Archives du blog

Baisse des APL : Quels impacts ? @AORIF_ @iledefrance

Source : AORIF

L’AORIF illustre en quelques chiffres les impacts de l’article 52 du Projet de loi de finances 2018 sur le logement social en région Ile-de-France.           

En effet, le logement social en Ile-de-France, c’est 1 220 950 logements locatifs sociaux, soit 1/4 des résidences principales d’Ile-de-France et du parc social France entière.
Il y a plus de 700 000 demandes de logement social en attente.

image impact baisse aplimage impact baisse apl 2

 

 

 

 

 

 

 

——> CLIQUEZ ICI pour découvrir l’infographie en intégralité

A lire aussi :

 

#APL : propositions du Mouvement Hlm pour une sortie de crise @UnionHLM

Source : UNION HLM

Depuis maintenant plusieurs semaines, le Mouvement Hlm a fait savoir au Gouvernement son refus d’une baisse des APL de 1,5 milliard pour les locataires du parc social, baisse des APL qui serait compensée par les organismes Hlm par l’intermédiaire d’une « réduction de loyers de solidarité » portée dans l’article 52 du projet de loi de finances.

Dans un souci de sortie de crise, le Mouvement Hlm a fait part au Sénat de propositions qui, tout en respectant le principe d’une contribution du Mouvement Hlm à la réduction du déficit de l’État à hauteur de 1,2 milliard d’euros, permettent de ne pas altérer durablement les capacités d’investissement des organismes Hlm à l’heure où le Gouvernement entend promouvoir un « choc de l’offre ».

Ces propositions reposent sur deux éléments :  …en savoir plus…

Logement : “Plutôt que de choc de l’offre, il faut s’occuper de la demande” A.Dinin, Nexity @_GEFILS @nexity

Article de Ba-tiActu paru dans GEFILS

Le groupe Nexity se porte bien. Sur les neuf premiers mois de l’année 2017, le nombre de réservations dans le résidentiel est en hausse (+18 % en volume, +23 % en valeur), tout comme le chiffre d’affaires à 2,25 Mrds € (+11 %). Les prises de commandes en immobilier d’entreprise sont bonnes (143 M€) et le carnet de commandes de la promotion bien garni, garantissant plus de 2 années de production au rythme réel, soit 4,5 Mrds € de CA prévus. Pourtant, son président-directeur général, Alain Dinin, est per-plexe. Non pas pour son entreprise, solide, mais pour le secteur du logement en général. Car les semaines qui viennent sont riches en enjeux politiques : « Projet de loi de Finances, loi Logement, choc de l’offre, simplification… Tout ça prend du temps, et de plus en plus. Mais à quel moment saurons-nous ? En février ? Jusque-là nous suspendons nos choix ». Le pdg explique qu’un éventuel assouplissement des exigences dans le logement face aux personnes à mobilité réduites (PMR) aura forcément un impact sur les projets et donc, sur les permis de construire, qui devront être modifiés. Le débat sur les APL pèse également sur la situation, puisqu’elle bloque les offices HLM, ce qui constitue, selon lui, une menace réelle. Il analyse : « Il y a un effet de bouchon, comme lors-qu’un automobiliste donne un coup de frein sur l’autoroute, ce qui finit par générer un embouteillage de 4 km en amont ». Alain Dinin résume : « Les opérateurs, comme Nexity, sont prêts à faire un effort pour se réformer, en deux ou trois ans. Nous pouvons plafonner les prix et les marges par exemple. Mais le gouvernement a choisi de prendre des mesures immédiates, un raisonnement à court terme dans un secteur qui est à moyen terme. D’où un risque d’effet accordéon ». Le président anticipe même une baisse de la production globale de logements en 2018, de l’ordre de 50.000 mises en vente de moins. Il trouve dommage que le gouvernement d’écoute pas et ne soit pas assez organisé.
Revenir sur le zonage territorial

Jean-Philippe Ruggieri, directeur général délégué en charge du « Client particulier » et co-président des activités de promotion, résidentiel et tertiaire, enfonce le clou :…lire la suite sur www.gefils

APL & HLM : pourquoi le gouvernement s’en prend aux bailleurs @XerfiCanal

Source : XerfiCanal

Baisse des APL : le Mouvement HLM a rencontré le 1er ministre @UnionHlm

Source : Union Sociale pour l’Habitat

Le mouvement HLM a rencontré le 1er ministre, Édouard Philippe, ce mercredi 25 octobre, dans le but de demander un moratoire sur la baisse des APL

L'union sociale pour l'habitat

Cette reprise du dialogue et l’examen des propositions du Mouvement Hlm autour de la TVA est un des éléments nécessaires à la sortie de crise provoquée par la décision prise par le Gouvernement, sans aucune concertation, d’imposer aux bailleurs sociaux de compenser, à hauteur de 1,7 milliard d’euros, la baisse des APL pour les locataires du parc social.

Un prélèvement portant sur les loyers des locataires du parc social est à la fois infondé – il n’y a aucun effet inflationniste des APL dans le parc social, où les loyers sont réglementés – et mortifère pour le logement social, et donc la solidarité nationale. Il fait porter un risque systémique majeur au logement social, dont les conséquences n’ont manifestement pas été évaluées. Au-delà des 1,7 milliard d’euros inscrits dans le projet de loi de finances, l’Union rappelle que la « facture » totale, incluant les autres prélèvements prévus sur les organismes Hlm (contribution au Fonds national des aides à la pierre, gel des loyers, etc.) s’élève dans les faits à 2 milliards d’euros, ce qui est un coup sans précédent porté à l’encontre du logement social et des missions qu’il incarne.

Lire la suite…

Sur le même sujet :