie, une salle de bricolage, une chambre d’invités, un jardin-potager…).

Cette mutualisation permet de réduire de manière significative les coûts de l’accession et les charges tout en permettant aux habitants de jouir d’un logement qualitatif sans mètres carrés inutiles.

Au-delà des économies réalisées, l’habitat participatif repose sur une logique de partage et de solidarité entre habitants. Ces projets contribuent ainsi à la création de lien dans les relations de voisinage…en savoir plus

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

L’accession sociale au service du territoire

regards   >   Extrait du témoignage de Loris de Zorzi, Directeur d’Axanis publié dans lerecueil Regards sur l’accession sociale à la propriété                       
    > Télécharger Regards  : ici

Pour Loris de Zorzi, l’accession sociale est l’un des éléments du parcours résidentiel, qui va du locatif social à l’accession sociale ou abordable et éventuellement à l’accession libre. A partir de 1995, plusieurs tentatives de relance de l’accession sociale ont été tentées, encouragées par des mesures fiscales, mais sans grand succès. En 2004, la création du PSLA a changé la donne : « Le PSLA a trois composantes essentielles : un prêt pour le promoteur, qui lui permet de financer l’opération ; une TVA à taux réduit pour l’accédant ; une exonération de taxe foncière. On peut dire aujourd’hui que le système fonctionne, après un démarrage lent, dû notamment au Pass foncier, qui lui aussi bénéficiait d’une TVA à taux réduit et était d’une plus grande simplicité d’application. Le Pass foncier a aujourd’hui disparu et le PSLA est devenu le seul véritable outil d’accession sociale à la propriété ».

Théoriquement, tous les opérateurs publics ou privés peuvent commercialiser en PSLA. Dans la réalité, pour vendre un logement en PSLA, il faut que l’action soit sécurisée (rachat du logement au prix de vente de départ, garantie de relogement…) et les promoteurs privés butent sur ces points sur lesquels ils ne peuvent pas s’engager.

Des partenariats avec les opérateurs privés

A Bordeaux, le prix au m2 dans l’accession privée se situe autour de 3 600 €. « En accession sociale, nous sommes à environ 2 500 €. Sur des quartiers très prisés, nous ne dépassons pas les 2 900 €, sachant que le m2 en accession libre peut aller jusqu’à 6 000 € ». Pour éviter un effet d’aubaine, Axanis a intégré dans ses contrats des clauses anti-spéculatives relativement dissuasives. Les dérapages restent marginaux. « Du fait que le PLU impose de l’accession libre, de l’accession sociale ou abordable et du locatif social, nous avons créé des partenariats avec les opérateurs privés. Pour les partenaires publics en locatif social, nous ne travaillons pas seulement avec Aquitanis mais aussi, avec des confrères tels que par exemple Domofrance, Mesolia ou Le Col ». Bordeaux accuse un retard et donc un besoin important de construction de logements : « Même en période de crise, il y a un socle de production à  assurer. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si, en l’espace de trois ans, tous les promoteurs de France se sont installés sur le secteur ».

De grandes ambitions sur l’habitat participatif

« Je suis convaincu qu’il représentera, à terme, 5 à 10 % de nos activités. L’habitat participatif correspond à notre vocation. Que faisaient les Castors sinon se mettre ensemble pour construire leurs logements ? Ce ne sera jamais notre activité principale mais nous menons, dès aujourd’hui, des projets expérimentaux, sur un cycle de trois ou quatre ans. Nous cherchonsun modèle qui puisse être reproductible et surtout qui reste social. Sur l’habitat participatif, notre rôle est de manager les opérations »……

De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>